FORUM FERMÉ.

Partagez | 

"La vie en rose." || Sixteen ♥

Caelestis Amarillo
MiliceMilice
(#MessageSujet: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Jeu 7 Aoû - 21:50





La vie en rose

AVEC SIXTEEN


Voici une semaine que la mission pour le moins périlleuse que noter protagoniste avait dû essuyé avec son camarade roux tout en étant mal préparé s’était déroulée. Depuis lors, Caelestis avait eu le temps de se reposer – il en avait d’ailleurs reçu l’ordre sévère – et était à présent en pleine forme, de nouveau. Il avait même reprit l’entrainement à l’épée avec Alvin et ça n’avait pas été pour lui déplaire ; sa grande crainte étant principalement que Lélahél ne puisse plus être maniée avec autant de facilité s’il avait le malheur de rester inactif sans elle trop longtemps. Fort heureusement, ce cas de figure ne survint pas et il n’eut aucune difficulté à la reprendre en main. Depuis, son sourire angélique ne quittait plus sa belle gueule d’amour – même si lui n’avait absolument aucune idée que ce put être avéré.

Présentement, il marchait dans les rues peu peuplées du centre-ville de Cristalcove en ce jour de semaine, ou, à cette heure-ci, la plupart des âmes vivantes dans ces quartiers étaient au bureau ou en jour de congé. Lui, en tout cas, c’était plus une permission dont il profitait à bon escient. En effet, Lancelot lui avait « offert » un massage dans un institut situé non loin de leur domicile commun. Il aurait voulu refuser, au départ, car il ne voyait pas pourquoi son camarade se pensait dans le besoin de lui « offrir » quelque chose. Il avait agi de son propre chef et avait proposé sa gorge au roux en toute connaissance de cause – et qu’il était responsable des blessures graves de son unité à ce moment-là, au passage. Ceci étant dit, l’Amarillo savait qu’il était réellement impoli de refuser un cadeau tendu avec tant de volonté ; c’est donc fort de ce constat qu’il baissa les armes, finalement, pour mieux accepter par la suite. Un massage, ça ne pourrait pas lui faire de mal, après tout, n’est-ce pas ?

Parvenu devant l’enseigne que lui avait indiqué son collègue, Caelestis y entra, sans se douter de rien. L’innocence incarnée, ce jeune homme ; ça transcendait presque sur son faciès de satin, en plus. Il s’annonça à l’accueil et on lui indiqua de monter un escalier sur sa droite, ce qu’il fit sans tarder. Le problème, c’est qu’on ne lui avait pas dit ou s’arrêter dans son ascension ; soit, à quel étage. Il grimpa donc jusqu’au dernier avant de s’engouffrer dans l’un des couloirs qui s’offraient à sa vue, ne sachant trop ou aller.
Et là, ce fut le drame.

Une porte s’ouvrit un peu plus loin sur la gauche et… une jeune fille nue s’en extirpa. Le religieux fit presque un bond en arrière avant de détourner le regard, rouge pivoine et ne sachant que faire. Qu’est-ce que c’était que ça ?! Et encore, il n’était pas au bout de ses surprises. Comme dit un peu plus haut, Caelestis est très bel homme ; ce qui signifie, notamment, qu’il attire les regard facilement et ce, sans même en avoir conscience ! Ladite demoiselle en tenue d’Eve n’échappa point à cette règle et, en voyant notre héros complétement prostré ans un couloir exiguë, elle vint le voir en minaudant des inepties incompréhensibles – et rappelons le, toujours nue.

« Ah… Je…. Euh… »

Ce fut tout ce que Caelestis fut en mesure de répondre, son cœur s’emballant plus que raison alors qu’elle posait ses mains manucurées sur son torse musclé et couvert par son vêtement noir habituel. Il déglutit. Que faire ?! Il ne pouvait pas faire comme s’il était en face d’un Vampire enfin, ce n’était qu’une jeune fille en quête d’une chose… abstraite, sans doute ; pas une menace comme les suceurs de sangs ayant virés barges !... Quoi que…


Codage par Jibunnie sur APPLE-SPRING

Sixteen Royce Hartwood
CivilCivil
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Ven 8 Aoû - 10:37
Tous les jours, la même rengaine, levée, préparer Ryler pour la nounou, briefer la nounou même si elle connait pertinemment les règles de la maison et comment s'occuper de ton ange, mais maman avant tout, on va dire. Tu te prépares emmène des affaires de rechange -vous comprendrez après- et part au boulot. Arrivé avant les filles pour mettre en place avec la directrice les salles, et surtout celles des VIP. Car le plus gros chiffre d'affaires vient d'eux, ça ne sert a rien de se mentir... Les filles suivent et arrivent après pour arranger la partie publique et clientèle basique en bas. Car oui, l'institut se développe sur trois étages. Le premier pour tout ce qui est accueil et petits travaux comme on dit, épilation, manucure, maquillage. Le second étage pour tout ce qui est UV, Soins du corps, massage et offre de couple. Et enfin, nous arrivons au troisième et dernier étage, celui des clients spéciaux. Ceux qui ne viennent pas pour un simple massage de détente, mais un massage luxueux et charnel. Tout ça pour dire que tous les clients sont accueillis au même endroit, mais redirigés selons les besoins et la fidélité. L'accueil commence et tu dois enchainer ton premier massage en zone sulfureuse. Pour en revenir aux vêtements de rechange que tu as amenés, c'est pour justement tes massages.

Chaque client à ses propres habitudes et « envies » certain préfère la soie, d'autre le satin, parfois même les petites tenues costumées. Écolière, médecin, secrétaire... Des fois il ne faut pas se poser des questions, et juste voir ses hommes comme un portefeuille bien garni. Des êtres en manque d'attention, d'amour et de reconnaissance, des hommes abandonnés par la triste réalité de leur mariage arrangé pour le bénéfice et la gloire. Ce matin un client très privilégié, un membre qui siège à la mairie même. Un représentant de la race humaine, qui vient se faire « papouiller » ici depuis bien trois ans maintenant. Il n'a raté aucun de ses rendez-vous et avait même ses filles préférées, Candis, Elodie et toi. Et ce matin tu dois t'occuper de lui. Enfilant un déshabillée trois pièces en satin jaune pastel, sa couleur favorite. Tu prends ton temps quitte à le faire patienter quelque peu. Tes cheveux constamment détachés tu les laisses comme ils sont déjà courts ils n'on pas vraiment besoin de coiffures extravagantes. Une robe de chambre ouverte en satin elle-même noir, ton corps élancé et fine donne l'impression de jambes qui n'en finissent pas. Des escarpins noirs vernis au pied le bruit des talons marque ta venue dans la salle de massage, le design de celle de la zone luxure, et plus travailler que le reste de la bâtisse. Il faut dire que la plupart des clients ici ne son pas les petits fleuristes ou bouchers du coin. Alors le Spa à un certain standing à tenir, tant dans ses services que dans ses locaux d'accueil. Champagne, truffes aux chocolats pour ceux qui attendent leur tour dans une salle d'accueil qui en ferait palier les grands hôtels.

Prenant une grande inspiration, un sourire bien plus commercial que sincère sur le visage, tu fais doucement ton entrée dans la loge et approche de ton client déjà dénudé sous sa serviette qui cache juste son intimité. Des bougies ici et là pour rendre l'atmosphère plus chaleureuse et sensuelle avec les odeurs d'huiles dans l'air. Tu prends un petit instant pour préparer la pièce, tes « outils » de travail et ton esprit aussi. Tu sens déjà le regard lubrique sur ta personne de ce client de première. Heureusement pour toi ici les filles étaient quand même maitre de leur corps et libre de tout refus face à un client trop entreprenant celons le contexte. Tu as ton propre caractère et avec ton statut de premier responsable, tu prends librement tes aises à accepter ou non certains actes. Le massage commence et tu lui adresses quelques petites paroles pour savoir si tout allait bien dans sa vie ou son intimité. Il faut se dire maintenant que tu y penses, tout ce que tu peux apprendre lors de ces massages vaut de l'or quand on parle de renseignement et de vie privée. Les magouilles de la haute et les affaires louches concernant les vampires et humains retissant face à ce mode de vie en communauté. Tu enlèves doucement ta robe de chambre pour dévoiler ce corps de jeune maman, on ne voit plus les traces de ta grossesse, au point que l'on pourrait croire que tu n'en à jamais eu. Une poitrine bien portante, soulignée par le soutien-gorge un peu pin up qui remonte celle-ci, un ventre assez plat qui reflète en relief de légère marque d'abdominaux dû au sport que tu fais pour t'entretenir et te défouler.


Tes gestes restent professionnels et bien travailler malgré les mains baladeuses de ton client, tu résistes et serre les dents, il faut répondre à ses envies et lui donner envie de revenir. Comme dis plus haut, c'est eux qui font vivre le Spa... La séance dure minimum une demi-heure, selon ce qui est demandé par le client. Connaissant ses habitudes et ce qui lui plait tu arrives vite à lui donner ce qu'il est venu chercher en venant ici. Les aiguilles tournent et tu arrives à la fin de ta séance, il se rhabille et pour ne pas changer te complimente sur tes prestations de ce jour, toujours la même rengaine ... Rien ne change rien n'évolue, tu es et tu restes dans ce cercle vicieux qui tourne encore et toujours comme un disque raillé. Renfilant ta robe de chambre, tu ressors de la pièce avec un long soupire, mais ton attention se retrouve brusquement happée par une scène assez amusante. Quoi que bizarre, un jeune homme, du moins dans ta tranche d'âge au vu de son visage et de sa plastique agréable. Mais ce qui te marque, ou frappe plus précisément, c'est sa gêne plus que palpable face à ta collègue. Celle-ci étant plutôt directe et ne s'embêtait pas plus que cela à se rhabiller pour aller se reprendre dans la salle de pause. Mais ce qui te marque, c'est que son visage t'est inconnu, ce n'est pas un client régulier. Et là, tu ne vois pas d'autre chose à faire qu'intervenir pour ne pas le faire fuir face à Julia nue. Approchant doucement, tu poses une main sur l'épaule de celle-ci et lui signifies d'un regard direct de passer sa route et se préparer pour son prochain client.

La demoiselle ne cherche pas à en savoir plus, faute de directrice dans ces lieux tu deviens le deuxième visage de l'ordre dans l'établissement. Il n'a pas l'air du tout dans son monde, ce qui te pousse a croire que c'est la première fois qu'il s'offre ce genre de service sans vraiment savoir ce qu'il en est. Tu souris et essai de croiser son regard et son visage rouge cramoisi qui en deviendrait presque cocasse. « Excusez ma collègue, elle ne l'a pas fait exprès. Si je puis me permettre c'est votre première fois ici ....Suivez-moi nous allons voire tout ça dans la salle d'accueil si vous le voulez bien »tu prends les devant et le guide vers le salon d'accueil des clients privilégiés certain visage connue dans la presse et la politique, ici c'est comme une zone neutre, tout ce qui se passe entre ces murs reste entre ces murs. Aucune fuite, aucun jugement, car tout ce qui vient ici n'est pas mieux que les autres. Alors c'est un peu le jeu du « je ne te connais pas on ne se parle pas » ce qui rend l'atmosphère assez silencieuse et lourde parfois. Chacun avait son petit secret en venant ici, alors autant se taire pour ne pas faire exploser le sien au grand jour. Un monde parallèle, tu te dis souvent ça, le troisième étage de ce Spa est un monde parallèle au réel.

Tu lui indiques un siège et prends un livre venant en face de lui, tu le regardes souriante essayant de le mettre en confiance et à l'aise, un mal à l'aise transmet son mal aise au autre...Chose à éviter de toute urgence. « Comment vous appelez-vous ? Vous aviez rendez-vous à quel heur ? » Tu voulais savoir avec qui il a rendez-vous pour le mettre au parfum de comment ce monde marche et ne pas le lâcher comme un animal sauvage et perdu dans les bras d'une des filles de la « Maison ». Tu n'attends pas à ce qu'il réponde tout de suite vu l'état de choc où tu l'as récupéré. Ce qui te semble quand même surprenant, s'il a pris rendez-vous ici, il devrait savoir à quoi s'attendre tout de même. Tu approches un peu et pose une main sur sa jambe pour focaliser son attention sur toi. « Est ce que vous allez bien au moins ? »
Caelestis Amarillo
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Mar 12 Aoû - 23:56

   

   


   
La vie en rose

   
AVEC SIXTEEN

   

   Caelestis était... prostré. Oui, voilà, le terme était sublimement bien choisi pour définir son actuel état, autant de nerfs que physique. Quoi que… En réalité, on aurait presque pu dire qu’il était davantage anesthésié par le choc récemment ressentit et l’inconfort de sa situation que par tout le reste. Une femme nue. Une femme nue s’était approchée de lui, sans doute pour satisfaire des desseins bestiaux sans aucun état d’âme aucun. Sa foi était mise à l’épreuve et il tâcha de fermer les yeux pour tâcher de laver son esprit de cette vision « horrible » qui s’était malheureusement offerte à lui. Lucifer ne devait pas être bien loin, ça ne faisait aucun doute. Et il se devait de résister à ce cercle vicieux qui commençait petit à petit à prendre de l’ampleur. Non, il ne devait accorder ni regard ni attention à ce genre de basse débauche ; sa voie de sainteté en aurait été entachée à tout jamais. Hors, plutôt mourir que de voir le travail d’une vie entière s’épuiser de la sorte, telle un château de carte ou, plus poétiquement, comme du sable dans un sablier.

Au fond, ce n’était en rien de sa faute s’il pensait et agissait de la sorte, maintenant. Caelestis aurait pu être un individu normal, sans problème psychologique particulier – tout comme il aurait pu être un voyou de bas étage -, mais le destin en avait décidé bien autrement. On dit souvent que l’on se reconnait à nos amis, à notre entourage depuis la naissance et surtout, au comportement que l’on entretient avec ces derniers. Dans le cas du blond, le fait d’avoir été éduqué par des moines très portés sur les préceptes de respect de la sainteté n’avait pas aidé à faire de lui une personne dite « lambda ». Il n’était pas coupable des principes qu’on avait voulu lui inculquer depuis sa toute jeunesse. Sa vie avait été dessinée et façonnée de la sorte et il était maintenant compliqué pour lui, désormais, de voir au-delà du mur derrière lequel il s’était enfermé sans même le savoir. Il suffirait d‘un rien, pourtant, pour ébranler les fondations en un point précis et le libérer de chaines qui n’avaient pas lieu d’être et dans lesquelles il paraissait se complaire.

Il devait apprendre la vie, certes, mais pas de façon violente ; ça ne lui convenait pas. Les choses devaient être amenées tout en douceur et en finesse – ainsi qu’une bonne dose de persévérance, aussi ! – si l’on souhaitait obtenir quelque chose de nouveau de sa part. Il n’y avait pas trente-six mille solutions, de toute manière ; c’était soit ainsi, soit en le mettant au pied du mur, comme c’avait été le cas pour le « sauvetage » de Lancelot, le jour où il lui avait offert son cou et son sang pour le soigner. Bon, certes, la situation variait un poil ; ici il n’y avait pas d‘ami à sauver en urgence par une faute que l’on avait soi-même commise mais… le principe de base s’y retrouvait. Tiens, d’ailleurs, en parlant de Lancelot… Il allait lui offrir eux-trois mots à son retour à l’appartement. Dans quel pétrin l’avait-il encore envoyé cet imbécile de pêcheur ?! Le rouge colorait les joues de Caelestis tandis qu’il avait une main sur sa bouche et les yeux clos, comme pour anticiper le choc.

Oui, nous en conviendrons, il avait une réaction excessive, pire que celle d’un éphèbe en fleur.

Toutefois, il ne voyait – sincèrement- pas, comme agir autrement. Pour lui c’était… normal, de ne pas succomber au vice de cette façon-là. Pourquoi paraissait-il être le seul à le voir ? Il se dit en son for intérieur qu’un jour il parviendrait à faire mourir ce genre de bassesses une bonne fois pour toute. Belle utopie que voici ; mais cela, il ne le réalisait pas encore, voilà tout. Il avait à peine capté les paroles de la demoiselle qui était venue à son secours, sans même en avoir réellement conscience, sans doute. D’ailleurs, il comprit maintenant qu’il était assis dans une salle autre, très différente du couloir dans lequel il donnait l’impression d’avoir fait une rencontre du troisième type. Très étrange ; cette incartade involontaire lui avait brouillé quelque peu sa notion du temps ; c’était encore plus perturbant que tout le reste. Et il n'aimait pas cela, fatalement. L’Amarillo restait une personne normale sous tous les angles, il n’était pas meilleur qu’un autre, loin de là. Toutefois, son égo désormais rayé demandait à s’exprimer un peu. Ce qu’il ne permit pas, l’orgueil était le pire des péchés capitaux. Il se doutait que c’était là seulement l’expression d’une tentative des princes de l’Enfer pour le faire céder face à leurs maudites perversions mais… il ne se laisserait pas prendre à ce jeu malsain si facilement ! Il lutterait !

Ses yeux s’ouvrir en grand lorsqu’il sentit une main sur sa jambe et, par réflexe – pensant très certainement que c’était l’autre demoiselle en tenue d’Eve qui revenait à la charge – eut un petit mouvement de recul – avant de réalisé qu’il n’irait pas bien loin, sur une chaise collée presque au mur dans son dos. Fort heureusement, ce n’était pas celle à laquelle il s’était attendu et celle-ci était déjà bien plus habillée. Un soulagement certain le prit à la gorge tandis qu’il tâcha de remettre de l’ordre dans ses idées. Son visage était barré de rouge, quoi qu’un peu moins vif que précédemment. Mais la gêne perdurait tout de même et il n’osait pas vraiment croiser son regard.

« Je… Je ne sais pas moi-même ce que je fais ici. »

Il eut un vague tremblement le long de ses muscles, remontant le long de son échine ; très désagréable.

« Je… C’est un ami qui m’envoie. Je n’aurais jamais mis les pieds ici s’il m’avait dit de quoi il s’agissait dès le départ… »

Il secoua la tête pour appuyer ses propos. Quelle situation embarrassante ! Décidément, en peu de temps, beaucoup de choses lui était arrivées et… pas forcément très plaisantes, en prime.

   

   
Codage par Jibunnie sur APPLE-SPRING

Sixteen Royce Hartwood
CivilCivil
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Mer 13 Aoû - 14:36
Il n'avait vraiment pas l'air dans son assiette, comme un gosse qui venait de comprendre que le père noël n'existe pas ou alors qu'il venait de voir un mort en face. Sa façon de reculer à ton toucher te vexe légèrement, tu n'as pas la galle quand même. Il est bien trop sur la défensif pour avoir une discussion posée. Tu commences sérieusement à t'inquiéter pour lui, il a enfin ouvert la bouche, mais ce qu'il te dit n'est pas plus rassurant. « Je… Je ne sais pas moi-même ce que je fais ici. » Mon dieu, mais comment est-il arrivé ici ? A t-il au moins choisie ce Spa ? Il tremble comme une feuille, il ne manquait plus que ça. « Je… C’est un ami qui m’envoie. Je n’aurais jamais mis les pieds ici s’il m’avait dit de quoi il s’agissait dès le départ… »Tu soupires grassement et poses la main sur ton visage, encore un venu de la part d'un client qui ne s'attendait pas à ce genre de service. Tu reprends ton calme et t'approches sur le bord de la chaise. Ton regard gris bleuté essayant de croiser les siens d'un azure magnifique. « Regardez-moi..... Regardez-moi s'il vous plaît...Si vous vous sentez mal ici je peux vous raccompagner dehors, mais se serais bien dommage de perdre tout ce chemin fait jusqu'ici. Non, vous ne croyez pas ? » Douce, agréable presque mielleuse dans tes paroles, tu essaies de le rendre moins angoissé dans cet endroit, il semble si prude et enfantin que tu commences à avoir des doutes sur son âge.

Tu te tentes dans une nouvelle approche à lui prendre doucement les mains pour dégager son visage de ces barrières pour le concentrer un peu et évité qu'il ne croise une nouvelle collègue à demi-nu, pour la même raison, tu redresses ta robe de chambre pour éviter qu'il n’entrevoie des parties gênantes de ton anatomie. Seules tes jambes et un léger décolleté se faisaient surprendre au détour d'un regard furtif. Tu as presque de la peine de le voir dans un tel endroit. Il a l'air si innocent et « pur » oui c'est le mot, même son visage semble dénuer de tout pêchés. Tu gardes ses mains entre les tiennes et te lèves pensant à quelque chose. « Suivez moi, nous allons discuter dans un endroit plus calme d'accord ? » Tu lui souris chaleureusement, accueillante, et rassurante. Tu ne cherches pas à profiter de lui, mais perdre un client potentiel serait un très mauvais point pour toi et ta place de second dans l'établissement. Peu être qu'après un tête avec toi il sera plus ouvert et moins prit au dépourvue par ce qui se passe ici. Tu ne le laisses pas trop réfléchir pour éviter tout refus ou blocage de sa part et l’entraîne avec toi, le tirant doucement sans trop forcer, tu le guides vers une salle de massage en lui tenant le bras cette fois. Toi devant lui derrière tu fais discrètement signe aux filles de s'écarter légèrement pour laisser ce petit nouveau passer sans être encore plus perturbé par tout ça.

Arrivant devant une porte, tu l'entrouvres et le laisses passer avant toi à l'intérieur. Une pièce aux tons rouge orangé, dans le style oriental, une musique de sitar en fond et de l'encens senteur bois de santal se fait sentir et pour couronner le tout des bougies et des fleurs de jasmin parsème la salle, un cadre presque idyllique pour se reposer ou se retrouver pour se réconforter. Tu avances touchant son épaule et le regarde en penchant sa tête. « Vous pouvez-vous asseoir ou vous allonger...Je ne vais rien vous faire ne vous en faite pas » du moins pas pour le moment, mais ça on verra plus tard en fonction de la tournure des choses, même si toi tu n'espères pas grand-chose en voyant ce qui c'est passé tout à l'heure. Tu tires un tabouret pour te poser en face de lui et soupire lentement avant de lui offrir un verre d'eau mis a disposition des clients. «Vous pouvez vous détendre, vous semblez pas habitué a voir de femme nue a ce que j'ai compris, c...c'est assez embêtant dans ce genre d'endroit.» Tu essaies de rire pour détendre l'atmosphère mais ça va être dure, reprenant ton sérieux tu le regarde doucement «Votre ami est client ici pour vous l'avoir indiqué ? » On pourrait croire que tu es bien trop curieuse, mais pas du tout, tu cherches juste à comprendre ce qu'il se passe, et surtout évité qu'il ne sorte et aille vois, tu ne sais qui pour lui raconter ce qui se passe ici. Malgré que la ville vit dans un contexte original ou les vampires arpentent la ville. La vente de sexe ou de drogue est toujours aussi prohibée alors se retrouver en prison ? Non merci. Il fallait le contenir et lui faire comprendre ce qui se passait ici pour ne pas se retrouver avec un petit jeunot candide qui raconte a qui veut que des femmes nues se promènent dans le Spa de la ville.
Caelestis Amarillo
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Lun 1 Sep - 18:21

   

   


   
La vie en rose

   
AVEC SIXTEEN

   

   Le choc était encore clairement imprimé en lui, presque indélébile. Là était un certain paradoxe presque comique. Voir du sang et en faire couler avec son épée de boucher divin lorsqu’il s’agissait de combattre un hunter ne le dérangeait pas plus que cela – même s’il se perdait souvent en sempiternelles prières avant et après l’abattage – mais une femme dépourvue du moindre vêtement le touchait et ça y est, c’était presque la fin du monde pour lui. La logique de Caelestis ne pouvait, probablement, n’être comprise que par lui et personne d’autre. Du moins, pour le moment, en tout cas. Cependant, même s’il n’osait pas regarder la jeune femme droit dans les yeux – ou plutôt qu’il ne voulait pas la voir tout court -, il devait reconnaître que sa douceur et sa manière d’agir avait au moins réussi à étouffer la plupart de ses tremblements.

Bon, il n’était pas spécialement à l’aise non plus, il ne fallait pas exagérer – surtout lorsqu’elle l’attrapa par le bras et qu’il la suivit…. Presque machinalement. Il fixait ses pieds qui paraissaient avancer tous seuls, sans accepter de recevoir d’ordre de la part du cortex frontal du notre cher métis. C’était très gênant comme situation. Il ferma les yeux, rouge comme une pivoine, se donnant ainsi, sans le savoir, un air très…. Féminin et candide, du style des collégiennes en fleur en train d’avouer leurs sentiments à l’âtre aimé pour la toute première fois de leurs vies. Sauf que présentement…. Il n’était en aucun cas question d’une chose pareille ! Vu comment Amarillo était dégourdit au niveau des sentiments, ce n’était en rien ce qu’il aurait souhaité laissé paraitre. Pour ça, encore faudrait-il qu’il puisse comprendre le concept même de ressentir autre chose que de l’amitié pour quelqu’un. Ce qui s’annonçait… hardi, comme tâche.

Mais passons, car le voici rendu dans une pièce isolée, à l’abri du moindre incident de l’ordre de ceux qu’ils auraient pu avoir en continu s’il était resté à cet étage tout seul, démuni. Des flashs incluant la demoiselle nue l’ayant abordée un peu plus tôt lui revinrent en tête brusquement, chose qui fit monter le rouge et la gêne jusqu’à ses oreilles. Il ne voulait pas se souvenir de ça, enfin ! Il ne put réprimer un frisson, encore.

Puis, la demoiselle se mit à parler mais il ne pouvait toujours pas soutenir son regard, c’était trop lui en demander pour l’heure. Chaque chose en son temps – et bon courage Sixteen, vraiment. Ceci étant dit, elle avait misé juste d’un bout à l’autre de ses paroles et il aurait été malpoli, de toutes les manières, de lui offrir seulement un mur de silence, encore moins causant que le bitume au dehors.

« Je… Je préférerai rester debout si…. Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, bien sûr…. »

Il ne savait pas comment réagir autrement. Les moines qui l’avaient élevé ne lui avait jamais enseigné comment abordé une demoiselle, ni même comment se comporter dans une telle situation ! Dans un cadre strictement professionnel, ou en mission, Caelestis pouvait devenir le parfait héros de ces dames, gentleman au possible. Dans le privé c’était… tout autre chose puisque la dimension qui l’écartait de la proximité et de l’intimité avec autrui était alors rompue. Le blond déglutit, triturant ses poignets, comme si cela pouvait l’aider.

« Hum… Quel genre de commerce pra-pratiquez-v…vous ? »

Il n’avait pas voulu être indiscret le moins du monde, mais cherchait malgré tout à comprendre ce qui n’allait pas, ici.

« En… En effet je… enfin… c’est… compliqué, j’imagine ? »

Ses justifications allaient de pire en pire et il sentait lui-même que le peu d’assurance qu’il avait réussi à rassembler miraculeusement était sur le point de s’effondrer à son tour. Magnifique. Ah ah.

« Mon ami s’appelle…. McGarden ; Lancelot MacGarden…. J’ignore s’il est ‘client’ ici comme vous le dites mais…. Enfin….. »

Il ne savait plus quoi dire, ses arguments s’effilochant de plus en plus. Après tout, vu ou il en était rendu, autant dire directement qui l’avait mené jusqu’ici, directement, non ? En quoi était-ce mal de réagir de la sorte lorsque l’on vient de se voir offrir l’une des plus grandes peurs bleues de son existence ?


   

   
Codage par Jibunnie sur APPLE-SPRING
Sixteen Royce Hartwood
CivilCivil
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Mer 3 Sep - 9:39
Pour être désemparée, tu les face à cet individu. Il faut dire que tu ne pensais pas tomber sur un loustic pareil en te levant ce matin. En le regardant tu vois un petit-enfant perdu, peut-on être aussi prude ? Tu n'es pas vraiment objective au vu du métier et du tempérament que tu as, mais le voir réagir de la sort pour un simple corps nu te sidère un peu. « Je... Je préférerais rester debout si.... Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, bien sûr.... » Un long soupire s'échappe de tes lèvre et tu bois toi-même le verre d'eau même si une boisson plus forte te serait plus utiles à cet instant. Tu restes silencieuse et le regardes se tortiller comme un petit ver de terre dans l'eau d'une flaque. Il coule véritablement, tu le vois toucher le fond petit à petit. Il tortille ses poignes comme pour s'occuper et éviter de trop penser à la situation qui l'entoure. Va-t-il sortir de ton établissement sain d'esprit ? Par ce que là tu te rends compte que tu es mal partie. « Hum... Quel genre de commerce pra-pratiquez-v...vous ? » Levant un sourcil tu le regardes et cherches dans ta tête comment lui expliquer ce qu'il ce passe ici sans pour autant encore plus le choquer qu'il ne l'ai, tu as de la chance d'avoir un enfant, tu va essayer de te comporter comme une maman vers son enfant avec cette tête blonde. « En... En effet je... enfin... c'est... Compliqué, j'imagine ? » Tu n'as pas d'autre choix et tu ne n'a pas vraiment d'autres idées en tête pour le moment. « Nous...Fessons des massages très spéciaux. Nous veillons au bien-être sous toutes ses formes des clients qui posent le pied ici. Mais en l'occurrence, vous ...Vous n'y avez pas du tout votre place. Ce n'ai pas compliqué du tout. Nous sommes payer pour répondre aux désirs du client, souvent les plus fortunés de la ville. Certes ce n'est pas un métier des plus reluisant mais ça nous fait vivre et permet à nos proches aussi de vivre !» Bizarrement tu te sens obligée de te justifier, tu as tellement eu de réflexions désobligeantes de pauvre personne qui se croyait au-dessus de toi par ce que tu t'adonne à ce genre de métier du corps. On t'assimile trop souvent à ces filles de joie qui pour la plupart ne font ça que pour le plaisir ou des problèmes familiaux, certes tu fais ça pour ton fils, lui offrir une vie sans besoin ni regret, lui offrir un toit et de la nourriture tous les jours sur la table.

Tu ne vends pas ton corps mais tes services de masseuse avant tout, il arrive que le client ne te touche même pas, juste le plaisir des yeux suffit pour certains de te voir dans ses tenues affriolantes. Tu toussotes un peu car sa gêne en devient presque contagieuse. Tu resserres par réflexe ta robe de chambre pour ne rien laisser paraître d'indécent, malheureusement étant trop courte tes gambettes se dévoiles grandement. Mais soit, il devra faire avec, tu ne vas pas complètement te changer pour ce petit chiot prude et perdu. Tu ne sais plus vraiment quoi faire pour qu'il reprenne sur lui et soit de plus bonne compagnie, il est déjà hors de question de le rassurer de façon charnelle. Il ne manquerait plus qu'il nous fasse une crise cardiaque par le trop-plein d'émotion. « Mon ami s'appelle.... McGarden ; Lancelot MacGarden.... J'ignore s'il est 'client' ici comme vous le dites mais.... Enfin..... » Tu penches la tête, tu n'as pas souvenir de ce nom ou de ce prénom dans le troisième étage de cette bâtisse. Tu essaies une nouvelle fois de t'approcher de lui pour le rassurer même si les précédentes tentatives se sont soldées en échecs. « Écoutez, on ne va pas rester dans cette pièce indéfiniment. Je ne sais pas pourquoi vous êtes autant choqué par la vue de ma collègue nue, un trouble, un traumatisme, ou alors la religion que vous pratiquez. Je ne vous cache pas que cela me met tout aussi dans l'embarras que vous. Mais il faudra bien faire quelque chose ! » Tu réfléchis et le regardes de nouveau une fois debout. « Vous êtes bien venue ici pour vous faire masser, n'est-ce pas ? Vu votre état, et ce que j'ai compris de vous ce doit être pour un simple massage ...On a dû vous indiquer le mauvais étage mais ce qui est fait est fait maintenant. »

Tu soupires un bon coup et décides de prendre les choses en main « Allongez-vous. Dépêchez-vous... Et pas d'excuse, on va faire ce massage, peut être qu'il vous détendra..Un peu ! » Tu le laisses faire, et insisteras s'il recommence à poser des barrières entre vous et être retissant, en attendant tu allumes quelque bougies et de l'encens pour détendre l'atmosphère de la pièce. Petit rituel qui tu l'espères, les odeurs et les lumières dansantes sur les murs le rendront moins....Comment dire.... Farouche. « Je suppose que vous demander de retirer votre haut serait une terrible chose ? » Tu lui annonces sur le ton de l'humour pour essayer de voir si l'amusement fait partit de ses attribues. Après tout on ne peut pas savoir avec un cas pareil. « On va faire au plus simple, je ne veux pas que vous sortiez d'ici avec une si mauvaise impression que celle que vous avez en ce moment » après tout, il ne manquerait plus qu'il avertisse les organismes qui réprimandent ce genre de services et de travail. Il ne faut pas se mentir, ce type de travail n'est toujours pas reconnue et accepté par la loi, on n'est pas dans un monde de bisounours. Évidemment que la directrice n'a pas officialisé cette branche de travail de son spa.
Caelestis Amarillo
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Mar 9 Sep - 12:09

   

   


   
La vie en rose

   
AVEC SIXTEEN

   

La seule fois de sa vie où il avait été confronté à une fille, Caelestis avait seulement treize ans. Il faisait souvent des allers-retours en courant depuis le monastère jusqu’à la plage, distante de six kilomètres alors. Son chemin avait croisé celui d’Anna, une demoiselle de la région, venu faire un peu de ‘randonnée’ avec sa famille sur les plateaux un peu moins accueillants que les villes en contre-bas. Tout d’abord, il n’avait pas su quoi lui dire, se contentant de l’ignorer – enfin d’essayer, ce qui ne fut pas une mince affaire, il faut bien le dire. Puis, alors qu’il rafraichissait son corps dans la mer froide après son jogging, elle l’avait suivi et avait forcé un début de conversation. Il est vrai qu’elle était très jolie et ne manquait pas de belles paroles. Si le blond n’en était pas tombé ‘amoureux’, sa première réelle confrontation avec une demoiselle le perturba bien plus qu’il ne l’aurait cru. Par la suite, il avait fait bien attention à ne jamais recroiser son chemin en prenant un itinéraire différent. En tant que jeune homme, il n’avait pas compris ce qui lui était arrivé. Et il n’avait pas apprécié de ne pas comprendre, justement, voici pourquoi il mettait de la distance avec ce qui lui échappait. Ce n’était pas la meilleure des solutions, mais il préférait agir de la sorte.

Voici pourquoi il avait été si perturbé par ce corps nu avidement pressé contre le sien, sans qu’il n’ait rien demandé. Il n’avait jamais vu de femme dénudée de sa vie – ce n’était pas un amateur d’émissions ou de magazines spécialisés dans ce genre de commerces, bien entendu-, aussi cette expérience, faisant remonter bien des souvenirs dont il se dit qu’il aurait préféré se passer. Il frissonna en y repensant, d’ailleurs. Déglutissant, il fit tout de même de son mieux pour ne pas ignorer la jeune femme ; c’aurait été impoli. Et, si Caelestis manquait parfois de tact, il n’en était pas un rustre pour autant.

La présence dominante de cette jeune femme, d’ailleurs, était parvenue à calmer un peu ses craintes. Dire qu’il se sentait en sécurité aurait été trop fort pour définir son état actuel, mais au moins, il sentait, dans les propos que lui tenait son interlocutrice, qu’elle savait ce qu’elle faisait. Au final, Caelestis regretta même d’avoir été trop curieux en posant une question peut-être trop précise, une petite minute avant. Il déglutit de nouveau, que faire ?
La sympathie de la brune transparaissait de telle manière à ce que même Caelestis pouvait la ressentir. Il n’était certes pas doué avec les sentiments humains, mais il sentait bien que si elle faisait ce métier, ce n’était sans doute pas par choix –elle se justifiait avec verve - ; chose qu’il regrettait dans le sens où elle paraissait dès lors être un animal en cage.

L’Amarillo n’aimait pas vraiment cette optique mais il savait aussi, bien malheureusement, qu’il ne pourrait sauver tout le monde. Lui devait déjà s’occuper des vampires récalcitrants à la bonne cohabitation avec des humains. Une fois ce problème réglé, il pourrait peut-être envisager de se plongé sur d’autres faits de sociétés tels que celui-ci. Il ressentait de la peine pour la jeune femme.

Lorsqu’elle lui demanda de s’allonger pour un massage ‘simple’, Caelestis ne voyait pas comment il pouvait refuser puisqu’il est vrai que, de base, il était venu ici pour cela. Il voulut protester, mais quelque chose lui disait qu’il n’avait aucun intérêt à agir de la sorte. Il se racla le fond de la gorge et entreprit donc d’enlever son haut, dévoiler un buste travaillé dans les moindres détails, preuve d’un entrainement quotidien et drastique.
Il ne pouvait rien lui arriver de mal, n’est-ce pas ?



   

   
Codage par Jibunnie sur APPLE-SPRING
Sixteen Royce Hartwood
CivilCivil
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Dim 14 Sep - 16:32
Notre petit prude de service vient à petit à petit de se calmer, un bon point pour pouvoir faire avancer les choses. Soupirant un bon coup tu te retournes et surprends ce bellâtre à retirer son haut pour le massage que tu lui à proposer il y à peu. Sans le vouloir, enfin c'est ce qu'on dit, tu le regardes torse nu. Malgré sa façon innocente de se dénuder, il n'en avait pas moins le corps d'un enfant. Au contraire un bel homme bien bâtit et bien travailler dans des exercices de musculature qui a taillé des muscles dans le marbre de cet apollon blond. Un frisson te traverse, non pas indifférente face à ce corps tu inspires un grand coup avant de t'approcher. Comme quoi l'habit ne fait pas le moine. Le plus prude de ses gens se trouve en être l'un de plus séduisant, ne soyons pas mauvaise langue. Cette couleur blond presque or, cette carrure rassurante, et ce visage entre l'ingénue et le charmeur. Tu le laisses s'installer avant de le rejoindre doucement, comme pour ne pas effrayer d'avantage notre petit chaste tu le regardes avec tes grands yeux gris bleutés « nous allons commencer, vous aviez prévu quel genre de massage en venant ici ? » Tes yeux se baladent sur son torse et tu te heurtes à certaines cicatrices perplexes tu le regardes « en voilà de belles cicatrices...J'ai eu dernièrement quelque clients avec de telles cicatrices. Travaillez-vous dans des domaines dangereux ? » Curieuse ? Oui et alors ? La discussion peut servir de thérapie pour le rassurer dans cet environnement. Tu avances préparant en même temps de quoi lui prodiguer son massage relaxant et met en marche une petite musique relaxante différente de celle normalement présente dans le troisième étage.

Tu enduis tes mains d'une crème à l'odeur de vanille avant de revenir à ses côtés souriants et chaleureux, tu le regardes allonger venant derrière sa tête « au fait, je m'appelle Sixteen. Et vous ? Vous n'êtes pas obligé de me répondre mais c'est toujours plus agréable de savoir à qui l'on parle. Non, vous ne trouvez pas ? » Venant apposer tes mains sur ses tempes tu commences a doucement le détendre et essai tant bien que mal à ôter ce stresse dû à la rencontre de corps dénudés de cet étage de la luxure. Tendre, douce, patiente, et surtout amicale, tu ne souhaite que sa satisfaction malgré qu'il ne soit pas encore assez détendu pour profiter pleinement de ce que tu lui fais. « Inspirez grandement et expirer doucement imaginez que vous relâchez tout ce que vous avez vu depuis votre arrivé ici, laissez vous aller. Je ne vais rien faire à part un bon massage pour vous relaxer et vous remettre en forme....d'accord ? » Faisant des petites pressions circulaires sur son front tu le regardes doucement souriante et sincère dans tes paroles comme dans tes gestes. Certes il n'était pas un de ses clients privilégier de cet étage mais tu en prends soin tel quel. Toujours dans l'optique de ne pas plus le mettre mal à l'aise ou l'effrayer plus tu commences à commenter tous tes gestes pour ne pas le surprendre à tes dépens. « Je vais utiliser une huile mentholée pour vos épaules, elle sera un peu fraîche mais vous verrez ça vous soulagera de vos douleurs, j'ai vu que vous aviez les muscles très tendus sur la nuque et le dos »

Passant doucement ta main sur sa peau tu descends tes longues phalanges fines et couleurs porcelaine sur ses épaules comme caressant du velours. Attendant quelque passage de tes mains tu décides de porter une noix de cette huile aux senteurs vives mais apaisantes. Le massage commence réellement à cet instant, concentré tu tires un petit bout de langue pincée entre tes lèvres rosées. Tu ne cherches pas à le faire basculer dans la décadence de cet étage mais simplement lui donner le massage qui lui est du pour ne pas qu'il parte avec cette mauvaise idée de préconçu des filles de ce spa, et du spa en lui-même. « je suis sincèrement désolé que tout ceci vous a perturbé, vous n'auriez jamais du attérir ici je le conçoit mais ne vous y méprenez pas. Les filles de ce spa ne sont pas de simples filles frivoles qui sont accrocs aux pratiques sexuelles ou autres clichés du père pas présent dans la cellule familiale ...ce sont des mères, des filles ou des sœurs qui on besoin d'argent pour subvenir à la dure vie qui les guettent » soupirant un peu tu repars préparer des serviettes et des galets chauds pour la suite du massage machinalement tous ces gestes te son automatique. « On ne peut pas simplement avoir tout ce qu'on veut. On a beau chercher à quitter ce genre d'univers, une fois entré il est bien difficile de l'oublier ou de se faire oublier » Sans savoir pourquoi tu pars dans un certain monologue, te défendre ou essayer de lui faire comprendre qu'ici ce n'est pas un vulgaire bordel de prostitués, mais des femmes et des hommes qui chercher a vivre dans ce monde sans pitié. Certes, tout le monde n'a pas de louables intentions en faisant ce genre de service, mais pour toi, c'est la seule façon de pouvoir subvenir aux besoins de ton fils, ta vie ton sang.

Revenant vers lui tu commences à prendre son bras et le tendre contre toi pour lui prodiguer cette fois des soins pour ses muscles que tu pense rudement travailler vois jamais soignés « bref.... J'en ai trop dit mais sachez seulement que ce que vous avez vu ne doit pas être dévoilé à l'extérieur de ses murs...S'il vous plaît » baissant la tête tu perds un peu ton côté pétillant. Plus sérieuse tu essaies de prendre sur toi mais même toi ce travail te dégoute, si tu pouvais sortir de ce cercle tu le ferais sans hésiter, par ce qu'avouer à ton fils quand il grandira que tu as toute son enfance vendue ton corps pour lui assurer un avenir paisible ne sera surement pas dans tes cordes. N'étant pas du genre à cacher tes sentiments, on lit facilement sur ton visage ce que tu ressens à l'instant. Préoccupée et agacée, voilà ce que ton visage marque comme un énorme post it sur ton front.
Caelestis Amarillo
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Ven 3 Oct - 7:39

   

   


   
La vie en rose

   
AVEC SIXTEEN

   

Si les lieux ne le mettaient pas spécialement à l’aise, Caelestis devait bien admettre que la demoiselle, en elle-même, était parvenue à éteindre – ou du moins endormir temporairement – en lui une part de son angoisse brulante qui l’avait pris au cœur au moment où il avait croisé le chemin de cette fille – de joie ? Il n’était pas certain du terme à employer- dans le couloir, moins d’une heure auparavant. Sans parvenir à se l’expliquer, la brune ne lui faisait pas peur, ne l’effrayait pas. Par certain aspect, même, elle avait réveillé chez lui une sorte de curiosité presque enfantine et les méninges du métis carburait à mille à l’heure alors qu’il cherchait vainement comment formuler une phrase dans passer pour le dernier des idiots. Ce qu’il était tout de même au moins un peu, soyons honnêtes.

En l’écoutant l’interroger, il chercha une façon de se dérober sans dire la vérité mais il voulait éviter aussi de passer par la case du mensonge, il n’aimait pas cela le moins du monde. Sauf que dans ce cas de figure, il aurait été très difficile de faire autrement. Il déglutit, pensant avoir trouvé un moyen de lui répondre ans paraitre suspect – du moins, pas davantage qu’il ne l’était déjà.

« Je suis …. Caelestis. Amarillo Caelestis. Enchanté, Sixteen. »

Il est vrai qu’elle avait un joli prénom, il ne pouvait prétendre le contraire, même si ça ne retirait rien à ce qu’il avait déjà vu. Un soupir silencieux passa ses lèvres tandis qu’elle terminait son monologue, lui demandant de ne rien dire. Bon, dans les faits, cela ne lui plaisait pas du tout. Pas de moins du monde, même. Mais bon, ce n’était pas son travail premier que de s’occuper de ce genre de chose. La police était ici pour cela, justement. A elle de faire en sorte de voir à travers l’évidence. Ceci dit, ça n’empêcha pas le milicien d’y aller de son petit commentaire, avec son manque de tact habituel – mais dont il ‘avait pas conscience, ceci dit.

« Je travaille dans la sécurité mais je ne dirais rien. Toutefois, soyez prudentes, le Seigneur gardera vos âmes, mais même si ce n’est pas moi qui viens balayer votre univers, quelqu’un d’autre finira bien par le faire. »

Ce n’était ni une menace, ni même un avertissement. Simplement un fait. Rien de plus, rien de moins. Mais Caelestis ne savait pas vraiment mettre la forme à ses propos, ce qui avait grandement tendance à le desservir au plus haut point, sans même qu’il n’y fasse vraiment gaffe.

Les massages de la demoiselle étaient tout de même salvateurs, il le reconnaissait. Ils lui procuraient une douce sensation de bien-être qu’il n’avait plus connu depuis un moment. Finalement, il y trouvait son avantage, lui-aussi, même s’il faisait de son mieux pour ne pas voir ou même se remémorer, quand il avait les yeux fermés, les formes enjôleuses de sa masseuse personnelle de l’instant. Non, il ne devait pas laisser la tentation souiller son esprit. Il ne devait pas. Il lui vint alors l’idée de continuer la conversation.

« J’en déduis que vous avez déjà tenté de vous échapper, pour que vous teniez un discours pareil, n’est-il pas ? »

C’était la dernière phrase de la jeunette qui l’avait intrigué le plus, au fond. Mais il n’en avait pas totalement terminé non plus.

« Sans offense, quel âge avez-vous ? Vous me paraissez bien jeune. »

Cette fois, il la regardait droit dans les yeux, l’honnêteté transcendant dans ses pupilles bleues.



   

   
Codage par Jibunnie sur APPLE-SPRING
Sixteen Royce Hartwood
CivilCivil
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   Jeu 9 Oct - 11:40
Caelestis Amarillo, quelle drôle de nom, ce n'est vraiment pas commun, Amarillo ? Amarillo.... Tes notions perdues d'Espagnole te disent que c'est une couleur, enfin, tu penses le croire, et pas n'importe laquelle. Un petit sourire amusé se pose sur tes lèvres rosées, un homme blond qui s'appelle Monsieur Jaune. C'est assez amusant quand on a l'humour facile comme toi. Tu continues de faire travailler tes mains sur ce corps bien bâti et lui-même bien travailler au vu de la musculature qui se glisse sous tes touchers. « Je travaille dans la sécurité, mais je ne dirais rien. Toutefois, soyez prudentes, le Seigneur gardera vos âmes, mais même si ce n'est pas moi qui viens balayer votre univers, quelqu'un d'autre finira bien par le faire. » À ses mots, tu te figes un peu et le regardes avec de grands yeux gris un peu horrifiés. Il est milicien ? Lui aussi ! Décidément, ils ont fait un groupe ou quoi ? Mais plus important, est-il comme son autre client ou complètement différent ? Par là, tu veux dire, est-ce qu'il fermera les yeux sur les agissements du Spa ou viendra-t-il à faire tout balancer ? Mais ce qui attire le plus ton attention, c'est ses mots sur le seigneur et tout ce qui l'entoure. Un religieux, cet homme est un pieu catholique, tout s'explique. Enfin, tu penses le comprendre, dans ses réactions et son mal-être dans un tel endroit. S'il est pratiquant ou extrémiste tout ceci doit être vécu comme un enfer pour lui.

« je ne sais pas si le Seigneur nous jugera mais s'il faut aller en enfer pour ça, nous y serons au moins tout ensemble » détourner la religion pour en rire, tu ne sais pas vraiment quel en serait sa réaction mais tu es loin d'être la première assise le dimanche à l'église, tu respectes quand même les mœurs de chacun. Mais aucunement qu'on vienne te l'imposer. Dieu ne t'a pas aidé quand tu étais dans le besoin, et ce n'est pas le fait de prier qui ramènera un souper à ta table. « Vous êtes d'une famille très religieuse à ce que je comprends, j'espère que vous n'allez pas nous maudire en sortant d'ici » tu souffles un petit rire, là tu avoue le taquiner un peu mais tout en bonne enfant ceci dit. Tu ne vas pas jusqu'à l'insulter pour autan. Mais s'il est un temps, soit peu ouvert, il le prendra bien. Et s'il réagit mal, et bien tu vas savoir à quoi t'en tenir. Tu le laisses se reposer et viens poser tes doigts sur ses tempes pour les masser doucement et détendre son esprit. « J'en déduis que vous avez déjà tenté de vous échapper, pour que vous teniez un discours pareil, n'est-il pas ? » Tu le regardes un petit moment en stoppant tes massages « vous dites sa parce que j'ai avoué ne pas pouvoir sortir de ce genre de travail ? » Tu ne pensais pas au moment ou tu l’énonçais qu'il en tiendrait compte mais soit tu ne vois pas pourquoi tu le cacherais, après tout tu n'es même pas sure qu'il remette les pieds ici « oui vous avez raison, j'ai a plusieurs reprises essayer de sortir de ce genre de travail, quand j'étais jeune la directrice de ce Spa ma plusieurs fois envoyée faire des études plus loin et trouver une nouvelle vois, j'ai aussi de nouveau quitté le Spa a lors de ma rencontre avec mon ex mari. Je pensais enfin voir le bout et avoir une vie normale mais j'ai dû recommencer à travailler en tant que masseuse spéciale pour nourrir mon fils. Car, voyez-vous, même si je priais notre cher Seigneur, celui-ci ne ramènera pas de repas sur la table, un toit sur la tête de mon fils ou alors lui assurera un avenir confortable. On a beau dire que l'argent ne fait pas le bonheur et bien mon cher Monsieur Amarillo, il y contribue grandement ! Et une mère célibataire qui veut avoir une vie confortable et pouvoir élever un enfant seul, oui j'ai choisi la facilité mais au moins je suis à l'abri du besoin ! »

Prenant une grande inspiration tu te penches sur lui pour le regarder droit dans les yeux « J'ai vingt-quatre ans et si vous vous posez la question, je travailles ici depuis bientôt plus de trois ans si je mets bout a bout tous mes passages. Et pour en revenir à ce que vous avez dit, s'il vient à nous juger j'espère que votre Seigneur sera faire preuve de clémence et de jugement pour voir que toutes les femmes qui travaillent dans ce domaine ne sont pas uniquement et seulement des filles de petites vertus » tu te détaches et humidifies des petites serviettes avant de les passer au micro onde pour les chauffer, celui-ci faisant un peu de bruit mais obligatoire ceci dit. La petite sonnerie marque l'arrêt et tu prends le plateau de ces deux serviettes chaudes pour t'approcher de lui, et lui poses les serviettes sur le visage « c'est un peu chaud mais sa va vous détendre » tu souffle un peu et remet bien convenablement ta robe de nuit malheureusement transparente pour lui. « Le soin touche à sa fin, je pense qu'il serait plus judicieux pour vous de payer en bas si vous ne voulez pas croiser le chemin d'une nouvelle demoiselle dénudée » tu lui tends ses vêtements et mets les petites serviettes dans un bac le laissant prendre son temps. Malgré son côté pieu et prude, tu dois avouer qu'il est d'un charme assez prenant. Son visage et ses muscles taillés dans le marbre de sa peau légèrement halé. Il est timide mais il à de quoi faire fondre n'importe quelle demoiselle à qui il oserait faire les yeux doux.

Tu croises les bras ne lâchant pas une seule seconde ce bellâtre se rhabiller « vous êtes Milicien si j'ai bien compris ? » Tu approches et l'aides machinalement en remettant bien son col « vous savez si l'envie vous prend de revenir parmi nous, vous n'avez qu'à dire mon prénom. Je ferrais ce qu'il faudra pour vous accueillir dans de bonnes conditions. On a beau faire la vente de nos corps envers certains clients, les filles de ce spa son aussi humaine que vous. J'espère avoir un peu changé la vision que vous aviez sur nous en arrivant ici. » Tu époussètes ses épaules et lui souris grandement. « Je vais vous conduire à l'escalier suivez moi » Sans t'en rendre compte tu lui prends la main comme a un enfant que tu souhaites guider, l'amenant à la porte tu le laisses l'ouvrir, tu as fait attention qu'il ne croise pas une seconde fois la petite blonde de tout a l'heure mais malheureusement il ne put échapper à la vue de fille en lingerie fine qui traverse les couloirs ou la salle d'attente. « J'espère vous dire à bientôt, non pas ici mais à l'étage plus bas, un milicien comme vous dois bien avoir besoin de se faire chouchouter après les rondes que vous faites, Au revoir. Ravis de vous avoir connue Caelestis » ta voix prend une étonnante intonation amusé en le regardant de tes yeux pétillants tu lui laisse un large sourire toujours sincère et le laisse disparaître dans les escaliers devant retourner travailler sachant que tu as déjà pris du retard. Mais encore touchée par ta rencontre avec ce jeune homme surprenant.


Thx to Caelou ♥️
Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: "La vie en rose." || Sixteen ♥   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cristalcove :: Centre ville :: Spa Valhalla-