FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Hungry For You | ft. Akylina

Invité
Invité
(#MessageSujet: Hungry For You | ft. Akylina   Mer 20 Aoû - 19:35
Suite de « Un ange tombé du ciel ... Ou d'un arbre »

« Porter mes vêtement ne te convient-il pas ? » Il gloussa un instant, fier de sa bêtise « J’ai quelques affaires que tu pourrais sûrement porter, et dans le pire des cas je te déposerai chez toi en voiture par la suite, ce sera toujours plus sûr que nous balader dans ces tenues en plein centre-ville ! » Amusé par l’idée, il imagina comment certains de ses anciens collègues prendraient le fait de voir l’immortel se pavaner, dénué de son haut qu’il avait passé à la demoiselle dans ses bas, qui elle n’avait que ça pour se vêtir. Ils étaient capables de le coffrer pour délit d’exhibitionnisme et il le savait ! Aussi, il fut plutôt content de la décision de la demoiselle. De plus, il n’aimait pas beaucoup squatter chez les autres, il n’était jamais vraiment à l’aise … Alors que là, il pourrait être lui-même et retrouver son loft de surcroit, qu’il n’avait pas habité depuis une semaine maintenant.

Sur le chemin, il n’aligna pas un mot. Autant parce qu’il ne souhaitait pas attirer l’attention des passants, que parce qu’il n’avait rien à dire, le vampire garda le silence, se contentant de son contact avec Aky, qu’il n’avait pas daigné lâcher depuis qu’il l’avait prise dans ses bras. Une fois sortis du parc, quelques passants ne manquèrent pas de les lorgner, mais n’insistèrent jamais très longtemps en croisant le regard furibond de Salem. L’amour rendrait possessif et jaloux, mais la haine qu’il faisait passer en posant ses yeux sur autrui était bien plus violente que ça … Ce qui n’était pas pour lui déplaire au final, puisqu’on leur foutait la paix ! Une fois arrivés à l’entrée d’une vieille usine, située à la limite du centre ville, il affermit sa prise sur la demoiselle d’une main, tandis qu’il libéra la seconde pour se saisir de son portable. Touchant l’écran quelques fois, il le rangea ensuite et ouvrit une grande porte en métal, qui grinça un peu. Une fois entrés, il referma derrière lui et, sa belle toujours retenue par sa main puissante, il claqua de ses doigts libres, ce qui alluma instantanément la lumière.

Le loft était simplement énorme. De grands espaces dont les rôles étaient bien définis, à l’inverse des limites entre ceux-ci. Une cuisine tout en longueur occupait un angle, pour ensuite devenir la salle à manger équipée d’une table pour six personnes. Dans la continuité, on trouvait le coin salon et, un peu après, une paroi translucide. C’était la façon de Salem de délimiter les espaces vraiment privés, tels que les chambres et leurs salles de bains adjacentes. Remarquant un détail d’envergure, il esquissa un sourire et remercia Damian. Celui-ci, pendant que le vampire était bloqué à l’hôpital, avait fait ramener son piano noir à queue, ainsi que les cartons qu’il avait laissé derrière lui, dix ans auparavant. Il n’avait jamais eu le courage d’aller les récupérer, et que quelqu’un l’ait fait à sa place était de bonne augure ! Toutefois, il soupçonna que son ami ait prévu le coup et mis quelques cartons au sous-sol, puisqu’il en manquait plusieurs, marqués d’un grand « ELY & SAL » et qui représentaient quelques possessions de sa défunte femme ainsi que les objets leur ayant appartenu en commun et dont sa fille n'avait pas voulu.

Remerciant par la pensée son ami et surtout le fait qu’il eût été aussi prévenant, Salem s’avança vers la cuisine et y déposa la demoiselle. « Attends-moi ici deux minutes, je reviens ! » Il se dépêcha d’aller lui chercher un de ses pantalons en toile, le plus petit qu’il avait en stock ferait pour elle une parfaite tenue d’intérieur. Elle pouvait de toute façon garder la chemise pour l’instant et se débarrasser du trench, la température ambiante étant suffisamment élevée pour se balader à l’intérieur sans risquer d’avoir froid. Une fois revenu, il lui tendit le pantalon en expliquant « Ce sera plus confortable … Et sûrement plus agréable de se sentir habillée … » Il n’était pas très à l’aise avec ce genre de discours, aussi il changea rapidement de sujet. Ouvrant le frigo, il eu la désagréable surprise de voir quelques aliments abîmés par leur semaine sans avoir été consommés. Grognant dans sa barbe, il ajouta de faire les courses à sa liste mentale. Damian n’avait pas pu tout faire non plus, il était humain et avait une vie … Sinon il l’aurait sûrement épousé tiens !

Fermant aussi sec la porte du réfrigérateur après avoir jeté ce qui était abîmé, il demanda avec entrain « Pourquoi ne pas commander quelque chose ? Une envie particulière ? » Lui avait quelques envies, telle que la prendre là, tout de suite, sur le plan de travail de la cuisine, et se nourrir de leur luxure jusqu’à plus faim ! Mais avant de combler son envie, il devait au moins remplir son estomac et le sien, puisqu’elle avait elle-même fait remarquer qu’il lui faudrait se sustenter sous peu, au risque de se sentir mal … Certes, pas de la sorte, mais Salem n’était pas idiot non plus ! Aussi, il se saisit de son portable, tapa rapidement un numéro et commanda ce dont ils avaient besoin. Ceci fait, il annonça « Le livreur sera là dans dix minutes … » puis proposa « Tu veux faire quelque chose de particulier entre temps ? »
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Mer 20 Aoû - 21:08

Hungry for you


A sa question, Akylina eut un rire amusée. Même, elle le suivait dans sa bêtise « Nah ! Je préfère les vêtements proches du corps, ils me siéent bien mieux. Mais ceci dit … Comme ils portent ton parfum, je peux m’en contenter ». répondit-elle avec un air espiègle, sourire aux lèvres. S’il comptait sur elle pour rattraper ses âneries, il allait être déçu. La demoiselle avait un petit côté enfant. Il était facile de la faire rire et de l’entrainer dans la plaisanterie. Très bon public, elle suivait sans mal et en rajouter même ! Oui, elle en tenait une couche quand elle voulait. Bêtise partagée, la jeune femme restait silencieuse. Elle se laissait porter par le beau brun, observant par moment la route. En temps normal, elle aurait refusé de se faire transporter de la sorte, telle une princesse qu’elle n’était pas. Elle détestait l’image de la femme faible que l’on devait assister. Mais, Salem paraissait content à pouvoir la porter, aussi elle n’allait pas contre sa volonté. Et puis, n’oubliant pas ses pieds nus, elle n’avait pas tellement envie de se blesser à marcher sur le bitume parfois jonché de débris de verre.  Ainsi, tout était bien au final.

Bien … C’était vite dit. Car Akylina commençait à se poser un tas de question sur l’habitat du jeune homme. Ou vivait-il ? Comment ? Avec qui ? Était-ce loin de chez elle ? Avait-il des animaux ? D’ailleurs … A cette question, l’Hybride repensait à Poppy qu’elle avait salement abandonné sur le lino de son salon. Pauvre lapin … Mais heureusement, sa cage était par terre et la grille constamment ouverte pour qu’il puisse se balader à son aise. Elle n’avait pas tellement à s’en faire pour la propreté de son appartement, Poppy était très propre et faisait ses petites affaires dans la cage. Il ne mettait pas de bouffe partout non plus … Bref, c’était idéal ! Mais elle eut une pensée pour lui. Quant à la suite, ce fut assez banal. Dans le genre : Ai-je éteint toutes les lumières ? La porte d’entrée est fermée ? J’ai bien fermé le gaz et les robinets ? Des inquiètes plutôt classiques mais surement inutiles. A vrai dire, depuis qu’elle vivait seule, la jeune femme n’avait jamais découché une seule fois. Elle avait cette petite appréhension de retrouver son appartement saccagé, son violon en miette et tout ce qu’elle avait de valeurs disparus. Selon ses souvenirs, seul la fenêtre de son salon était ouverte … Mais vivant en hauteur, elle ne craignait pas trop que l’on passe par cette issue … Sa seconde appréhension fut la suivante : Que va-t-il se passer ce soir ?  Une simple soirée banale pour un couple naissant ? Un diner ? Ou peut-être plus …. Soudainement, elle eut une image bien particulière dans la tête. Autant dire que ses joues prirent feu … Mais Haros se corrigea mentalement en se disant : A ton âge tu ne devrais pas avoir peur de ça ! C’est qu’une soirée ! Aller relax, tout se passera bien ! En plus, il est très attentionné … Oui c’est ça ! Bien qu’elle tente de se convaincre, elle gardait cette petite crainte de ne pas assurer, de ne pas savoir quoi dire, faire … Bon crotte ! Pas besoin de stresser la ! Il n’allait pas la manger …

Arrivée devant chez lui, la petite demoiselle eut un … Choc ! Une usine ? Il vivait ici ou tout cela n’était qu’un traquenard visant à emmener les filles pour vendre leurs corps et leurs organes ? Sur le coup, Akylina venait à se dire : Un taré ? J’suis foutue … Mes reins et mon foi sont sains, prises idéal pour se faire de l’argent, adieu monde cruel. Comment ça elle se faisait un film de malade ? Ouais bon ok … Elle lisait peut-être trop de thriller et autres romans de ce genre. Mais, elle avait l’étrange impression de se trouver dans une scène du livre Millenium de Stieg Larsson. La grille maintenant ouverte, elle regardait les lieux … Tel un hibou à l’affut du moindre détail suspect. L’endroit avait tout pour être étrange !! Une usine désinfectée et complètement laissée à l’abandon. Une grille pour éviter toute évasion … Très peu de lumière … Une grande porte de métal qui grinçait, offrant une ambiance encore plus glauque.  Quand ils passaient la porte, la « victime » lança un regard par-dessus l’épaule du Brun, comme un au revoir à la vie et a la lumière. Et pouf ... Dans le noir. Comme pour retarder l’inévitable, la Musicienne ferma les paupières avec force, tachant de ramener ses cheveux vers son visage pour se cacher derrière. Et quand la lumière fut …. Elle la vit à travers ses yeux clos. Quoi ? Elle pouvait regarder ?.... L’Albinos entrouvrit un œil uniquement pour voir …Gné ? Elles étaient où les cages ? Les chaines et les instruments de torture ? La table d’opération et le frigo pour conserver les organes fraichement arrachés ?!  Bah non … Que dalle ! Si ce n’est un loft immense !! Complètement choquée, elle observait les lieux sous tous ses angles avant de jeter un regard en biais à Salem, genre discret on m’a pas vu et la : facepalm mental. Fille stupide … Arrête de lire avant d’aller te coucher … se dit-elle pour se corriger de son film. A peine visita-t-elle le loft du regard que ce dernier capta un détail essentiel : Un piano ! Et pas un petit truc tout riquiqui qu’on trouvait dans les salles de classes ! Cette simple vue le rendait heureuse.

De retour sur le plancher des vaches, Salem l’abandonna un instant. Elle se défit du trench qu’elle posa sur le banc du piano. Pensez-vous …. Elle s’y était déjà rendue pour toucher le clavier ! En caressant les touches blanches, elle regardait autour d’elle. He bien … Il avait un gout pour le luxe et la modernité. Quel était son métier pour vivre ainsi ? Avocat ? Non, ce n’était pas son style … Medecin ? PDG d’une multinational ? Au final, la demoiselle était contente d’être venue ici. Salem se serait sentit à l’étroit dans son type-deux ridicule. Akylina vivait légèrement au-dessus de ses moyens … Trop tentée, la jeune femme posa un genou sur le banc du piano et tapota les premières notes qui lui venaient à l’esprit. L’instrument était parfaitement accordé, le son très clair sans agressé l’ouïe, un bon outil en somme. Simplement vêtue de la chemise lui arrivant à mi-cuisse, elle restait debout devant le piano, continuant cette légère partition en attendant son retour. Retour qui ne se fit pas attendre. Abandonnant le piano pour attraper le pantalon, elle attendit qu’il tourne le dos pour enfiler le bas, encore une fois trop grand. Mais … Avec cette tenue, elle était bonne pour un numéro de cirque ! Plus que les chaussures taille 61 et elle était parfaite ! Cette pensée la fit légèrement rire. Aussi, elle annonça « Un simple boxer m’aurait suffi pour me couvrir. » joint d’un sourire alors qu’elle déboutonna le haut de la chemise, laissant voir la naissance de sa poitrine, ce qu’il faisait chaud ici ! Quant à la suite « Aucune envie particulière, je ne suis pas difficile ! » Elle le laissait gérer pour cela ! Se montrant comme curieuse, elle continuait à découvrir le lieu, sans rien toucher, du moins …. Le piano n’avait pas eu cette chance …

A son retour, post coup de téléphone, il l’interrogea sur ce qu’elle voulait faire. Cela la fit sourire « Je te sens mal à l’aise dans cette demande. » fit-elle remarquer en tout sympathie, avant de demander. « Cet appartement est incroyable ! J’ai presque honte de mon pseudo-studio ! Quel est ton travail ?... » Si ça se trouve, il vendait de la drogue … Oui, elle songeait à toutes les possibilités et même les plus absurdes.



Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Mer 20 Aoû - 22:20
Salem était sensible à l’humour de la demoiselle, mais encore plus aux attentions qu’il pouvait lui porter. Aussi, après avoir largement souri à la répartie d’Aky lorsqu’ils marchaient, il lâcha un petit juron en comprenant qu’il avait mal fait les choses et que, de surcroît, il en devenait parfaitement inutile ! Quel con, il aurait du y penser ! Enfin, il était tellement habitué à ce que Damian vienne squatter chez lui sans emmener de change, qu’il avait des habitudes plutôt originales pour ses invités à force ! Aussi, après avoir acquiescé lorsqu’elle eu indiqué ses envies – soit aucune, nouvel échec, c’était quoi la suite ? Qu’elle se casse ? – il se grouilla de retourner dans son dressing et choper le boxer le plus serré qu’il avait en stock. Heureusement pour lui – pour elle surtout – quelqu’un lui en avait offert – pas de commentaires – d’une taille ou deux inférieure à la sienne. Il revint donc, un petit sourire de winner aux lèvres, avec le boxer dans les mains. Autant dire qu’en plus d’un abruti vu sa tronche, il avait aussi l’air d’un pervers fétichiste des sous-vêtements à moitié à poil !

« Normalement, ceci devrait faire l’affaire, et être plus à ta taille que … » Il regarda un instant son pantalon qu’il aurait pu appeler un pouf « Ce que je t’ai refilé toute à l’heure ! ». Intrigué par sa remarque et sa question suivante, il profita qu’il eût du avoir les yeux ailleurs – qu’elle se change sans être gênée – pour ouvrir ses cartons, les identifier et les ranger contre le mur, tout en expliquant « Je ne suis pas forcément à l’aise pour satisfaire les demandes matérielles des gens … En revanche, je suis assez doué pour dénicher à peu près tout le reste ! » Faisant une pose le temps de déplacer quelques cartons, il rajouta ensuite « Je suis détective privé, et cette usine est aussi mon cabinet. Enfin … Tu te trouves actuellement dans la partie privée, mais de l’autre côté de la porte … » Il montra rapidement une petite porte, située à l’écart « Tu as l’accès à mon bureau et à la salle d’attente. Nous sommes côté parc, alors que le cabinet est du côté du centre-ville. Tu es peut être passée devant, mais il est normal que le bâtiment ne te rappelle rien, la façade est complètement différente. »

Une fois satisfait de son rangement, il s’installa au piano et rajouta « Tu n’as pas à avoir honte d’un studio, chacun fait selon ses envies ! Et puis pour tout avouer, j’aurais préféré avoir plus petit, mais malheureusement je devais utiliser tout l’espace, sous peine que la ville rase une partie de l’usine pour faire je-ne-sais-quoi à côté, dans l’espèce de terrain vague par lequel nous sommes passés et qui fait aussi partie des lieux. Tout ou rien en somme ! » Remarquant qu’il avait de nouveau oublié un truc, il se dépêcha de récupérer quelques feuilles dans un carton, les placer sur le support à partitions du piano, puis lança avec entrain « Bon, il est temps de voir ce qu’il a dans le ventre ! J’espère qu’il n’en a pas perdu ou qu’il ne s’est pas désaccordé à force de prendre la poussière ! »

Galop-Marche (YouTube)

Prenant une bonne inspiration, Salem se lança. Une musique bien trop poussée pour un seul pianiste se répandit, propagée par l’acoustique particulière du loft. Comme la dernière fois où il avait joué du piano, il se remit à user de son don, mais cette fois par choix et à défaut de pouvoir faire autrement. Il s’était attaqué à un grand classique, créé pour être joué à huit mains. Lui n’en avait que deux, et sans sa capacité, ce « Galop-Marche » n’avait plus aucun sens ! Se lâchant complètement, il fut surpris que l’instrument n’en souffre pas autre mesure. Soit il était vraiment bien conservé, soit quelqu’un l’avait régulièrement utilisé, soit Damian l’avait fait accorder. Hésitant tout de même entre les deux dernières options, et imaginant un instant sa fille de dix ans – qui en avait maintenant vingt, mais qui dans sa dernière image était assez jeune et surtout bien assez dangereuse comme ça – qui y jouait, il se promit de faire le point avec son ami, qu’il sache à quel point il avait assuré en son absence.

A peine eût-il le temps de revenir sur terre après avoir fini de jouer la partition endiablée que quelqu’un tambourina à la porte « Ah, enfin ! » Oui, ça faisait à peine cinq minutes et quelques, et c’était déjà long pour lui. Il salua rapidement le livreur, récupéra ses biens et le congédia. Non, il n’avait pas payé. Pour lui c’était normal, mais peut être pas pour elle … Aussi, pendant qu’il mettait quelques desserts au frais – tout comme deux bouteilles d’un truc communément appelé Crème Chantilly – il expliqua « J’ai un compte chez eux, ils me dressent directement la facture à la fin du mois, c’est plus commode ! » Il posa ensuite les quelques pizzas sur le plan de travail de la cuisine et proposa « Que souhaites-tu faire en premier ? Jouer un peu, manger un morceau, ou … » Il chercha un instant comment amener la chose « ou ce que tu veux en fait ? » Nan, encore un essai foireux !

Salem en revanche décida très vite. Quoi qu’elle choisisse de faire, il avait besoin d’un bon remontant. Ne pouvant s’imaginer jouer plus longtemps – que ce soit du piano ou avec ses mains baladeuses, AHEM – sans s’être convenablement nourri, il chercha dans le frigo une poche de sang, qu’il déboucha comme une compote en sachet pour gamins, ou de la purée de tomate vu la couleur. Et, avec une certaine classe malgré la situation, se reposant contre le bord du plan de travail, il bu son repas express à la paille. Bon, d’accord, il avait un peu l’air de … De rien en fait, mais il s’en foutait radicalement de son image – enfin pas trop non plus, mais voilà quoi – et savoura un bon vieux O négatif, qui lui changeait radicalement de la merde qu’on lui avait servi à l’hôpital !
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Jeu 21 Aoû - 19:20

Hungry for you


Curieusement, Akylina avait une sensation de légèreté. Elle voyait sa timidité s’envoler un peu plus à chaque seconde passée à ses côtés. Cet homme savait vraiment la mettre à l’aise, en plus d’avoir le don de la rassurer. Cela était bien … Et sans ça, jamais Haros n’aurait acceptée de le revoir, de l’embrasser, de le rassurer sur ce qu’il était, et même de le suivre jusqu’à chez lui. Bien sûr, son manque total de repéré était perturbant, tout comme ce gout de nouveauté. Cette simple légèreté l’était en vérité ! La Musicienne avait toujours vécue oppressée par la présence de Neo. Elle luttait pour rester maitresse de son corps, elle faisait attention à la moindre faille, à la moindre erreur. Même face au trouble le plus minime, l’Autre balayait sa volonté pour prendre le dessus. Mais depuis ce fameux soir, les choses s’amélioraient. L’Hybride se faisait vraiment curieuse ! Elle voulait savoir ce que Salem lui avait dit pour qu’elle vienne à se montrer d’un coup aussi sage et « docile ». Mais surement ne saurait-elle jamais … Tant pis. Quoiqu’il en soit, devant son trouble actuel, l’Immaculée restait elle-même. Pas de manifestation, ni de commentaire. Juste elle … Et sa simple pensée. Whouaa quoi ! Autant en profiter ! En plus …. Ce soir, elle sentait qu’elle pouvait se montrer véritablement, qu’elle pouvait être elle-même, sans feinte ni masque. Cependant, la demoiselle portait toujours ce masque de timidité, mais il était plus terne et effacé, jusqu’à venir disparaitre totalement avec le temps. Tout cela lui faisait vraiment du bien …

C’est avec un sourire qu’elle l’observait retourner à sa chambre. Elle ne pouvait s’empêcher de trouver ses maladresses charmantes. De retour peu de temps après, Salem abordait un air victorieux, fier de sa trouvaille ! The winner ! Ou bien un taré se baladait avec des calecifs à la main … Personne n’est parfait ! Attrapant le sous-vêtement avec un sourire, joint d’un remerciement, Akylina attendit sagement qu’il tourne le dos pour se changer. Elle avait beau être à l’aise, elle n’en restait pas moins prude. Soudainement …. Quand il venait à parler de taille, Haros ne sut retenir une image envahissante. C’était surement plus à sa taille que … Quoi ? Non !! Elle n’avait pas l’esprit perverti ! Elle ne songeait pas une seule seconde à ce qu’il cachait sous ses vêtements. Oui … Pas une seconde mais plusieurs en fait ! Non mais oh !! C’était quoi cette pensée la !? Et surtout l’image qui se présentait à son esprit. Il n’était pas nécessaire de démontrer l’imagination de la jeune femme. Fixant le boxer un instant, elle cligna des paupières plusieurs fois alors que le rouge lui montait aux joues. Nyah !!! Stop ! Aussitôt, l’Athénienne tourna le dos ! Honteuse ! Impie !! Coquine …. Pas possible. Elle était donc corrompue ! Non ! Juste que …. Que les scènes érotiques étaient nombreuses dans les romans qu’elle lisait, ce n’était pas sa faute si … Si on lui mettait cela sous les yeux ! Rum rum … Mauvaise foi bonjour !

Tout en réprimant ces songes hautement déplacés, Akylina laissait le pantalon glisser le long de ses jambes pour finir par terre. D’une flexion des genoux, elle attrapa le tissu par le poser contre le dossier du canapé. Puis passant une jambe après l’autre dans le sous-vêtement, elle l’enfila. Par moment, elle lançait des regards inquisiteurs vers le jeune homme, comme pour s’assurer qu’il n’était pas en train de regarder. Ouf non ! Et pouf, la voilà descente, ou presque ! C’est qu’elle était sexy sous la chemise du Brun. Elle cachait vraiment ce qu’il fallait subtilement tout en dévoilant une longue paire de jambe et un léger décollette. Bizarrement, elle adoptait la tenue post-amour des femmes … Non, elle ne cherchait pas la petite bête ! A vrai dire, tout cela était inconscient comme elle n’était jamais tombée dans le lit de quiconque …

Quoiqu’il en soit, elle apprit rapidement sa profession ainsi que l’utilité de cette usine, ou plutôt sa double fonction. Un détective privé … Quel classe ! Ca expliquait aussi sa curiosité. Les affaires devaient bien marcher pour lui. Explications données, il eut l’idée de lui jouer la « sérénade ». Quelle belle idée ! Charmée par l’initiative, la belle demoiselle partit le rejoindre pour venir s’asseoir à l’extrémité du banc, sur le bord. Elle lui tourné légèrement le dos mais ne ratait pas la moindre note de cette partition des plus complexes, surtout qu’ils manquaient de musiciens pour lui rendre tout l’hommage qu’elle méritait. Mais … Il ne manquait rien à cette mélodie ! Ce seul pianiste parvenait à la sublimer à lui seul. Comment faisait-il ? Akylina était très intriguée ! Mais pas une seule fois elle ne se tournait pour comprendre le mystère. Elle se laissait juste aller, souriant à l’entrain que dégager le Détective. Il était vraiment doué … Et cela ne faisait qu’attirer d’avantage la petite chanteuse. Chanteuse qui resta muette tout le temps de la performance.

A la fin, elle entrouvrit les lèvres pour parler mais « Toc toc ! ». De sa gorge ne sortit qu’une inspiration sans la moindre suite. Impatient, Salem se leva aussitôt pour aller ouvrir, se saisir de la nourriture et refermer la porte. Il ne payait pas ?! Comme lisant la « détresse » de son invitée, il précisa de suite qu’il payait toutes ses consommations à la fin du mois. Ha … Haros se contenta de hocher la tête en le suivant du regard. Les desserts au frigo et les pizzas sur la table, il l’interrogea, semblant vraiment ce soucier de ses envies. Toujours sur le banc du piano, la petite demoiselle le regardait, semblant d’un coup gênée. « Je ne sais pas trop … En vérité, je ne sais pas vraiment ce que fait un … couple. » Couple … Était-ce vraiment ce qu’ils étaient ? Elle se mit à rougir et baisser la tête, craignant presque de s’être tromper dans le terme ou d’avoir mal jugé cette relation. « C’est ce que nous sommes non ? » s’assura-t-elle presque, inquiète. « Mes inquiétudes et questions doivent te paraitre bête. Avant ce soir, je n’ai jamais été avec personne …. » Confia l’Athénienne non sans une certaine honte. La condition d’hybride était très dur … Ces enfants nés des unions mixtes étaient aussi rare que mal vu. Ils n’étaient pas la moitié d’un humain, ni même d’un vampire. Ils étaient entre les deux, instables, détestés et souvent maltraités. Ainsi …. Cette solitude qu’elle venait de confesser n’était pas sans surprise. Soucieuse de sa réaction, elle tourne les yeux vers lui, voyant ce qu’il tenait dans la main, telle une pom’pote. Sauf que la pigmentation de la mixture ne laissait pas de place au doute. Son visage commençait doucement à pâlir – oui c’était possible. Son expression de joie changeait légèrement pour de la peur. Vivement, Akylina tourna la tête à son opposé, les yeux clos, elle se cachait de cette vue sanguine. « Na… navrée … »


Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Jeu 21 Aoû - 22:21
Salem manqua de peu d’avaler le sang de travers et en recracher une partie. Parvenant à ne pas finir plié en deux par les contractions soudaines et successives de certains muscles, il se retint au plan de travail tandis qu’il reprenait peu à peu le contrôle. Il avait besoin de respirer un bon coup, aussi il retira le tube de sa bouche le temps d’inspirer un bon coup et lâcher à temps « Je pense que c’est ce que nous sommes, en effet … » Il se sentait con, vraiment con. Lui-même n’était pas sûr de la façon dont il pouvait considérer cette relation. Ils se connaissaient depuis quelques heures en tout, s’étaient confiés quelques secrets et révélés quelques points communs. Mais l’immortel ne savait même pas à quel point ils pouvaient se considérer comme étant en couple. Alors la remarque l’avait surprise, pourtant le dire lui-même lui paru le plus normal du monde, et surtout vrai. Finalement, tant qu’eux le pensaient, alors ils l’étaient, c’était sûrement aussi simple que ça, il l’espérait du moins.

Ne pouvant décemment pas reprendre son repas alors qu’un silence pesant s’installait, il tenta de la rassurer comme il le pu, hésitant entre se diriger vers elle et garder une certaine distance pour ne brusquer personne … Il choisi la seconde solution et se lança « Sans trop vouloir m’avancer, je pense que tu as déjà été en couple, avec Ares. Même s’il ne s’est rien passé de physique, pour toi en tout cas, tu ressentais quelque chose pour lui, et je suppose que s’il s’occupait aussi bien de toi, c’était sûrement réciproque. Il n’y a pas vraiment besoin de beaucoup de choses pour être en couple, si ce n’est de ressentir quelque chose d’intense pour l’autre et de passer du temps avec pour partager des moments heureux. Enfin … C’est ma vision du couple … » A le dire à haute voix, cela prenait tout son sens et se trouvait d’une logique que l’immortel acceptait avec joie. En même temps, s’il avait été contre sa propre logique, il aurait eu l’air idiot le vampire !

Quelque peu rassuré par ses propres mots, il se dépêcha de finir sa poche de sang, pour se trouver le plus rapidement possible auprès d’elle. Il aurait bien consommé son sachet en restant à ses côtés, mais s’il avait appris un truc sur ces sachets en plastique, c’est qu’il avait un don inné pour les faire éclater et que rester le plus près possible de l’évier était la meilleure chose qui pouvait arriver, que ce soit pour lui, la poche, le sol, le piano ou les vêtements de la demoiselle. Pourtant, Aky se mit à le fixer d’une drôle de façon. Cherchant à comprendre ce qu’il lui arrivait, il chercha par analogie quand on lui avait fixé de tels regards, et il n’en fût pas déçu. Sa femme et sa fille venaient de lui apparaître dans le même flash et il se figea complètement. Pourquoi, d’un coup, lui inspirait-il une pareille peur ? Ne comprenant pas, il n’hésita pas à poser sa poche à moitié finie dans l’évier et à se diriger rapidement vers elle.

Restant à quelques pas, au cas où sa simple présence lui infligeait déjà une peur bleue à sa belle, celui qui se rappelait avoir été une horrible bête trouva rapidement un de ses fauteuils et se posa dessus, prêt à se relever à la moindre crise de panique ou demande express de sa part lui indiquant qu’il devrait prendre l’air, pour éviter qu’elle ne souffre une seconde de plus d’une quelconque phobie à son encontre. « Je … » Les yeux bas, il hésita longuement et reprit « Si j’ai fait ou dit quelque chose qui t’a fait peur … J’aimerais que tu me le dises … » Ravalant sa salive et la boule de culpabilité qui trainait dans sa gorge, il s’efforça de reprendre « La dernière fois que j’ai vu ce regard, c’était juste avant que je ne morde ma femme et la vide de son sang. Ma fille m’a adressé pratiquement le même par la suite, mais je le savais teinté d’une vague de colère qu’elle a exprimé bien plus tard, en tentant de me faire la peau. Plus jamais je ne veux revoir ce genre de choses, aussi, s’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour que tu ne l’aies plus … S’il te plaît dis le moi. Même s’il faut que je parte d’ici dans la seconde, il faut vraiment que je sache … » Parce que sinon, cela allait le rendre dingue, de ne pas savoir, de ne pas pouvoir la rassurer, de redevenir le monstre qu’il craignait tant et qu’il pensait avoir enterré avec sa femme.
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Ven 22 Aoû - 1:36

Hungry for you


Via les paroles de Salem, la jeune femme apprenait ce qu’était un couple. Du moins selon sa vision des choses. Ils en étaient un … Les confessions faites n’étaient en rien anodines … C’était une preuve de confiance, en plus d’être libérateur, d’avoir annoncés tout cela. Meurtre d’Ares et d’Elizabeth … Cette similitude était presque sordide en y repensant. Alors qu’elle pensait avoir en face d’elle son premier petit ami, le Détective disait le contraire. Du moins, il affirmait que selon sa notion du couple, elle l’avait été avec le vétérinaire. Ouvrons le Petit Jensen à la page 253. Couple : ‘ Se dit de deux personnes ayant partagées des moments ensembles, bon ou pas. Un couple se définit par la nature amoureuse des sentiments et l’envie de passer du temps avec l’autre ‘ Ouais … Ce n’était pas trop mal comme définition. Dans ce cas de figure, on pouvait dire qu’en effet, Akylina avait été en couple avec son Sauveur. Encore une fois, le Brun la rassurait sur sa relation avec cet homme. Décidément … Mais pour le coup, Haros n’en avait pas tellement « besoin ». Elle n’avait jamais été inquiète de sa relation avec lui, elle ne l’avait jamais vu comme un amant ou un compagnon, plus comme …. Bah, en fait elle n’en savait rien. Et l’idée de songer au passé ne lui semblait pas très bonne. Et puis actuellement, la demoiselle était trop obnubilée par sa peur pour penser à quoique ce soit !

Cette simple vision rougeâtre avait suffi à faire naitre la peur. C’était si étrange et à la fois si contraignant comme phobie. Le sang faisait partit de la vie. Non, ils étaient même la vie ! Sans lui, le cœur humain cessa de battre, sans lui les vampires meurent. Mais à cause de lui, Akylina était foudroyée par la peur. Les choses n’avaient pas toujours été ainsi. Non, cette peur était apparue ce fameux matin dans le lit de son Sauveur. Depuis, elle craquait légèrement à la moindre goutte de sang … Autant dire qu’en cas de blessure, c’était assez épique … Imaginez la scène suivante : Dans la cuisine, Aylina était en train de couper les tomates et les concombres pour sa choriatiki salata, enfin sa salade grecque quoi. Distraite par Poppy qui passait par là, la lame du couteau glissa sur son doigt, tranchant sa peau plutôt que la chair du fruit – car la tomate est un fruit. Avertit par la douleur, elle observait son doigt pour le voir rouge de sang ….  C’est ainsi qu’elle s’évanouit, pour se réveiller vingt minutes après et revoir sa plaie, du sang un peu partout sur le carrelage, et rebelote. Non mais avouez … C’est carrément ridicule et infâme, mais on ne peut plus véridique ! Donc, ce genre de situation pouvait être un gros what the fuck. Pauvre Akylina … Vivre avec une phobie peu commune était déjà difficile, elle n’a aucunement besoin de que l’on vienne se moquer d’elle.

Bref, elle était là, à se figer à la moindre vu de sang, à la moindre présence de sang. – Il y en a dans tes veines ma fille -. Se recroquevillant progressivement sur elle-même,  elle posa ses mains sur ses bras et baissa la tête, venant d’avantage à se cacher derrière ses cheveux. Dans cet état, elle ne voyait pas Salem paniquait devant pareil changement. A vrai dire, elle ne se doutait même pas du film qu’il était en train de se faire. L’Athénienne n’avait rien dit de sa phobie. Peut-être aurait-elle du. Il était un Immortel après tout, le sang était la base de son alimentation. Mais …. Elle devait avoir une tendance masochiste pour se rapprocher de la sorte d’un vampire, sachant pertinemment quelles étaient leurs habitudes alimentaires.  Ne captant pas les déplacements du Brun, l’Albinos restait là, dans cette posture. Elle tentait de se convaincre que ce n’était rien, qu’elle n’était pas entrée en contact avec le sang, ni même qu’elle en verrait d’avantage. Cela était déjà bien suffisant. Qui sait qu’elle serait sa réaction face à un véritable carnage sanglant … Surement deviendrait-elle complètement folle et monstrueuse. Oui, il ne fallait pas oublier l’attrait du sang qu’avait Néolina.  

Tout de même conscience et présente, elle entendait la voix de Salem. Il était hésitant dans ses mots comme dans ses gestes. Il n’osait même pas l’approcher. Aussitôt, le Détective pensait être à l’origine de son mal. Il disait vouloir être au courant s’il avait fait, ou dit, quelque chose d’incorrect. Quoi ? Pourquoi dire pareille chose ? Il n’avait rien fait pour l’offenser ou lui faire peur. Aussi, elle ne comprenait pas. Mais très vite, le Brun s’expliqua. Ce regard ne lui était pas étranger. Bien au contraire. C’est avec ce même regard que sa défunte femme l’avait regardé avant de mourir. C’est avec cette touche de peur que sa fille le regarde aujourd’hui. « Plus jamais je ne veux revoir ce genre de chose » et tel était le spectacle qu’elle lui présentait à cet instant. Qu’elle honte Akylina ressentait à cet instant. Enfin, il parlait de partir. Quoi ?! Pourquoi faire ? Pour aller ou et faire quoi ?! Non !! Elle ne voulait pas de cela ! Animée par un élan de courage, du moins elle l’identifiait comme tel, l’Athénienne se leva du banc pour venir le rejoindre à vitesse grand V. Elle lui sauta carrément dans les bras, quitte à en tomber à la renverse. Les mains posées contre son torse, l’Immaculée demoiselle posa son front contre son épaule. Entendre qu’il se tenait pour responsable lui avait mis un coup de fouet, elle retrouvait l’usage de la parole. « Stop Salem … Ne pars pas .... » réclama-t-elle. « J’ai été stupide de ne rien te dire. Mais c’était essentiel, je m’excuse. La simple vu du sang m’effraie … Il en est ainsi depuis que j'ai retrouvé le corps d'Ares ...  Et c’est complétement ridicule car je veux être à tes cotés mais tu es un Immortel …  J’aurais dû te le dire … » fit-elle avec regret tout en restant contre lui … A la fin de sa réplique, un bruit étrange et grave se fit entendre. Direction le vente de mademoiselle qui annoncer sa fin. Blanc de quelques secondes à cause de son mal aise et elle eut un rire gêné « Oups … »


Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Sam 23 Aoû - 21:38
Dégoûté, encore et encore, Salem se posait d’éternelles questions, auxquelles il avait mieux ne pas proposer de réponses, au risque de lui causer des dommages moraux bien trop violents pour qu’il puisse s’en remettre. Le monstre qu’il se sentait révéler était en train de le bouffer, et plus que la peur d’en redevenir un, il craignait de lui faire du mal, à elle. La situation devenait de plus en plus critique et le vampire se mit même à imaginer ce qu’il pourrait se passer ensuite … Vraiment rien de bon ne s’en dégagea.

C’est alors qu’elle … Lui sauta dans les bras ? Il avait loupé un épisode ou … Ne comprenant plus rien, il la fixa dans les yeux, les siens ronds de surprise. Alors elle s’expliqua, et comme si tout le film qu’il s’était fait venait de se rembobiner, son regard sur elle changea. Elle avait peur … Du sang ? En l’instant, il ignora ce qui était le plus risible … Qu’en tant qu’hybride elle ne supportait pas la vue du sang, qu’elle ne le lui ait pas dit plus tôt ou qu’il ait cru à maintes choses horribles alors qu’il ne s’agissait que de ça ? Il ne se moquait pas de son problème, affreusement gênant en soi, mais ses nerfs s’étaient trouvés tellement chauffés à blanc qu’il n’aurait pas fallu grand-chose pour qu’il craque. Un truc comme le bruit qu’elle venait de faire, ou sa remarque suivante …

Tremblant un peu, un sourire maladroit se dessina sur la face du vampire, qui se cala le cou de sa bien aimée pour respirer lourdement et finalement exploser de rire. Il était désolé, mais ça il ne pouvait plus le contrôler. La serrant doucement contre lui malgré ses espèces de spasmes qui le traversaient, il s’efforça de se contenir le plus rapidement possible, ce qui prit plusieurs dizaines de longues et interminables secondes. Les yeux remplis de larme, il se retira de son épaule et s’écrasa au fond de son fauteuil. « Oui, tu aurais vraiment du me le dire plus tôt … » Il respira un bon coup et rajouta « Si je ne parviens pas à te comprendre, je cherche à te déchiffrer par moi-même, pour trouver le problème ainsi que sa solution. Mais en ce moment, je n’arrête pas de partir dans des extrêmes à cause de ce genre de choses, donc s’il te plait la prochaine fois, préviens moi … Je ne t’en veux pas de ne pas me l’avoir dit, mais il serait bon pour nous deux que nous évitions ce genre de quiproquos à l’avenir … »

Repensant à quelque chose, il se redressa et se leva du fauteuil, l’entrainant dans ses bras. « Il serait peut être temps que l’on se sustente, non ? » Une fois revenus devant les pizzas, qui sentaient étrangement bon maintenant qu’il était rassuré, il la posa et annonça rapidement « Sers-toi, je finis ma poche et j’arrive ! » Il contourna l’ilot sur lequel étaient posées les pizzas et se dirigea vers l’évier. Face au mur et dos à elle, il se dépêcha de finir sa poche, qu’il jeta rapidement à la poubelle. Rassasié, enfin en partie du moins, il revint rapidement vers elle et se servit une part. Dieu qu’il avait faim ! Finissant rapidement une part, il en profita pour demander « Au fait, puisqu’on en est à discuter nourriture … Est-ce qu’il y a des choses que tu préfères, d’autres que tu aimes moins ? » Un peu trop curieux, il demanda aussi « Et … Sais-tu ce qu’il en est pour elle ? », faisant clairement comprendre qu’il parlait de son double. Considérant qu’elle pouvait se pointer n’importe quand, autant essayer de la comprendre avant et ainsi gagner un peu de temps … En plus d’économiser de nouveaux quiproquos qui auraient sûrement sa peau !

[ HJ : Désolé, le post n'est pas très long ni fourni --' ]
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Mar 26 Aoû - 14:55

Hungry for you


Akylina avait été accueillie à bras ouverts par le beau Brun. Il fallait dire qu’elle ne lui avait pas tellement laissés le choix non plus. Non, elle s’imposait tout simplement en prenant place sur lui. Cela bizarrement, cela lui semblait presque normal. Peut-être commençait-elle à comprendre cette notion de couple dont il parlait juste avant. Dans ce cas, la jeune demoiselle allait très vite se faire à cette … Chose que l’on appelait l’amour. Elle ne ressentait aucune peur non plus. Enfin, uniquement une petite appréhension qui ne daignait vouloir la quitter pour le moment. Mais c’était bien ainsi … Toujours méfiant ? Non, juste qu’elle ne savait pas tellement à quoi s’attendre. Enfin, l’inconnu avait quelque chose de plaisant aussi … Qui vivra verra comme on dit.

Quoiqu’il en soit, l’Hybride ignorait dans quel état psychologique se trouvait le Détective, tout comme la torture que cela avait été pour lui de revoir ce regard. Et puis ça allait, plus la musicienne se trouvait bête et cruelle d’avoir gardé le silence sur cette phobie stupide. C’est vrai quoi … Il n’y avait pas de quoi avoir honte de ses peurs. Pourtant, cela était le cas pour elle. Mais son comportement avait couté cher à son nouvel, et premier, amoureux. D’ailleurs, ce dernier la fixait avec des yeux ronds alors qu’il était secoué par de légers tremblements. Hmm ? Curieuse, la demoiselle soutenait son regard tout en cherchant l’original de son mal. Et malgré tout, Salem se mit à sourire, un peu forcé ceci dit. Il se laissa aller contre la nuque de la demoiselle, puis après une sorte de soupir, il se mit à rire aux éclats. Perdue, Haros avait dû louper un wagon. Un coup, il était en stress total, l’autre il était hilare. Oui, la … La jeune femme était totalement larguée ! Néanmoins, elle préférait l’entendre rire que pleurer … Quoique … Alors qu’il serrait l’Hybride contre lui, des larmes prirent possession de ses yeux. Oh … Non. Pourquoi était-il triste ? Elle avait donc si mal agit que cela ? Akylina s’en voulait terriblement même en ignorant la source de cet état. Mais cela ne saurait tarder.

S’enfonçant dans le canapé, il s’expliquait enfin. Salem disait s’être fait un film monumental, car si elle ne daignait pas l’aider à se faire comprendre, il devrait se contenter de la déchiffrer, au risque de se tromper et d’imaginer des montagnes de conneries, ce qui avait été le cas. Et la seule chose qu’elle venait à se dire ? « Oups … » C’est vrai qu’elle n’était pas très adroite dans les relations humaines, et cette maladresse se montrait ici, dans son silence et dans ce quiproquo. Affichant une moue plutôt gênée, elle se frotta la joue du bout du doigt un instant, venant ensuite à s’excuser pour cela. Aussi, elle rajouta même « Je dirais tout alors … » Puis, elle passa ses mains sur ses joues pour effacer ses larmes. Autant, il ne voulait plus voir de peur, elle ne souhaitait plus de voir larmes …

Puis vint l’heure de manger. Hallelujah ! Cria son estomac dans un élan de joie ! Se retrouvant porter par le beau jeune homme, Akylina ne résista pas et s’agrippa à sa nuque, un léger sourire aux lèvres. Elle avait vraiment l’impression d’être une princesse … C’était à la fois agréable mais agaçant. Les contes de fées, voilà bien longtemps qu’elle n’y croyait plus. Et après mur réflexion, l’Albinos venait à se dire qu’elle n’y avait jamais cru. Devant les pizzas, la demoiselle retrouva le sol. Salem lui demanda d’entamer pendant qu’il allait finir son sang. Acquiesçant d’un geste de la tête, elle se détourna un peu et ouvrit les boites pour voir les pizzas. Elle cherchait la meilleure parmi le lot … Merveille ! Elle sauta alors sur une part de quatre fromages. Et pas sélective du tout, Akylina prit la part qui lui semblait être la plus grosse … Désolée. Trop bon ! Et son repas fut très vite englouti. Bien qu’elle soit plutôt mince, l’Athénienne avait toujours beaucoup mangée ! Beaucoup trop pour sa constitution. On pouvait de suite se demander où elle rangeait tout ce qu’elle engloutissait ! Mais ici, pas moyen de faire sa morte-de-faim ! Elle ne devait pas se faire mal voir, ni passer pour une goinfre pas finie ! Donc … Akylina se modéra …. Par la suite, elle se fit interroger. « Monsieur le Détective est vraiment curieux … » répondit-elle avec un sourire amusé. « J’aime …. Beaucoup de chose … Mais encore plus le chocolat !! Et le fromage. Et le poulet … Et les fruits rouges … » Ouais, en fait elle aimait tout ! Mais non ! Car déjà elle prenait une autre part, retirant les champignons et les olives du bout des doigts. « Quant à Néo …. Elle n’aime que le sang je crois. C’est triste … Et toi ?!» Et pouf, la part de pizza disparut. S’essuyant la bouche sur du sopalin, elle lui demanda juste après « J’espère que ça ne te dérange pas si je passe la nuit ici … Je ne t’ai même pas demandé ton avis en disant vouloir venir ici … » Nunuche !! Évidemment qu’il est content que tu restes ! Sauf que pour elle, ce n’était pas aussi évident … Elle avait besoin d’entendre les choses pour les saisir. Naïve …

[/quote]
Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Jeu 4 Sep - 23:21
Salem esquissa un petit sourire. En cet instant, il se disait que jamais il ne pourrait se lasser. Se lasser de quoi ? De tout ça … Jouer du piano en compagnie de quelqu’un qui sait ce que cela créée comme émotions, la regarder réagir avec autant de véhémence qu’il se maudissait pour rien tout ça pour finalement le défendre, garder un œil amusé tandis qu’elle engloutit la pizza … S’explique en même temps et … Son sourire en coin s’étira un peu en voyant qu’elle venait de trahir quelques petites choses qu’elle n’aimait en revanche pas, ou bien moins que le reste. C’était un bon début aussi ! Engloutissant les parts aussi vite qu’elle, il attaque rapidement la seconde, toujours aussi affamé. Les regards qu’il lui jetait étaient aussi gourmands que son appétit était féroce … Il aurait pu la dévorer des yeux, enfin façon de dire hein ! A peine surpris par le penchant du double pour le sang, il trouva utile de se convaincre qu’il avait finalement tous les arguments pour plaire aux deux … Irrécupérable celui-là !

« J’aime à peu près tout, mais j’ai un sale penchant pour les pizzas et les snacks en général. Je n’ai jamais été très fan des légumes verts, et s’il y a une chose à laquelle je ne peux résister, c’est un bon vieil English Breakfast ! Je sais, ça peut paraître idiot, mais depuis qu’une connaissance m’y a converti, à chaque fois que je rentre dans un pub digne de ce nom, je commence forcément le repas qui va avec ! » Il ne savait plus vraiment d’où lui venait ce péché mignon, ou plutôt il ne voulait plus s’en rappeler. Cela remontait à aussi loin que la douleur pouvait le lui rappeler, et il était hors de question qu’il pense à de telles choses en cet instant. Son passé n’était certes pas derrière lui, mais il n’allait pas pour autant cesser de vivre ou aller de l’avant. Après tout, il avait passé déjà trop d’années à se repentir, il estimait avoir maintenant droit à sa part de bonheur, comme tout le monde, même s’il avait oublié à quel point cela pouvait le changer d’être influencé par ce monde …

Plus que surpris par la remarque d’Aky, il garda le silence un instant puis éclata de rire. Le genre de rire sincère, né d’un petit quelque chose forcément positif et qui ne pourrait en aucun cas être ou devenir un sarcasme. Au bout de quelques instants, il parvint à se reprendre et répondit « Si je t’ai invitée à venir ici, ce n’est pas pour te dire de repartir chez toi une fois vêtue ! Bien sûr que tu peux rester, aussi longtemps que tu le voudras ! » Il avait un instant supposé qu’elle eût joué un rôle, mais devant sa sincérité, il s’en était trouvé complètement désemparé … Ou simplement con ! Dommage pour la chantilly, elle n’attendait qu’eux pour attaquer le dessert, pauvre d’elle bloquée dans ce maudit frigo ! Mais ce n’était peut être pas plus mal en fait, coucher dès le premier rendez-vous n’était jamais de bonne augure … Si on pouvait considérer ça comme un rendez-vous, le premier qui plus est, et que la schizophrénie de la demoiselle ne fasse pas soirée-compte-double !

Reprenant une part, il pensa toutefois à sortir les boissons du réfrigérateur et posa quelques canettes sur l’îlot central. Peut être pourrait-il en apprendre un peu plus sur ses habitudes en passant … Déformation professionnelle qu’il dirait, il s’y était habitué à force ! Rapidement vint le moment du dessert, mais n’osant pas vraiment proposer le banana-split avec plus de chocolat coulant qu’autre chose, ou la chantilly sous pression en supplément pour les jeux … langoureux, il proposa, en guise d’interlude « Est-ce que tu as envie de jouer quelque chose ? Pour tout avouer … J’aimerais bien t’entendre de nouveau chanter, ça me manque beaucoup depuis la dernière fois … » Parler de fin n’était pas très poli, mais ça restait toujours mieux que de risquer quelques double sens avec son inverse, et tout ce que cela pourrait impliquer. Elle semblait si pure et chaste qu’il avait peur de l’abîmer, la casser ou la souiller à chaque parole un tantinet déplacée.

Bien qu’il aimait les plaisirs de la chair et le vivait plutôt bien, il était aussi très ouvert et en mesure de considérer que ce n’était pas forcément le truc de chacun. Alors si elle souhaitait simplement passer une bonne soirée en compagnie d’un gentilhomme, dormir un peu, prendre une bonne douche et se faire raccompagner jusqu’à chez elle où de meilleurs vêtements l’attendraient, il était prêt à faire ce genre de concessions … Même si la trique qu’il avait eu durant un moment n’était pas du même avis ! Il ne savait quoi trop lui proposer de plus, si ce n’était attaquer le dessert de la plus chaude des façons, même si pour ça il devrait sûrement prendre – Ahem – son mal en patience … Pas sûr que le mal en question soit contre, tout bien réfléchi, petit pervers celui-là !

[ HJ : Désoléééé du temps de réponse >.<" *OUITUPEUXTAPER* /Sbaf ]
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Sam 6 Sep - 23:21

Hungry for you


Ainsi, Salem avait un penchant pour la malbouffe comme on l’appelait. Cela était curieux. Il avait plus l’allure du mec sain dans son corps et dans sa tête que l’abonné KFC et autres pizzeria de la vile. Mais c’était bien aussi … Car Akylina n’était pas non plus adepte de salades et crudités. Elle aimait la viande et tout ce qui se prêtait au gras … Chips, saucissons, burgers et tout ce que le diététicien bannirait sans la moindre compassion. Grosse bouffe repéré à des kilomètres à la ronde ! Au moins, il n’y aurait pas de bataille dans le choix du menu ou du « restaurant ». Enfin … A savoir aussi qu’inviter sa moitié au kebab du bout de la rue n’avait rien de romantique. Et …. Vous l’auriez compris, la demoiselle aimait les histoires d’amours et la romance. Cucul … Mais véridique.  Et le pêché mignon : Les petits déjeuners anglais. Ha … Bizarrement, elle venait à la conclusion suivante : Un britannique. Mais non, c’était stupide ! Elle aimait les sushis mais pourtant elle venait de Grèce. Tiens …. L’Hybride se disait qu’elle n’avait jamais gouté au British Breakfast. Elle commençait même. « Je préfère les petits déjeuners français, avec la rose sur le plateau … » et maintenant elle était affichée comme fleur bleu jusqu’à la fin de sa possible courte vie. Amen ….

Et la … C’est le drame ! Face à la question de son invitée, le Détective explosa littéralement de rire. Mince ! Il se moquait le bougre ! D’ailleurs, la jeune femme se mit à gonfler les joues et regarder sur le côté, titillée par ce rire moqueur. Nameho … Ce n’était pas gentil de se moquer de la sorte ! De rire à gorge déployée de sa petite naïveté. Akylina ou la femme la plus ingénue de Cristalcove. Enfin, il s’expliqua en disant qu’il n’allait pas la mettre à la porte après l’avoir invité à venir passer la soirée, nuit (?), avec lui. Ha … Vue sous ce sens, les choses semblaient logiques. Mais elle avait toujours cette petite appréhension de déranger, ou de ne pas être à la hauteur. Tiens ? Elle pouvait rester le temps qu’elle le voulait ? Formule de politesse ou véritable invitation ? Salem ne mesurait pas l’ampleur de ses paroles. Mais il était chanceux. Car Haros n’était pas une parasite. Elle aurait pu squatter et profiter de la situation jusqu’à lassitude, jusqu’à ce qu’il le mette dehors. Car oui, les gens comme ça ... Bah ca existe ! Mais ouf ! L’Athénienne n’était pas aussi pot-de-colle.

Terminant sa part de pizza, la jeune femme ne pensait plus qu’à une chose : Le dessert. Le chocolat avait toujours raison d’elle ! Et … Face à lui, elle craquait littéralement ! Si si, Akylina pouvait en manger jusqu’à tomber malade tellement elle aimait cela. C’était dangereux … Surtout pour sa ligne. Mais les Hybrides étaient des créatures étranges. Bien qu’elle mangeait beaucoup, et n’importe quoi, la demoiselle ne choppait jamais les kilos qui accompagnaient cette douce tentation qu’était le sucre. Mais elle prenait son mal en patience et casser un peu sa faim en buvant sa canette. Fiouuuf, en fait, la jeune femme avait suffisamment mangée. La gourmandise lui dictait de prendre du dessert, mais …. Mais rien en fait ! Ce n’était certes pas raisonnable, mais quelque part elle s’en fichait.

En ce moment même, Haros se sentait libre et légère. Libérée du poids qu’elle nommait : Neolina. Légère car elle avait l’impression de pouvoir être elle-même sans le moindre frein. Oui, elle était contente … Salem avait un drôle d’effet sur elle. Un effet positif bien sûr. Plus surprenant, la demande du détective. Quelle chante ? L’Albinos semblait prise au dépourvu. Gênée, elle avoua. « Je ne m’attendais pas à ce genre de demande. A vrai dire … Je me sens … Bizarre. Je veux dire que … Je me suis bizarrement bien ici, avec toi. Je n’avais jamais ressentie cela, je suis troublée et je ne sais que faire. » Semblant timide et hésitante, elle baissa la tête et s’attaqua nerveusement à la couture de la chemise, celle même qui cachait l’une de ses cuisses. Elle avait la fâcheuse manie de tirer sur les files de couture qu’elle était nerveuse ou stressée. « J’ai envie de … D’être auprès de toi. De … De sentir la chaleur de ta peau, la force de tes bras… De pouvoir humer ton parfum et sentir tes baisers … » Et elle se mit à rougir. Elle n’avait jamais fait pareil confidence ! Elle n’avait pas l’audace pour. A coup sûr, cette réplique sortait d’un roman qu’elle avait lu ou quelque chose comme cela ! C’était peu habituel venant d’elle, qu’Akylina ne serait pas surprise de voir un copyright en fin de texte. Et puis crotte … Ce n’était pas sa faute si cet homme la mettait dans un état étrange, second … Mais attendez. Tout cela ne ressemblait pas à une sorte d’invitation chaste pour des câlins qui, eux, ne l’étaient pas forcement ? Mince ! Ses joues ne cessaient de rougir de honte, de gènes.  « Je suis désolée si tout cela te semble déplacé, je ne suis pas très adroite avec … ça. » Pauvre chose pourrait-on dire.


Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Dim 19 Oct - 10:32
Un énième petit sourire se dessina sur le visage de Salem. A force, il finirait par en choper une crampe, c’est certain ! Enfin, puisqu’il s’en foutait un peu, même beaucoup en fait, autant se faire plaisir et sourire sans la moindre retenue ! Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas souri comme ça, et il appréciait vraiment de pouvoir parler aussi librement avec quelqu’un, sans avoir une quelconque crainte. Oh bien sûr, il avait déjà prévu l’éventualité qu’elle ne lui brise le cœur, trop craintif pour se dévoiler entièrement, il n’avait pu imaginer l’amour sans planifier quelques plans « au cas où », histoire que cela ne le tue pas. Pas immédiatement du moins. Ce qui ne serait pas son cas à elle …

Mais pour l’heure, il ne semblait y avoir rien à craindre, et cela lui suffisait. C’était juste que … Depuis Ely, il n’avait jamais vraiment eu le cœur à flirter, et qu’il avait toujours aussi peur de ce qu’il pourrait lui arriver s’il s’accrochait de nouveau à quelqu’un. Enfin, pour le coup il était assez bien tombé, et se contentait de l’aimer, tout simplement. Aussi, il envisagea sérieusement de monter d’un cran dans le romantisme, avec le coup du petit déjeuner et tout ça … Ce qui impliquait aussi qu’elle passe la nuit ici et qu’ils partagent le même lit … Oh putain … Etait-ce là une proposition implicite de sa part ?

De petits moments de solitudes en silences en disant long sur leurs ressentis – et leur gêne, on aurait dit un duo de débutants … Bon, d’accord, c’était un peu le cas en fait – le vampire obtint finalement ce qu’il voulait. Des confessions, lui prouvant que tout ce qu’il ressentait était bel et bien réciproque. Soupirant d’aise à ces mots, il se rapprocha d’elle et la prit dans ses bras, tendrement. Si elle savait combien il en avait eu envie lui aussi … Ne pouvant résister, il releva doucement le menton de la demoiselle et l’embrassa. Ni trop de fouge, ni pas assez, juste ce qu’il fallait.

« Tu sais … » Nouveau sourire, emprunt d’une petite gêne, un trait d’honnêteté qui donnait envie de le câliner dans la seconde « Je ne suis pas très fort pour ce genre de trucs non plus. Ca fait vraiment longtemps que je n’avais ressenti ça, je crois même que j’ai du en avoir peur pendant un moment … » Peur d’aimer ? Oh que si, c’était possible, il en était la preuve ! D’ailleurs, il avait toujours peur, mais pour la première fois, il avait décidé de se lancer.

« As-tu encore faim ? » Lui avait tellement la dalle ! On passera sur tout ce qu’il aurait aimé déguster, dévorer, l’écher jusqu’à plus faim … Bref ! D’un petit sourire, il rendit sa liberté à la demoiselle et se dirigea fissa vers le frigo. Il en sorti les desserts qu’il posa sur l’îlot, puis retourna vers l’appareil pour en sortir les bouteilles de chantilly. Il n’aurait vraiment pas du. Jouer les pressés, les désireux, les joueurs, les pervers même. C’était mauvais d’avoir de sales idées derrière la tête, car un tôt ou tard le karma se vengerait et lui en foutrait plein la gueule !

En l’occurrence, ce fut assez tôt qu’il le regretta, car le destin se dépêcha d’abattre ses cartes, pour bien le faire banquer. Un pas. Flanqué des bouteilles dans ses mains, il n’avait pas vu le truc dégueu tomber du frigo, que Damian avait sûrement laissé pendant qu’il avait squatté le loft. Un pas, qui gâcha tout. Ou peut être ce fut son envie et sa luxure qui avaient finalement pourri cette soirée qui aurait pu être fort agréable …

Car au moment où son pied, mû par un geste d’une confiance inébranlable, se posa fermement sur la peau de banane que son ami avait laissé dans les parages après s’être servi comme un porc dans le frigo, l’adhérence entre son pied et le sol s’en trouva réduite à néant. Ajoutez à ceci la ferme intention d’avancer et vous obtenez une authentique chute à corps perdu – aussi connu comme « les quatre fers en l’air » - se soldant par un atterrissage sur le bassin, le dos et sur la tête, qui claqua violemment sur le sol à l’issue du vol plané. Comme pour parfaire ce tout, sa redirection ne fonctionna pas comme il l’aurait voulu – ne pouvant ainsi le protéger du choc, même pas amortir un peu – et se concentra dans ses mains au moment de l’impact, les nerfs stimulés d’une façon qu’il ne pouvait contrôler. Résultat prévisible mais ô combien surprenant, les bouteilles en éclatèrent dans ses mains et il se trouva inondé par deux masses difformes de crème chantilly en pleine expansion sur son torse.

Oui, en plus de défier les probabilités, Salem avait vraiment un karma de merde !

[ HJ : A ce stade, je crois que tu as le droit de me tuer et m'enterrer dans les bois ... Désolé du temps de réponse T.T
Bon, en retour, tu gagnes le droit de te foutre de la gueule de Salem jusqu'à la fin de ses jours ^^"
PS : Achievement Banana : DONE ! ]
Jack Dixon
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   Mar 21 Oct - 15:19

Hungry for you


Akylina était un peu dépassée par tout ça. Par tous ces nouveaux sentiments, cette nouvelle situation, cette ….. Envie étrange. Quelque part, la nouveauté lui faisait peur. Cette peur était typique des humains, la peur de l’Inconnu, de la déception, j’en passe et des meilleurs. Craignait-elle d’être déçue ? Hmm … Non, ce n’était pas le moment pour. Et puis, elle commençait à se dire que toutes nouvelles expériences – qu’importe sa nature – étaient bonnes à saisir. Aussi, elle ne fuirait pas, elle n’en avait pas vraiment l’envie non plus. Et plus … Elle commençait à l’oublier, mais elle n’était pas seule. En cas de souci, en cas de danger, l’Autre serait là pour … Pour les sauver, c’était son boulot, sa tâche, et la seule condition dans laquelle Akylina acceptait de se perdre : La sauvegarde de sa vie. Quand bien même elle s’était plus ou moins réconcilié avec Néo, elle ne lui accordait pas toute sa confiance et souhaitait contrôler ses interventions, enfin … C’était impossible, mais la était toute son envie et son souhait, garder une main sur elle et son emprise.

Et c’est une nouvelle prise qui se referma sur elle. Ou plutôt sur son visage. Les doigts de Salem attrapèrent son menton pour lui redresser le visage, s’en suivis d’un baiser plutôt doux, sans trop de brusquerie. Un baiser qui la fit tressaillir. Si bien qu’elle fut presque frustrée quand ce dernier prit fin. Mais hors de question de s’éloigner. Akylina restait dans les bras du jeune vampire, les mains posées contre son buste, le regard encré dans le sien. Et elle ne loupait pas cette petite gène qui apparue dans son regard, encore moins son charmant sourire quand il se prêta à un aveu. Un aveu qui la fit sourire. Etrangement, elle se sentait rassurée et moins seul quand l’autre disait que lui non plus n’était pas fort dans ce genre de situation, avec ce genre de sentiment. Ouf ! Elle passerait moins pour une cruche avec un camarade ‘novice’. Plus curieux et touchant encore, Salem parlait de sa peur … Celle engendrée par ces sentiments à la fois puissants mais souvent destructeurs. Quand bien même elle n’avait connu tout cela, la passion d’une union et tout ce qui s’en rapproche, elle le comprenait. Son passé et sa vie avec Haros n’étaient pas si différentes. Plus le temps passé, et plus elle donnait raison à Salem qu’en a cette déclaration : Je pense que quelque part, tu étais avec lui. peut-être bien au final …

« As-tu encore faim ? » demanda le Détective tout en libérant la demoiselle. Euh … Les pizzas avaient suffi à remplir son estomac. Mais … Quand elle vit le dessert derrière la porte du frigo, l’Hybride chassa toute trace de satiété, prise par la gourmandise. « Oui ! ». Sauf que le Vampire en paya les frais … Pire qu’un film de Pierre Richard … Ou d’un cartoon. Il … Il posa le pied sur une peau de banane tout droit sorti du frigo. Et c’est tout naturellement qu’il réalisa cette cascade aussi étonnante, qu’impressionnante et dangereuse. Le but ? Finir le dos sur le carrelage sans se faire mal. Mince alors !! Un Boum, puis un Shppp se firent entendre et Salem disparu derrière l’ilot central. On me voit … On me voit plus … Pendant quelques secondes, l’Albnos resta silencieuse, immobile et hébétée. Punaise … Puis, elle fit un pas en avant pour pouvoir le voir. Et quelle vue ! L’homme allongé par terre, la peau recouverte de serpentin blanc et crémeux. He bien … Akylina se mordit la lèvre pour retenir un rire qui, au final, éclata. Elle s’approcha de lui pour arriver devant « Ce dessert est plus intéressant. » Amusée et moqueuse, la demoiselle se baissa pour arriver à sa hauteur. Du bout du doigt, elle ramassa un peu de chantilly à même le torse du vampire et glissa son doigt dans son bouche. Mince, elle était bonne en plus !

C’est tout naturellement qu’elle en reprit encore un peu du doigt avant de se pencher vers le jeune homme, grimpant presque sur lui pour se mettre à califourchon sur ses hanches et l’embrasser … La soirée promettait d’être plutôt amusante …

Voilaaa, un gros suspense de fin pour laisser l'imagination faire son œuvre.
7
Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: Hungry For You | ft. Akylina   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 'India has the highest number of hungry people on earth'
» The very hungry caterpillar. (14/05/12 à 01h24)
» Hungry like the Wolf ϟ
» Prométhée Kingsley [Lié à Hungry Wolves / Libre]
» Description du QG des Hungry Wolves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cristalcove :: Centre ville :: Cabinet de détective SALEM A. JENSEN-