FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Ouvre les yeux j'arrive

Alyss Scarlet
HybridHybrid
(#MessageSujet: Ouvre les yeux j'arrive   Mer 17 Sep - 21:36
Petite nouvelle que j'ai écrite il y a quelques années. Je compte la reprendre et aimerai donc avoir des avis. Je posterai un peu tous les jours surement




Prologue






Elle a mal, terriblement mal… mais il ne l’aura pas. Non! Personne ne peut, il en paiera de sa vie. C’Est-ce qu’elle se répétait, il pouvait lui faire subir n’importe quoi, elle lui rendrait puissance dix.

«    Détache moi espèce de détraqué! Qu’est-ce que tu me veux?!    »

«    Lorsque tu t’énerves tu me fais encore plus envie ma chère…    »

«    Tu me dégoutes! Détache moi de ce truc!    »

Elle le voyait tourner autour d’elle, scrutant la moindre parcelle de son corps, ce type le paierai, oui. Elle le torturerait comme il l’a torturée. Elle le vit se rapprocher ensuite d’elle, le couteau en main.

«     Tu sais que je t’aime, je n’ai jamais aimé que toi. Mais toi non! Pourquoi? Qu’ai-je donc fait de si déplaisant…    »

«    Je ne te connais même pas!    »

«     Ca suffit avec ton impolitesse, ne me coupe pas la parole. Ca me fait tellement de mal de savoir  que tu ne veux pas m’écouter… Mais bientôt… Nous serons tous les deux liés à jamais.    Bientôt ton sang coulera en moi. Si tu savais depuis quand j‘attends ce moment.»

Lorsqu’il s’approcha de la jeune fille, elle lui asséna un violent coup de pied au niveau de la jambe, seul membre qu’elle pouvait atteindre. Il se retourna alors vers elle emplie de haine, il bouillonnait, pourtant elle ne baissa pas les yeux. Jamais elle ne se le permettrait. Pour se venger l’homme assena un violent coup au niveau de la tête de la jeune fille qui s’évanouit. Une gerbe de sang s’échappa de sa tête. Un autre homme venant d’assister à la scène hurla.

«     Abigail!!!!    »

«    Quoi….»

A peine l’agresseur eut-il le temps de dire cela qu’il reçu une avalanche de coup mais réussit tout de même à s’enfuir après avoir poignardé en profondeur le jeune homme qui perdit connaissance à son tour sous le coup de la douleur. Quelques minutes plus tard Abigail ouvrit ses yeux péniblement et vit son «    sauveur    » à terre.

«    Andrew… Pardon…    » Puis elle sombra à nouveau dans le noir…



 


Je pense comme ça et parle comme ça
Elle me parle comme ça et vous parle comme ça


Alyss Scarlet
HybridHybrid
(#MessageSujet: Re: Ouvre les yeux j'arrive   Ven 19 Sep - 11:10


Jeudi
1





Une ruelle glauque sous la pluie, voilà où je me trouvais alors que la nuit était plus qu’obscure. Rentrer chez moi? Je n’en avais aucune envie, malgré mon corps qui tremblait de froid, mon corps trempé comme si j’étais tombée à l’eau. Je crois que pour cette nuit, encore une fois, je ferai nuit blanche, à errer dans la ville. J’avais pourtant cours le lendemain, enfin ouais, si j’y allais. Là c’était une autre histoire. Ce mec me pourrissait la vie, alors je voulais le faire chier au maximum. Le faire chier voulait dire le faire se pointer à mon établissement pour rencontrer le directeur qui lui dirait comme d’habitude «  votre fille est intelligente mais le fait qu’elle n’assiste à pratiquement aucuns cours lui porte préjudice ». Lui je sais qu’il s’en foutrait, sa fille, sa fille? Ah, il en avait une? Enfin vous voyez le genre. Déjà faudrait aussi qu’il arrive à se lever de son canapé et à ne pas trébucher sur les cadavres de bouteilles d’alcool. Ouais… Mon père était comme ça, un alcoolique à peine bon à ramener des thunes pour payer le loyer et les courses. Si, il était bon à autre chose, mais ça vous le saurez en temps voulu. Quoi qu’il en soit revenons-en à notre ruelle. J’étais là, dans un coin à peine abrité mais bon, au point où j’en étais un peu plus ou un peu moins mouillée m’importait peu…

Une clope. Je la mets dans ma bouche et fouille dans mon sac.

«  Putain de briquet! »

Avec cette pénombre et ce lampadaire qui rendait l’âme autant dire que j’y voyais aussi bien qu’une taupe. C’est alors que mon « sauveur » arriva. Dans ma grande sympathie je le dévisagea. Cheveux bruns qui dégoulinaient d’eau et qui s’arrêtaient un peu en dessous de ses oreilles. Plus grand que moi, d’environ une dizaine de centimètres. J’allumais ma clope et lui en proposa une, qu’il refusa.

«  Je fume pas. »

Mouais… Mais il avait un feu sur lui, enfin bref… Sa voix. Je bloquais quand même un instant, une voix calme, douce et qui à mon avis pouvait quelques fois paraitre inquiétante. C’est alors que le lampadaire envoya un flash avant que l’ampoule n’explose dans un fracas raisonnant. On entendit le verre tomber à terre puis le silence. Son visage… Il me disait quelque chose. Je le connaissais… Mais d’où, là était la question…

«  On s’est pas déjà vu? »

« C’est fort probable ouais. »

« Et tu peux me dire d’où si c’est pas trop indiscret? »

«  Tu t’appelles Lucy Maudon, 1ère  Littéraire. »

J’ouvris grand les yeux et haussais un sourcil. Sa voix. Mais oui! Je la connaissais! Je tirais une longue latte sur ma clope en direction de son avant bras gauche, la lumière de la fraise éclairant celui-ci puis tout en crachant la fumée je chuchotais:

«  Gott Ist Ein Popstar… » Un petit temps d’arrêt  «  William Millo, tu es dans ma classe n’est- ce pas? »

Et malgré la noirceur de la ruelle, j’entre aperçue son sourire, un grand sourire éclatant, puis il me répondit.

«  Ravi que tu t’en souviennes… On te voit si peu en cours. Certains se demandent si tu t’es pas tailler les veines trop profondes des fois. »

La blague.

«  Et non encore une fois ça a loupé, pour leur plus grand malheur la déterrée est pas encore retournée dans sa tombe. »

«  Surnom à la con… C’est pas des gens de 17 ans à qui on a  affaire mais à des mioches de 7 ans… »

«  Mouais… Bref tu fous quoi à une heure pareille dans cette ruelle glauque sous la pluie qui plus est? »

« Disons que j’ai nulle part où aller pour ce soir donc je déambule à droite à gauche. » Dit-il en faisant un signe du bras où je pu une nouvelle fois apercevoir son tatouage.

«  Si ca te tente j’peux t’héberger  j’habite à côté et j’ai pas super envie de rentrer seule, même si mon poivrot de père bosse. »

Moment d’hésitation. Faut dire que je lui avais proposé comme ça, mais sérieusement je ne voulais pas me retrouver seule ce soir, pas question d’hormone, juste question de « je sens pas cette nuit si je la passe seule ».

«  Euh ouais pourquoi pas si j’me fais pas tirer dessus quand ton père m’apercevra. »

«  Pfff t’en fais pas il a tellement d’alcool dans le sang qu’il te louperait. » Lui répondis-je d’un ton las mais en même temps amusé.

«  Ok, c’et parti alors. »

Voilà qui était fait, après ça nous entamions donc notre marche, plutôt silencieuse, vers mon appartement, ou plutôt le taudis où je devais vivre avec mon père. Je dis pas taudis dans le sens où l’appartement est merdique, juste que j’avais pas eut le temps de faire le ménage et que les débris de mon père c’étaient entassés.




 


Je pense comme ça et parle comme ça
Elle me parle comme ça et vous parle comme ça


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ouvre les yeux la vie est belle ...
» "Ouvre les yeux"
» EVERYTHING FALLS.
» La curiosité ouvre les yeux sur le monde
» Ouvre les yeux, par Merlin ! [Lily]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Game Center :: Artists & Co' :: Fan fictions-