FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]

Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Lun 20 Oct - 23:19


Pourquoi moi ?

« Feat Lester. »

« Comment tout ceci s'est-il terminé de la sorte ? »

Assise contre la paroi de l'ascenseur, Max Feuerbach se posait sérieusement la question de savoir comment elle avait finit dans cette situation. Rien ne la prédestinait à finir dans un tel endroit et encore moins dans cette position-là. Définitivement, quelqu'un lui en voulait aujourd'hui, ce n'était pas possible autrement, elle ne pouvait pas concevoir la chose différemment, et quand bien même certains auraient pensés que tout ceci l'ennuyait parce qu'elle semblait bloquée, ce n'était pourtant pas le pire à ses yeux. A ce moment-là précisément, le pire pour elle, c'était probablement le manque de nourriture sous la main. Oui, la nourriture, une grande histoire d'amour et son ventre gargouillait un bon moment alors qu'elle repliait ses jambes vers elle. Pourquoi Dieu lui en voulait tellement en ce jour pourtant si beau ?

~ ~ ~

Revenons quelques heures auparavant cependant, pour mieux comprendre et surtout revenons au début de cette histoire.

Allongée dans son lit, le réveil avait retentit, vibrant nerveusement sur sa table de chevet tandis qu'un grognement suivait bientôt la mélodie bruyante de cette machine. C'est à tâtons, à l'aveugle que l'une de ses mains cherchait l'objet de son réveil difficile, l'objet qui lui donnerait bien vite mal à la tête s'il continuait à sonner de la sorte. Jamais elle ne trouvait cette chose si dérangeante, mais elle réussissait tout de même à le faire tomber au sol, signant la fin de cette mélodie qui semblait si monstrueuse à ses oreilles. En temps normal, elle adorait cette musique, mais il fallait croire qu'au réveil ce n'était définitivement plus le cas. Une fois son réveil éteint, vous vous doutez bien ce qu'elle avait fait. Regardant d'abord l'heure exacte qu'il était à ce moment-là, elle se levait ensuite pour commencer une routine. Une douche, donner à manger au chat, manger, étendre le linge, lancer une nouvelle machine … Tant de choses si banales, mais qui suffisaient à l'occuper assez longtemps pour qu'elle n'ait pas une seule minute à ne rien faire. Parce que oui, une fois qu'elle avait terminée tout son petit train-train habituel, il était déjà temps de retourner bosser. Elle ne le savait pas encore, mais cette journée allait définitivement être plus longue qu'elle ne le penserait et bien plus épuisante que toutes les autres auparavant.

En arrivant finalement au bureau, elle marchait tranquillement dans les couloirs pour rejoindre ses collègues de nuit, tenant dans la main une grosse part de pizza pepperoni, ses préférées. Elle ne changeait pas de d'habitude et les gens qui la connaissait déjà, ne pouvait s'empêcher de sourire en la voyant, faisant même parfois des paris pour savoir avec quel genre de bouffe elle arriverait le lendemain. Entre ses longs cheveux rose, sa voix qui portait bien trop parfois et le fait qu'elle tenait toujours de la nourriture dans une main, plusieurs personnes -hormis ses collègues- du bureau avaient forcément fini par bien la connaître. Saluant les gens qui croisaient sa route, elle croisait finalement un collègue de nuit avec qui il lui était arrivé de faire quelques missions.

« Ho Max, tu m'avais bien dit que tu cherchais peut-être quelqu'un pour te mettre en coloc et ainsi diminuer tes frais ? Si tu veux, j'ai vu une annonce dans les locaux ce matin, un milicien de jour cherche quelqu'un aussi, c'est Lester Owain. Du coup, si ça t'intéresse, je pense que tu peux aller le voir.
- Hum … Merci bien, j'irais donc voir ce fameux Lester Owain en question ! »

Seulement, qui pouvait se douter qu'elle rencontrerait plus vite que prévu ce Lester Owain ? Personne, mais elle n'allait pourtant pas tarder à le croiser. Alors qu'elle marchait tranquillement, reprenant sa route après avoir été interrompu par cet homme, elle balançait joyeusement l'un de ses bras tout en marchant, mangeant et sifflotant même, de bonne humeur. Le couloir était plutôt vide, seul quelques personnes passaient par-là, mais cela suffisait. Elle croisait un homme dont le visage ne lui disait rien et naturellement, elle le saluait et alors qu'elle continuait sa marche, tout d'un coup, son bras se tirait vers l'arrière, comme prit au piège par quelque chose ou quelqu'un, elle avait d'ailleurs lâchée un cris de surprise de se voir tirer tout d'un coup de la sorte.

« Bordel, ça fait mal, qu'est-ce que tu... »

Ses yeux s'écarquillaient, elle était menottée à l'homme qu'elle venait juste de croiser. Son regard se posait sur lui alors qu'elle se demandait comment cela était arrivé, l'incompréhension lisible sur son visage, c'était impossible et pourtant, ils étaient bien attachés l'un à l'autre. En fait c'est tout con, ces menottes en question n'était autre que celle de la rose. Elle avait prit l'habitude de laisser pendre ses menottes à sa ceinture et au même moment, dans un concours de circonstances mystérieuses, ils avaient simplement passés leur main dans les boucles avant de tirer chacun dans un sens et serrer par la même occasion l'emprise de l'acier. Une situation tellement improbable et stupide que d'ordinaire elle aurait rigolé si cela était arrivé à quelqu'un devant ses yeux, mais là, c'était elle, donc forcément, la surprise de se voir menottée à se type était bien plus grande. Comme la femme douce qu'elle pouvait se montrer parfois, elle tirait tout d'un coup comme une débile pour essayer de se défaire, ne se préoccupant pas que cela puisse gêner la personne attachée à l'autre bout. Finalement, elle arrêtait et retournait à sa pizza, sereine.

« Dite … Heu … Je suis désolée, je suppose ! » Disait-elle en souriant, pas vraiment certain que c'était la bonne chose à dire.



Code by Wiise sur Never-Utopia


Lester E. Owain
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Mar 21 Oct - 13:09

Here goes nothing but trouble



C'est parce que tu es un désastre. Voilà pourquoi ça s'est terminé comme ça. lui répondit le milicien, vidé de toute énergie.

Quelle putain de journée de merde, se dit-il à lui-même. Il se rassura en se persuadant que la situation ne pouvait pas empirer, de toute façon. Les lumières vacillantes de l’ascenseur lui prouvèrent le contraire.

Il y avait une vingtaine de minutes

Parfois, il y a ces matins où l'on préfère se faire écraser par un bus plutôt que d’aller travailler.

Lester adorait son travail, très sincèrement mais il avait une sorte de… Mauvais pressentiment, une alerte de son subconscient. Il fit une très, très grosse erreur : Celle de ne pas l’écouter.

C’est vêtu de son habituelle tenue de travail qu’il se rendit au commissariat, tôt le matin. La journée se passa relativement bien, ce qui lui fit baisser sa garde : Il en oublia sa prémonition de plus tôt. Il resta plus tard que prévu à son poste et cela provoqua la pire des catastrophe.

Valise à la main, Lester s’imaginait naïvement comment il allait passer la soirée. Peut être se irait-il à l’hôpital rendre une petite visite à sa sœur ? Pas question de traîner dans un bar après ce qu’il s’était passé chez Almond : Le milicien s’était juré de ne plus toucher à quoique ce soit d'alcoolisé avant un long, loooong moment.

Encore de bonne humeur, il marchait dans les couloirs sans faire plus attention que ça à ceux autour de lui. Il remarqua néanmoins cette fille aux cheveux roses, dégustant sa pizza peperonni. Peut être que je vais commander une pizza, tiens, pensa-t-il, toujours joyeux. Oh, c’est dangereux de se balader avec ces men…-

Et il était attaché à elle.

Il prit une grande inspiration pour la première fois de la soirée, afin de ne pas exploser et rependre ses organes partout sur les murs adjacents. Il était calme, il était classe. C’était un gentleman. Et les gentlemans ne rependaient pas leurs organes sur les murs.

Les gentlemans ne -…

Dite … Heu … Je suis désolée, je suppose !

AAAAAAAAAAH !
Non, il devait garder son calme, la journée était si belle.

Paix.
Intérieure.

La clé. Où est la clé ? demanda-t-il à la jeune fille, la voix un peu contrariée

C’était juste un léger contretemps. Tout allait pour le mieux. La pizza et la visite à sa sœur attendraient simplement un peu plus longtemps que prévu.

Adieu, ô soirée normale et reposante.

Je n’ai pas vraiment le temps aujourd’hui. Vous la chercherez dans l’ascenseur.

Et comme le bourrin qu’il était, Lester la tira de force en direction du dit ascenseur. Il manqua de se cogner la tête dans embrasure de la porte coulissante. Fichu taille exceptionnellement grande.

Bon sang, Il n’avait pas le temps pour ses bêtises. Pourquoi le type barbu dans le ciel ne pouvait pas s'occuper de ses nuages plutôt que de sa personne ? À lui non plus, Lester n’avait pas de temps à accorder.

Sans le savoir, le brun venait de précipiter une série d'evènements qu’il regretterait très profondément. Sa destination atteinte, il cliqua sur le bouton « RDC » de la machine, impatient.

Ses pieds claquant au sol, il reporta son attention sur la jeune fille. Il la reconnaissait comme étant une milicienne de nuit. Parfois, il se croisait mais il ne lui avait jamais autre chose que « bonjour » et « au revoir ». Et c’était seulement s’il était de bonne humeur.

Pour le moment, il l’était plus ou moins. Il se dit donc que c’était l’occasion de faire connaissance. Peut être. Il verrait ça quand il serait libéré

Au même moment, l’ascenseur se stoppa entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Surpris par le choc, Lester manqua de s’écraser au sol. Il s’accrocha avec douceur et grâce à la milicienne nocturne. Elle n’avait pas son mot à dire, tout ce qui arrivait était de sa faute.

Le jeune homme nia en bloc l’hypothèse d’une panne d'ascenseur et se dit qu’il ne resterait qu’une trentaine de seconde immobile. Il défoncerait la porte dans le cas contraire.
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Mer 22 Oct - 14:42


Pourquoi moi ?

« Feat Lester. »

Un milicien de jour attaché à une milicienne de nuit, ce n'était pas tout les jours que l'on voyait cela dans les couloirs du commissariat et d'ailleurs, ce n'était encore jamais arrivé probablement. Ils se retrouvaient comme deux cons enchaînés l'un à l'autre et la rose n'avait nullement un quelconque signe de remord sur le visage. Bah quoi ? Ce n'était pas réellement de sa faute après tout. Elle n'avait pas demandée à se retrouver attachée à ce homme et lui non plus, donc c'était juste la faute à la malchance, point, mais au vu du ton de la voix de cet homme, il était loin, très loin de penser la même chose qu'elle.

La clé ? C'est vrai ça, n'avait-elle pas la clé sur elle ? Cherchant dans ses poches, dans le moindre recoin où aurait pu être cette clé, elle ne prenait pas le temps de répondre à sa question. Probablement qu'elle aurait dû, cela lui aurait évitée de se retrouver tout d'un coup tirée comme une vulgaire poupée de chiffon. D'ailleurs, pendant qu'il tirait sur les menottes, elle râlait vivement avant de finalement éclater de rire quand il se prenait l'embrasure de la porte de l'ascenseur.

« Haha, t'es vraiment pas doué ! »

Elle rigolait fortement, ne se gênant pas d'être comme à son habitude, c'est-à-dire naturelle au possible. Si Max avait envie de rire, elle riait, si Max avait envie de s'énerver, elle s'énervait, c'était aussi simple que cela et elle ne se prenait jamais la tête à se demander si cela pourrait ou non lui attirer des quelconques ennuis. Après tout, elle avait deux armes pour se défendre, alors rien à foutre si quelqu'un prenait mal ses mots et voulait se battre, elle était prête à lui mettre une raclée si besoin. Enfin, elle rigolait pour le moment, mais bien vite elle ne rirait plus et pourrait même dire que ce serait de sa faute ce qui allait suivre. Elle entrait donc de force dans l'ascenseur, rigolant toujours comme une débile, ne pouvant pas s'arrêter de rire pour une situation pourtant tellement bête. Ce gars s'était juste prit le haut de la porte de l'ascenseur tellement il était grand et cela suffisait à faire rire la rose.

Au final, autant l'un que l'autre n'allaient pas arranger la situation actuelle. A cause d'elle, ils étaient attachés ensemble sans moyen de se défaire de ces menottes et à cause de lui, ils se retrouvaient dans un ascenseur qui ne tardait pas à s'arrêter brusquement, manquant de faire tomber la rose. Par contre, lui ne se dérangeait pas pour tomber sur elle. Cette grande tige osait s'appuyer sur elle, la gênant plus qu'autre chose et évidemment, elle râlait alors qu'elle se retrouvait -a cause de son poids- plaquée contre une paroi.

« Dégage bon dieu, je suis pas un dossier ! »

Le poussant un peu de toute ses forces pour qu'il dégage de sur elle, elle se remettait droite, faisant une moue et râlant comme souvent avant de voir qu'ils étaient coincés entre deux étages. Ses yeux s'écarquillaient d'abord avant qu'elle ne fronce les sourcils et sans attendre, elle venait à donner un grand coup de pied dans la porte.

« Enfoiré d'ascenseur, laisse-moi sortir le reste de ma pizza m'attend !! »

Oui, la seule chose qui traversait son esprit à ce moment-là, c'était le reste de sa pizza qui l'attendait probablement dans son bureau à l'heure actuelle. Elle imaginait déjà cette merveille devenir froide et rien que l'idée lui donnait envie de détruire cette porte. Elle ne savait pas encore, mais elle resterait là un booon moment et surtout un booon moment avec lui ici, attachée à lui comme deux cons qu'ils étaient. Pour le moment, elle se retournait tout d'un coup vers lui, limite en train de pleurer.

« Fais-nous sortir !! Ma … Ma pizza m'attend !! »



Code by Wiise sur Never-Utopia


Lester E. Owain
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Mer 22 Oct - 17:09

Here goes nothing but trouble



Dégage bon dieu, je suis pas un dossier !

Si seulement c'était le cas, pensa le pauvre milicien, Ça m'aurait évité bien des soucis.

Elle s'était bien foutue de lui lorsque sa tête et l'embrasure de la porte s'étaient malencontreusement rencontrées, il n'allait pas la plaindre pour une simple bousculade.

L'ascenseur ne s'était arrêté que depuis une quinzaine de secondes mais déjà, Lester concevait l'idée de rester ainsi, entre le 1er étage et le rez-de-chaussée, pour le reste de son existence. Et s'ils ne sortaient jamais de là ? Et si, une centaine d'année plus tard, on retrouvait leurs deux cadavres, encore menotté l'un à l'autre.

Non, il se donnerait la mort avant. Pas question de rester avec cette furie pour l'éternité. Elle qui s'appliquait à défoncer la porte, ce qui n'avait aucune chance de réussite.

D'abord, Lester leva les yeux au ciel à l'entente de ses priorités discutables : Elle était attaché avec un homme comme lui, dont la magnificence n'avait d'égale que la perfection et se souciait de sa pizza ?

Ridicule.

Selon l’expérience du milicien, la situation ne pouvait se résoudre que de deux façons : La mort ou le sexe. Cette affaire de pizza n'avait pas sa place dans aucune de ces deux choses.

Les délires du garçon furent coupés courts lorsque la rosette se retourna dans sa direction, en larmes. Dépassé par les événements et absolument pas attendri par les sanglots de la demoiselle, il soupira.

Vous êtes affreuse en sanglots.

C'était sa façon de dire : Pourquoi ne pas mettre un sourire sur ce jolie visage, hm ? Ah, quel gentleman il faisait. Il pouvait être fier de lui.

Il fut le premier à s'asseoir contre la paroi de l'ascenseur, maintenant devenu leur prison. Il ne s'occupa pas de savoir si la jeune fille suivait la cadence ou pas.

Tandis qu'il se disait à lui même que la situation ne pouvait pas empirer, les lumières déjà vacillantes s'éteignirent. Il en résulta son sursaut puis une légère angoisse, que fit disparaître le garçon en éclairant la pièce avec la lumière de son portable.

Okay, c'est pas du tout flippant.

Ça lui rappelait un film qu'il avait vu enfant sur 6 personnes coincés dans ascenseur. Elles finissaient par s’entretuer.

Hm, Il valait mieux ne pas y penser.

Vous êtes toujours là ?

Pour ponctuer sa question, il balança une main hasardeuse en direction de l'emplacement probable de la jeune fille. Il ne se dit qu'ensuite que son mouvement était peut être un peu trop brusque. C'était presque s'il ne la frappait pas.

— Ah, vous l'êtes ! Puis il rit comme l'imbécile terrifié qu'il était.

Bon sang, il ne supportait pas l'obscurité.


Dernière édition par Lester E. Owain le Ven 24 Oct - 21:30, édité 1 fois
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Ven 24 Oct - 17:14


Pourquoi moi ?

« Feat Lester. »

Ses sanglots se voyaient parfaitement sur son visage, même si elle était loin de pleurer comme une gamine pourrait le faire, mais enfin, ça ne changeait pas qu'elle devait avoir une mine affreuse, mine que ce type s'empressait de lui que ça n'allait pas du tout sur son visage. Enfin, vu la manière dont il disait la chose, une femme comme elle, aurait très bien pu le prendre très mal, mais elle était d'humeur joyeuse malgré sa pizza qui l'attendait au chaud dans son bureau et le fait qu'ils soient coincés ensemble, attachés, dans un ascenseur. Oui, la situation était digne d'un film d'horreur, mais elle trouvait cela marrant, manquerait plus que les lumières s'éteignent. Avant que cela n'arrive, elle répondait tout de même à ce qu'il venait de dire.

« Je suis pas affreuse quand je pleure, je suis très belle, comme les femmes à la télé ! » Disait-elle en faisant mine de bouder avant de rigoler.

On y croit. Finalement, les lumières déjà bien vacillantes depuis quelques secondes finissaient par s'éteindre totalement alors que cet homme venait de s'asseoir, tirant sur son bras. Elle allait râler en fait avant que les lumières ne disparaissent, mais en voyant cela, un sourire presque sadique s'était affiché sur son visage et intérieurement, elle avait poussée un énorme : Ouaaaaais comme dans les films d'horreur, trop coool !!

Max adorait les films d'horreur bien sanglot et plus encore quand ils se passaient dans des endroits étroits comme celui-ci. Elle lâchait donc un léger rire à faire flipper n'importe qui, se frottant les mains ensemble avant de l'entendre lui demander si elle était toujours là et le sentir posait une main sur elle sans vraiment de grande délicatesse. Son rire terrifié faisait rire la rose qui venait finalement s'asseoir à ses côtés, tombant plus sur le sol comme une grosse pierre plutôt qu'avec une grande volupté.

Une fois assise, elle jetait un regard dans sa direction bien qu'elle ne voyait pas grand chose au final et l'une de ses mains cherchait de manière tout aussi hasardeuse que lui tout à l'heure, son visage. Quand elle touchait finalement quelque chose, elle ne savait pas exactement ce que c'était, mais ça ne pouvait être que lui, donc ça allait. Du bout des doigts, elle tâtait le terrain un moment avant de simplement lâcher un :

« Faut pas flipper comme ça, on va pas mourir ici hein ! Y'a bien quelqu'un qui va vouloir prendre l'ascenseur et qui va se rendre compte qu'il est bloqué, quoique … »

Elle laissait planer un doute sur ce qu'elle venait de dire, juste pour le plaisir de le faire flipper encore plus si jamais c'était bien le cas. Quoi ? C'était toujours marrant de voir des gens flipper pour rien et encore plus un mec dans son genre. Elle pourrait passer un bon quart d'heure à rire, que demander de plus ?

« Au fait, je suis Max Feuerbach, milice de nuit. Comme on va rester ici un bon moment, autant que je sache comment tu t'appelles ! »

Oui, elle le tutoyait depuis le départ parce que … Et bien parce que Max était quelqu'un de très naturel et qui ne voyait pas toujours l'intérêt de vouvoyer les gens même qu'elle ne connaissait pas. C'était chiant d'avoir ce genre de marque de respect alors qu'au final, ça n'en était pas vraiment une à ses yeux. Le respect se traduisait pas bien d'autre chose selon elle et puis, elle était plutôt sociable et de part ce fait, elle n'aimait pas mettre de distance inutile entre les gens. Oui, c'était une personne étrange et alors ? Disons simplement que c'était une fille pas prise de tête et qui se laissait porter par ses convictions et ses pulsions, rien d'autre.

« Aaaaaah ma pizza … J'ai faim !! Pourquoi faut que ça tombe sur nous au juste ? C'est pas drôle ! Dit, tu crois qu'on va rester ici combien de temps ? Tu penses que l'ascenseur pourrait lâcher tout d'un coup et s'écraser plus bas ? Hum … Je me demande comment sa fonctionne un ascenseur ! »



Code by Wiise sur Never-Utopia


Lester E. Owain
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Sam 25 Oct - 23:18

Here goes nothing but trouble



Lester en venait à se demander s'il n'aurait pas été plus en sécurité seul plutôt qu'avec cette goinfre. Son rire machiavélique - sans rien exagérer - ne venait pas le rassurer à ce sujet. Peut être, se dit le milicien, aurait-elle plus sa place dans un hôpital psychiatrique que dans un commissariat ?

Il se consola en se disant qu'on avait tous notre petit côté cinglé. Lui aussi, de toute façon, pouvait parfois faire peur.

C'était à méditer. Pour le moment, de toute façon, l'ascenseur n'avait pas bougé et les lumières ne s'étaient pas rétablies. C'est à ce moment qu'une main très - euh - exploratrice se posa sur son torse. Il en resta sa voix et pria pour que la caméra de l'ascenseur soit en panne aujourd'hui.

Faut pas flipper comme ça, on va pas mourir ici hein ! Y'a bien quelqu'un qui va vouloir prendre l'ascenseur et qui va se rendre compte qu'il est bloqué, quoique …
Votre main. Sur mon torse.

Les gens se permettaient tout de nos jours. Triste époque.

Au moins, sa situation loufoque empêchait le presque trentenaire de céder à la panique. L'attention de Lester était trop concentrée sur la furie, la main sur son torse et comment sortir de là indemne plutôt que sa claustrophobie naissante.

Il reconnut finalement que, quoi qu'il disait sur sa collègue, elle avait le don de détendre l'atmosphère. Elle faisait un usage discutable de cette vertu mais avait malgré tout bien aidé le jeune homme.

Au fait, je suis Max Feuerbach, milice de nuit. Comme on va rester ici un bon moment, autant que je sache comment tu t'appelles !

C'est Lester. Lester Owain.


Ou James. James B-...

Bon sang, il allait devenir complètement fou s'il restait une seconde de plus enfermé de la sorte. Son état à elle aussi ne semblait pas s'arranger non plus. C'était cependant vrai qu'être enfermé avec elle ET une pizza aurait rendu sa journée bien meilleure.

À vrai dire, un ascenseur normal a plusieurs câbles attachés à lui à la fois. Je ne suis pas sûr du nombre, mais c'est presque impossible de tomber dans le vide.

Et c'était tout ce qu'il connaissait sur le fonctionnement d'un ascenseur. De toute façon, il n'allait pas s'improviser professeur aujourd'hui. Il aimait trop divaguer sur son indiscutable perfection.

Si ça venait quand même à arriver, j'ai entendu l'histoire d'une femme ayant survécu à une chute de 72 étages.

Parler de toutes ces choses fausses inculquées par la télévision lui fit lever les yeux au ciel. En hauteur, sur la cabine, une trappe assez large pour y faire passer un homme les narguaient tous les deux.

Oh ! Oh mon dieu ! Max, en haut !

Il peinait certainement à cacher sa joie. La voilà, leur porte de sortie. Puisqu'ils était coincés entre le rez de chaussée et le premier étage, il devait logiquement pouvoir escalader jusqu'à la porte la plus proche. Il devrait ensuite pouvoir retourner à leurs maisons respectives et ne plus jamais parler de cet incident.

Jamais.
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   Lun 27 Oct - 17:11


Pourquoi moi ?

« Feat Lester. »

Elle rigolait, elle se marrait d'être dans cette situation, c'était tellement drôle et … incongru de finir coincé dans un ascenseur. Après tout, cela n'arrivait que dans les films d'ordinaire, alors elle ne pouvait pas s'empêcher de partir très loin dans ses réflexions, assez loin pour s'imaginer découper en morceau à la fin par un tueur psychopathe. Oui, sa santé mentale pouvait souvent soulever des questions chez les autres. Elle n'était pas folle, juste … atypique dirons-nous. C'était une personne dès plus naturelle, quelqu'un de très ouvert d'esprit et qui ne se posait pas trop de question aux yeux des autres. Pour certains, elle avait un air de je-m'en-foutiste alors qu'en réalité, elle réfléchissait pas mal à ce qui l'entourait, mais comme elle le faisait toujours en mangeant une pizza avec un air de béatitude sur le visage, forcément, c'était difficile de se dire qu'elle était en réflexion intense.

Enfin bref, pour le moment, elle s'était donc assisse à côté de ce gars dont elle ne savait rien encore. Il avait l'air … Peureux selon elle, mais elle trouvait cela encore plus marrant. Parfois elle n'était pas très compatissante quant aux peurs que pouvait avoir certaines personnes, mais quelque part, elle l'aidait sans le savoir, alors c'était une bonne chose. Bon, elle l'aidait surtout parce qu'elle détendait l'atmosphère à faire l'andouille, mais bon, c'était une gamine parfois et ce genre de situation réveillait souvent son côté gamin. Elle était sur-excitée à l'idée de savoir ce qui allait se passer ensuite. Oui, qu'est-ce qu'ils allaient faire ? Quelqu'un allait-il venir les aider ou est-ce qu'ils mourraient ici ? Tant de questions qui faisait rire à nouveau la rose, un rire sadique sous tout rapport.

Finalement, elle retournait son attention sur lui lorsqu'il venait lui dire qu'elle avait sa main sur son torse. Merde, elle avait vraiment loupée l'endroit qu'elle voulait toucher, le noir n'aidait pas du tout, pourtant, elle était habituée au noir à force de travailler de nuit, elle devrait se perfectionner encore. Sa main se retirait donc de son torse alors qu'elle rigolait doucement.

« Désolée, désolée, c'est pas l'endroit que je cherchais à la base ! »

Sa joue. C'est sa joue qu'elle cherchait de base, rien d'autre. Après cela, elle se présentait. Ils allaient probablement rester un bon moment dans l'ascenseur, autant qu'elle se présente pour ne pas qu'il l'appelle truc ou machin et puis, s'il pouvait faire de même, elle n'aurait pas à l'appeler asperge. Il donnait donc son prénom comme elle l'avait espérée. Lester. Elle ne connaissait pas. Max ne connaissait que les gens de nuit, ne s'intéressant pas forcément aux autres, enfin, disons qu'elle n'avait pas l'occasion de le faire puisqu'ils ne se voyaient jamais ou presque.

Alors qu'elle réfléchissait à savoir si elle connaissait ou non cette personne, il venait à lui faire un « cours » sur les ascenseurs, lui parlant aussi d'une femme qui avait survécu à une chute de 72 étages, de quoi la faire rire bruyamment. Il était trop drôle selon elle. Tapant du pied au sol en rigolant, elle se calmait finalement avant de tapoter son bras, enfin, elle espérait que ce soit bien son bras cette fois.

« Merci, je m'en souviendrais, mais cela m'étonnerais que nous ayons la même chance qu'elle si ça devait nous arriver. Elle a eu le droit à un miracle, mais ça m'étonnerais qu'on survive tous les deux à une chute comme ça, mais bon, on a de la chance, nous sommes pas bien haut ! »

Oui, oui, pas rassurante du tout la jeune femme, mais elle n'avait pas pour habitude de mentir. Franche, c'est un mot qui lui allait bien en plus de naturelle. Finalement, il lui disait tout d'un coup quelque chose et elle levait la tête vers le haut, voyant la trappe. Il avait l'air heureux comme un gamin de voir ça ce qui faisait sourire la rose.

« J'ai vu, j'ai vu, mais … Dit-moi un truc … Nous sommes attachés par les mains et seulement une seule personne peut passer à la fois, explique-moi comment tu veux qu'on fasse au juste ? Si tu as une bonne idée, je te suis ! »

Elle se levait donc tirant un peu sur les menottes et regardant un peu mieux la trappe en question. Elle réfléchissait à un moyen de bien faire les choses, mais elle ne voyait pas bien comment ils pouvaient faire.

« Si je monte la première, je n'aurais sûrement pas la force de te tirer ensuite, mais si tu montes le premier, je suis un peu petite pour suivre … Faudrait que je me mettes sur la pointe des pieds et que toi tu laisses ton bras vers moi … ça risque d'être compliqué non ? »



Code by Wiise sur Never-Utopia


Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: Dieu nous en veut-il ? [PV Lester E.Owain]   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chambre de Nina et Marina - Une autre personne veut nous rejoindre ? :)
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Nous sommes tous devenus des fous au service de Dieu ♛ Calixte [VALIDEE]
» Dieu et nous seuls pouvons.... [pv : La Reynie]
» Hisse et ho, Santiano ! Si Dieu veut toujours droit devant, Nous irons jusqu'à la cité noire [Syrius/Etix/Munja]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cristalcove :: Commissariat-