FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Evening commonplace [Max]

Adriel Z. Riverblue
MiliceMilice
(#MessageSujet: Evening commonplace [Max]   Mer 22 Oct - 17:45









Come Rain Or Come Shine by changee on Grooveshark

Evening commonplaceMax Feuerbach & Adriel Z.Riverblue



U ne multitude de dossier à mettre à jour et à classer. Assis à son bureau, seulement la lumière électrique de la lampe de bureau éclairait la pièce. Beaucoup de ses collègues était déjà partis depuis un petit moment, seul un ou deux commençait tout juste à partir. Il était tard, trop tard pour un milicien diurne. Les nocturnes allaient d'ailleurs bientôt embaucher dans très peu de temps. Mais Adriel avait l'habitude de faire quelques heures supplémentaires sans vraiment s'en rendre compte. Le travail avait un effet bénéfice sur lui, lui permettant de penser à outre chose, l'empêchant de broyer du noir, oublier temporairement les sombres aspects de sa vie qu'il tentait sans arrêt des sceller dans un des tiroirs de son esprit. Et très souvent, il fallait un élément extérieur pour le sortir de cet optique boulot.
Son Iphone vibra sur la table. Son expression changea, lança un regard vers le téléphone, plissant les yeux. A cette heure ci, il y avait de forte chance que ce soit une chose en particulier. Il saisit d'un geste rapide le téléphone, puis consulta ce qu'il semblait être un message.
Un demandeur de ses services, un nouveau. Adriel se disait toujours que chaque SMS, chaque demande d'un employeur, devait probablement correspondre précédemment  à une victime humaine par les crocs d'un vampire. Ce qui n'était pas forcement toujours véridique, ne demandant jamais les intentions de ses employeurs à tuer la cible. Mais quelque part, ne voulant pas le savoir, se convaincant lui même que les assassinats qu'il effectuait n'était que pur vengeance, cela le motivait et le rendait particulièrement efficace.
Machinalement, il répondit au SMS, fixant le lieu de rendez-vous. La zone désaffectée. C'était très souvent qu'Adriel imposait cette partie de la ville pour rencontrer et négocier avec ses employeurs. La zone était très peu surveillée et particulièrement déserte, sans compter que les nombreux bâtiments vides et presque en ruine offrait un terrain de fuite aux multiples cachettes, parfait pour le tueur à gage qu'il était.
Le message envoyé, il était vingt-deux heures passé. Adriel soupira longuement, s'affala sur son bureau, se cachant le visage dans ses bras croisé sur le bureau. Fatigué ? Non. Débordé, peut être. En attendant cet SMS venait de le sortir de sa routine travailleuse, cassant le rythme qu'il avait assimilé il y a quelque instants.
Puis on toqua à la porte de son bureau. Adriel se redressa, et invita la personne à enter. C'était un de ses collègues, pas encore rentré lui non plus, mais qui s'apprêtait justement à partir.

« Tu es toujours pas partie ? »

Dit il, étonné, la poignet de porte dans la main. Adriel sourit faiblement en guise de réaction, puis répondit, un air gênée et d'un ton calme et amical.

« Comme tu peux le voir, non pas encore. »

C'était souvent qu'Adriel restait tard au boulot, surtout quand en vérité il n'avait pas de contrat prévu pour la nuit. Il ne voulait pas rentrer chez lui, rien que l'idée de retrouver son frère en rentrant ne l'enthousiasmait particulièrement pas. Il traînait donc le plus tard possible, s'avançant dans son travail...sauf qu'un moment donné, trop s'avancer et vous n'avez plus rien à faire.
Son collègue soupira, exprimant au passage une certaine habitude.

« Hmm...comme toujours. »

Adriel haussa faiblement les épaules tout en le regardant d'un regard compréhensif, voulant clairement dire ''Qu'est ce que tu veux, c'est comme ça.''. Son collègue enchérit après avoir jeter un coup d'oeil derrière lui alors que son binôme l'interpellait en lui disant au revoir. Il se redressa vers Adriel et continua dans un soupire.

« Tu travailles trop, tu le sais ça ? »

Le concerné se recula lentement dans son siège, un léger sourire amusé aux lèvres. Ça lui faisait plaisir que les gens s’inquiète pour lui, mais cela n'était pas nécessaire, se faire du soucis n'était pas bien utile pour eux même, il perdait leurs temps et leurs énergie à le surprotéger de la sorte, alors qu'il n'en avait pas besoin. Au final c'est Adriel lui même qui s’inquiétait pour les autres.

« Je sais...Mais je tiens le coup. »

Répondit il légèrement amusé. Pour continuer après une brève pause.

« Oh et...tu as photocopié le compte rendu de la dernière réunion ? »

Son collègue , étonné, afficha très vite une mine déconfite, se portant au passage une main à son front. Preuve qu'il avait ble et bien oublié la chose.

« Et non...désolé...j'ai complètement oublié. »

Adriel poussa un petit soupire d'amusement, puis se leva de son siège.

« Bon, ce n'est pas grave. File, je vais le faire. »

Adriel était trop gentil, toujours trop gentil. Ne vous demandez pas pourquoi c'était naturel. Ce n'était pas un soucis de plaire aux gens, de les acheter par quelconque moyens, non. Seulement un naturel à faire plaisir et rendre service aux gens dont il éprouve de son côté une satisfaction. C'était de la générosité clairement. Mais la générosité peut parfois se transformer en naïveté, et certaines personnes peuvent être amener à en profiter.
N'importe qui aurait put faire une erreurs capitale devant ses yeux, une erreur qui aurait même put le mettre en danger, il aurait pardonner, facilement. Car selon lui l'erreur est humaine...et seulement humaine.

Son collègue acquiesça un remerciement, pour s’éclipser par la suite. Adriel avait le temps jusqu'à deux heures et demi du matin de toute évidence...
Le commissariat était pratiquement vide, seulement les quelques lumières du couloir éclairait encore les locaux. Les nocturnes allait commencer à arriver d'une minute à l'autre, il devrait songer à s'en aller dans peu de temps. Adriel passa alors par le bureau de son collègue pour prendre le fameux document, direction la photocopieuse d'un pas lent.


© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Adriel Z. Riverblue le Sam 1 Nov - 4:03, édité 1 fois
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   Lun 27 Oct - 16:42


Nuit et jour.

« Feat Adriel. »

Le travail. Elle ne pensait qu'au travail depuis quelques temps, mais cela n'entachait pas sa faim pour autant. Elle mangeait et travaillait, c'est tout ce qu'elle faisait de sa vie, mais cela lui convenait parfaitement. Son travail était intéressant et lui permettait de rencontrer beaucoup de gens différents, une chose qu'elle appréciait particulièrement. Après tout, c'était toujours sympa de rencontrer du monde et plus quand ils étaient tous radicalement différents. Des hybrides, des vampires, des humains, elle rencontrait beaucoup de monde. Parfois elle devait en tuer certain pour la survie de l'humanité, pour la paix, pour le calme, mais cela aussi faisait partit de son travail et elle l'acceptait comme tout le reste. Bien entendu, elle n'aimait pas tuer des gens, mais quand ils étaient trop dangereux, il n'y avait pas d'autre choix et elle le savait. Du sang sur les mains. Elle avait du sang sur les mains, mais cela aussi faisait partit du boulot. Elle ne regrettait pas son choix d'être entrée dans la milice, elle était devenue plus forte, elle avait rencontrée des gens de grandes valeurs, des amis, des ennemis, cela faisait le monde, la vie. Aucun préjugé, si elle devait tuer un humain, elle tuait un humain, si elle devait tuer un vampire, elle tuait un vampire, si elle devait tuer un hybride, alors elle tuait un hybride, mais seulement si cela avait des bonnes raisons d'être fait. Personne n'est tout blanc. Que ce soit les humains, les hybrides ou les vampires, il y avait du bon dans chaque races, mais il y avait aussi du mauvais. C'était partout pareil et elle le savait parfaitement, donc elle ne jugeait personne sans le connaître. Peut-être qu'elle était une ennemie de la race humaine pour sa manière de penser, mais elle ne changerait jamais son avis là-dessus et son travail ne la ferait pas changer non plus.

Ses yeux s'ouvraient lentement de la nuit qu'elle venait de passer. Une nuit calme. Elle ne se souvenait ni de son rêve ou de son cauchemar, ni de ce qu'elle avait bien pu faire durant ces quelques heures. Ce qui était certain, c'est qu'elle avait faim et qu'elle devrait bientôt retourner au boulot, comme chaque jour. Sa hâte se lisait sur son visage. Oui, elle avait hâte de retrouver ses collègues, hâte de partir en mission ou en patrouille, elle avait tout simplement envie de bouger, de faire quelque chose pour changer. Quand il s'agissait de son travail, elle n'était pas feignante, loin de là. Elle prenait toujours un malin plaisir à se dépenser comme jamais. Courir, se dépenser, sauter dans tous les sens, sortir ses armes, elle adorait tout simplement. Elle était une gardienne de la ville, de la paix et elle ferait toujours tout pour ce que cela reste ainsi. Son but n'était autre que la paix. Un endroit où elle pourrait passer des heures à manger sans se soucier de se faire bouffer à l'inverse. Elle était simpliste et ne demandait pas grand chose au final, mais ce « pas grand chose » demandait beaucoup de temps, beaucoup de sacrifice aussi, mais si c'était trop simple, ce ne serait pas drôle, n'est-ce pas ?

Elle se levait tranquillement, prenant d'abord une douche avant d'aller dans sa cuisine. Donnant à manger à son chat, elle se préparait une pizza. Enfin préparer, elle faisait plutôt réchauffer une pizza parce que ce n'était pas franchement une grande cuisinière et il faut dire qu'elle n'avait pas franchement le temps de s'améliorer dans ce domaine. Elle avait des choses bien plus importante à faire et puis, quand elle rentrait du boulot, elle dormait et ensuite, elle se levait pour retourner bosser, aucun temps libre. Les jours de congés, elle restait devant sa télé à glander avec son chat. Voilà, c'était son quotidien. Cela pouvait sembler monotone, mais ce n'était pas l'impression qu'elle avait, loin de là. Engouffrant sa part de pizza, elle prenait ensuite toutes ses affaires et sortait de chez elle après avoir bien vérifiée que rien n'était resté ouvert. Il serait embêtant qu'un ennemi rentre ou bien que quelqu'un essaye de la voler pendant qu'elle n'est pas là. La seule personne qui pouvait entrer ici sans avoir peur, c'était Ryan, son frère, mais il savait qu'elle bossait de nuit, donc, il ne viendrait jamais à cette heure-là et en plus, il avait les clés, donc c'était bon.

Une fois dehors, la nuit était déjà bien présente sur Cristalove. Un sourire naissait sur son visage, elle aimait la nuit, elle adorait même. Les étoiles, la pénombre, la sensation de pouvoir se faire tuer à n'importe quel coin de rue, elle adorait les sensations que cela pouvait lui procurer. Cette ville regorgeait encore de tant de mystères que cela la rendait sur-excitée à l'idée d'en découvrir plus. Elle était un peu comme une gamine alors qu'elle se rendait au commissariat. Disons qu'il ne lui fallait bien longtemps pour arriver tellement qu'elle avait hâte de bosser. Tellement d'ailleurs qu'elle arrivait la première, un peu trop en avance. Bah, elle aurait le temps de commander à manger avant de commencer son travail, c'était parfait, l'idée la réjouissait d'avance. Déambulant dans les locaux, elle allait à son bureau et croisait quelqu'un. Tiens, c'était bizarre, elle ne connaissait pas ce visage, il ne devait pas être de nuit celui-là. Haussant les épaules, elle souriait avant de prendre la parole en arrivant à sa hauteur.

« Bonjour … Enfin bonsoir plutôt ! » Disait-elle en rigolant, pour elle c'était la journée quelque part. « Vous êtes de journée si je ne me trompe pas ? Qu'est-ce que vous faites si tard au bureau ? Est-ce que vous voulez de l'aide pour quelque chose ? Je n'ai rien à faire vu que je suis en avance alors si jamais vous avez besoin d'aide, je suis là ! » Ajoutait-elle toujours avec son sourire amicale et franc. « Ho, je vais commander quelque chose à manger, vous voulez vous joindre à moi ? »

Oui, Max était une personne assez sociable et amicale avec les autres. Disons plutôt qu'elle était toujours naturelle et qu'elle faisait ce qu'elle voulait tout le temps. Là, en l'occurrence, elle avait envie de taper la discute à ce gars, donc elle lui tapait la discute. Pourquoi ? Et bien simplement parce qu'elle était curieuse et qu'elle avait envie de savoir ce qu'il faisait encore là. Quand elle avait finit, elle se dépêchait toujours de rentrer chez elle pour dormir, donc elle était étonnée de voir, que lui, ça ne semblait pas être son cas. Pourtant, quoi de mieux que de dormir, manger et bosser ?



Code by Wiise sur Never-Utopia


Adriel Z. Riverblue
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   Sam 1 Nov - 5:44







Photocopieuse de @#°ù$Max Feuerbach & Adriel Z. Riverblue



Cette photocopieuse, une vraie plaie. Elle marchait une fois sur cinq, pendant les week-end, les années bissextiles...Non, n’exagérons rien, mais une chose était sur, elle aurait bien besoin d'une petite révision...Ou une désintégration totale suivie d'un remplacement fulgurant. Vous affichant tout un tas de messages d'erreurs différents en guise de prétexte à ne pas faire son boulot. D’abord plus de papiers alors qu'on vient d'en remplir le stock, puis plus d'encre alors que les cartouches ont été changés la veille, ou encore simulant un problème de connexion au serveur principal bidon...Il fallait la redémarrer plusieurs fois avant qu'elle détecte qu'elle ne manque de rien. Et encore, si ce n'était que les défaillances de détection de matériel et autres inventions qui merdait ça irait ! Mais voilà que le scanner à l'objectif en carton vous mange, à quatre-vingt pour cent de chance, la moitié de l'écriture photographié...rendant le document illisible. Non réellement, une vraie épopée à elle même cette saleté.
Après qu'Adriel eut réussit à dompter la bête, lui ''imprimant'' dans sa carte puce, après plusieurs redémarrage, qu'elle avait belle et bien tout ce qu'il lui fallait, papier comme encre, il fit bien une dizaine de photocopies du même document, toutes furent floues, ratées. De toute façon il le savait, autant ses collègues finissaient parfois à en venir à bout après plusieurs tentatives et ainsi obtenir un résultat convaincant, mais lui, était vraiment maudit face à cet engin préhistorique et maléfique. A croire que ce tas de ferraille voulait sa peau, et le poussait à bout pour qu'il finisse par craquer. Mais Adriel n'était pas du genre à marcher dans le jeu d'une simple machine sans âme.

« Tsh, fossile. »

Dit il, les sourcils froncés, comme la défiant  autant du regard que par les mots, lui montrant ainsi son agacement, alors qu'au font c'est tout ce qu'elle voulait n'est-ce pas ? Il soupira, ramassa les photocopies ratées pour les jeter dans la poubelle juste à côté. Il n'y avait qu'une chose à faire, comme d'habitude, descendre à l'étage inférieur ou il y en avait une autre, plus récente et ainsi bien plus performante et coopérative avec les êtres vivants.
Parallèlement, Adriel n'entendit pas les portes de l'ascenseur s'ouvrir à l'autre bout du couloir, laissant ainsi entrer un petit groupe de personne, les nocturnes embauchaient...Peu importe, il voulait finir ça avant de quitter les lieux. S'apprêtant ainsi à partir en direction de l'étage inférieur, quelqu'un l'interpella non loin de lui. Un peu surpris, il se tourna vers la personne à ses côtés. Il dut, comme à son habitude, lever un petit peu la tête pour faire face à la personne. Une jeune femme, au visage vaguement familier se tenait ainsi devant lui. Bien entendu, ayant traîné plusieurs fois au bureau le soir, faisant preuve d'une discrétion fantomatique pour ne pas déranger, il avait vu de loin quelque nocturnes et avait enregistré inconsciemment quelques visages aléatoirement, même si il ignorait souvent tout de ses collègues de nuit. Des cheveux teints en rose vifs, du rouge à lèvres un peu grossier...Cette fille semblait un peu excentrique sur les bords vestimentairement, mais c'était amusant à voir.
Elle déblatéra d'un coup plusieurs phrases à la suite, d'un ton amical, semblant enjouée de parler à quelqu'un. Elle s'étonna de voir un milicien de jour encore au boulot à cette heure ci et lui proposa soudainement son aide pour quoi que ce soit. Adriel ne voulait pas déranger une personne pour des futilités qu'il pouvait résoudre seul, surtout que dompter la bête mécanique en face de lui, patient ou pas, ce n'était pas une partie de plaisir. De toute façon il n'avait juste qu'a descendre à l'étage inférieur pour cette histoire de photocopie et c'était réglé, mais il ne put s'empêcher de ressentir de la reconnaissance envers cette inconnu qui lui proposait aussi spontanément de l'aide. C'était toujours ainsi, quand on lui proposait de l'aide il estimait que c'était trop, alors que lui même la proposait à tout va, et la, trouvait ça totalement légitime. Un jour trop de générosité le tuera...
Elle lui proposa aussitôt de se joindre à elle pour manger un morceau. La gêne envahit très vite le petit norvégien, les personnes aussi entreprenantes lui faisait toujours un peu peur par moment, peur de ne pas répondre correctement à leurs attentes, de les vexer sans le faire exprès. Des craintes complètement idiotes qui reflétait un certain manque de confiance en lui pour se sociabiliser.

« Oh euh...Oui ! Je suis bien de journée. Je...je reste souvent tard au bureau en effet, c'est comme ça, une habitude. » Dit il tout en haussant les épaules d'un air gêné. « Je ne faisais que photocopier un dernier document avant de partir...enfin j'essayais... » Ajouta-il tout en lançant un coup d'oeil d'un air déconfit à la photocopieuse. « ...Me joindre à vous ? Euh...et bien je...il est plutôt tard...enfin, je dois descendre à l'étage inférieur pour photocopier alors... »

Adriel cherchait ses mots, se contredisant accidentellement dans ses propos, tiraillé entre le réels fait qu'il n'avait pas réellement faim, ni envie d'aller dépenser de l'argent au distributeur automatique hors de prix, et entre celui qu'il ne voulait pas froisser ou décevoir la personne en face de lui qui lui avait proposé si gentiment. Mais finalement, le résultat était toujours le même, les autres passaient avant lui.

« Oui, pourquoi pas... »

Continua il après une brève hésitation, haussant légèrement les épaules, sa main droite porté à sa nuque, signe révélateur d'une gêne constante.

© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par Adriel Z. Riverblue le Dim 2 Nov - 16:46, édité 1 fois
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   Dim 2 Nov - 16:03


Nuit et jour.

« Feat Adriel. »

La bonne humeur était réellement visible sur son visage en ce jour. Max semblait contente d'aller bosser pour ne pas changer. Après tout, elle pourrait se dépenser un peu, voir ses collègues, courir dans les rues et probablement se taper une bonne barre de rire en coinçant quelqu'un cette nuit. Non, définitivement, il n'y avait rien de mieux que de travailler et surtout la nuit. Vous aviez toujours le moyen de vous faire prendre en traître par une proie ou bien de prendre en traître une proie et c'était absolument un vrai plaisir que ces poussées d'adrénalines constantes. Bien entendu, parfois elle devait simplement rester au bureau pour faire des papiers, n'ayant pas de mission spéciale à faire dehors et il est vrai que cela ne l'enchantait pas du tout par contre. Passer des heures derrières un bureau, seule, avec une photocopieuse, un ordinateur, un stylo à la main et sans moyen de parler à quelqu'un, non, ce n'était pas cool du tout. Depuis qu'elle n'avait plus de coéquipier attitré, son bureau qui était normalement pour deux se voyait remplit que par elle seule et c'était … triste probablement. Elle n'avait pas la compagnie de quelqu'un pour discuter et s'amuser. Alors la plupart du temps, elle mangeait comme toujours. Elle se commandait une pizza aux fromages pour trois personnes et passait sa nuit à faire ses papiers et à manger pour se consoler de sa solitude, ça n'avait rien d'excitant pour le coup, mais le boulot avait plusieurs facettes. On ne pouvait pas faire que s'amuser tout le temps hein ! C'est peut-être pour cela qu'en voyant ce milicien de jour, elle s'était arrêtée pour lui taper la discute. Comme elle passerait probablement sa soirée dans son bureau, seule, autant qu'elle profite des gens autours d'elle avant de s'enfermer dans cette pièce. Elle remplissait son quota de discussion pour ne pas déprimer ensuite en s'empiffrant sa pizza.

La joie se lisait donc sur son visage alors qu'elle parlait avec cet homme qu'elle ne connaissait pas réellement. A vrai dire, peut-être qu'elle l'avait déjà croisée une ou deux fois, mais elle ne se souvenait pas vraiment de lui. Selon elle, ce n'était pas si grave que cela de ne pas se souvenir de lui, surtout s'ils n'avaient jamais discutés ensemble et ils n'avaient fait discutés ensemble, sinon, elle se souviendrait définitivement de lui. C'est aussi pour cela qu'elle était contente. Elle parlait avec quelqu'un qu'elle ne connaissait pas encore et c'était toujours intéressant d'apprendre à connaître des gens. Bien que souvent elle se foutait pas mal des gens autours, il lui arrivait assez souvent de s'intéresser à certain. Des vampires, des hybrides, des humains, peu importe la race de cette personne, elle voulait juste lui parler comme si de rien n'était et peut-être même l'aider si besoin. Étrangement, elle se rendait assez vite compte qu'il était mal à l'aise cependant. Arquant un sourcil, elle affichait soudainement un léger sourire quand il commençait à parler. Est-ce qu'elle faisait peur au point qu'il cherche ses mots ? Rien que l'idée la faisait rire soudainement, mais en revanche, elle ne rigolait pas en entendant la fin. Cela se voyait parfaitement qu'il se forçait et Max faisait une grimace devant si peu de naturel. S'il ne voulait pas se joindre à elle ou simplement manger, qu'il le dise, elle n'allait pas le bouffer pour ça. Un soupir passait ses lèvres. Elle commençait à répondre à ce qu'il venait de dire tout en tapant violemment dans la photocopieuse et en prenant les documents qu'il tenait pour faire ses copies. Max avait plus ou moins l'habitude de cette vieille machine et il ne lui fallait jamais longtemps pour avoir ce qu'elle voulait.

« D'une part, tu n'as pas à être aussi gêné, à moins que tu sois mal à l'aise avec les femmes ? Dans ce cas, je peux comprendre, sinon, il n'y a pas lieu à ce que tu sois aussi gêné. Et deuxièmement, tu n'as pas à te forcer de quoique ce soit ! Même si tu me dis que tu ne veux pas manger avec moi, je ne vais pas te bouffer. Je préfère largement les gens naturels qui ne se forcent pas à faire les choses pour faire plaisir à leur vis-à-vis et qui sont capable de dire ce que eux veulent. » Disait-elle très sérieusement avant de sourire à nouveau. « Donc, ce n'est pas grave si tu ne manges pas avec moi ! »

C'est tout ce qu'elle disait avant de finalement faire les photocopies qu'il voulait à la base. La qualité ne valait pas celle de l'étage d'en-dessous, néanmoins, elles n'étaient pas floues à quoique ce soit d'autre. Bon, elle avait mit plusieurs coup de pied sauvagement dedans pour y arriver, mais bon, au moins il avait ce qu'il voulait à la base. Une fois qu'elle avait terminée, elle lui rendait tout, posant le tas de feuilles dans ses bras avant de sourire à nouveau et de faire demi-tour.

« Bien, je suppose que nous nous séparons là alors ? Si jamais tu as besoin d'aide pour autre chose ou que tu as envie de manger un bout, mon bureau est au bout du couloir à gauche ! Ma porte est ouverte, donc n'hésite pas ! »



Code by Wiise sur Never-Utopia


Adriel Z. Riverblue
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   Dim 9 Nov - 20:54









Boulette rattrapéeMax & Adriel



Elle n'utilisa certes pas la méthode douce pour dressé la bête mécanique, lui fichant un bon coup de pied dans la ferraille, qui la débloqua simplement. Adriel resta bouche bée d'un air soucieux, la regardant faire. A croire qu'il avait presque de la peine désormais pour cette pauvre machine qui n'avait pourtant rien demandé à être malmener de la sorte.... Tenant fermement ses documents, Adriel assista à la scène de maltraitance, pour voir ses documents s'échapper rapidement de ses mains, elle les avait saisi pour les lui faire. Il se sentit un peu comme un gamin ignorant du monde qu'il l'entourait pendant l'espace d'un instant, un certain malaise mélangé de honte l'envahit rapidement.
Tout en photocopiant, elle répondit cash, allant droit au but. A vrai dire Adriel ne s'attendait pas à une telle réaction de la part de son vis à vis. Mais ce n'était pas la première personne avec qui ça lui arrivait. Beaucoup prenait mal sa constance gêne à la moindre proposition qu'on lui faisait. Et il n'y avait pas de quoi mal le prendre. Ce n'était pas de la non-envie, mais de la timidité mélangé d'une impression de déranger, alors qu'il ne dérangeait absolument pas en réalité, étant toujours les autres qui proposaient à sa place. Un comportement idiot certes, mais assez incontrôlable. Et ici, Adriel comprit très vite qu'il venait de faire une boulette, encore une. Elle finit par se diriger lentement vers son bureau, une fois les photocopies finit, le sourire cependant toujours aux lèvres.
Il détestait ça, échouer quelque chose, c'est bien en ça qu'il était le moins à l'aise, la sociabilité. Elle lui avait proposé gentiment d'aller manger avec elle, ou était le mal ? Malgré son air excentrique, elle avait l'air tout à fait aimable et gentille...bien qu'elle semblait avoir une certaine faculté de toucher au but du premier coup, et ainsi lire le comportement des gens comme dans un livre ouvert. C'était assez embarrassant pour sur, comment rebondir à ça ?
Après une brève hésitation, le norvégien l'interpella au dernier moment avant de la perdre de vue.

« E-euh  attendez ! »

L'interpellant dans le but de la stopper dans son déplacement, il vint simplement la rejoindre, d'un pas se voulant décidé, entourant tout les documents et photocopies avec ses bras.

« Finalement, je veux bien si ça ne vous dérange pas. Je vous l'offre si vous voulez. »

Continua t-il, d'un air toute fois plus enthousiaste et contrôlé, une fois arrivé à sa hauteur.
Et encore une fois, ce genre de comportement pouvait être très mal interprété, celui d'offrir quelque chose à quelqu'un quoi que ce soit. Certains avait déjà perçu ça, comme de ''l'achat'' d'amitié...Mais pas du tout. Il était juste monstrueusement généreux, surtout pour les humains, mais peu importe pour lui si la personne allait se servir de lui, ou deviendrait un vrai ami. Sans compter que le petit milicien en avait largement les moyens, entre son héritage plutôt conséquent, son poste de milicien ainsi que ses multiples contrats d'assassinat de vampire. Il roulait presque sur l'or, mais ne le montrait pratiquement jamais, étant très modeste et se contentant de peu. Alors offrir des choses, et même à des inconnus, tant qu'ils étaient humains, ça ne le dérangeait en rien, aimant bien faire plaisir.



© Jawilsia sur Never Utopia

Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   Dim 16 Nov - 14:32


Nuit et jour.

« Feat Adriel. »

Max n'était pas le genre de personne qui pouvait lire le comportement des autres. Disons simplement que comme elle, elle était plus que naturelle avec tout le monde, quand quelqu'un s'obligeait à faire quelque chose ou bien forçait une émotion, elle le voyait directement. C'était un peu comme un bug informatique pour son cerveau. La donnée que lui montrait son interlocuteur ne rentrait pas dans ses lignes, c'est tout. Elle était simplement capable de voir ce qui était naturel et ce qui ne l'était pas, mais de là à dire qu'elle pouvait comprendre le comportement des autres, c'était une toute autre histoire. Il est vrai qu'elle n'aimait pas forcément tout ce qui était superficiel, mais elle pouvait comprendre que certains ne peuvent faire autrement et même si elle ne se gênait pas pour faire une remarque, cela ne signifiait pas qu'elle jugeait, bien au contraire, c'était plus comme un conseil malgré sa façon de dire les choses. Bien entendu, il y avait des moments où être naturelle n'était pas possible, même pour elle, mais elle essayait de l'être le plus souvent possible, cela lui prenait moins la tête que se forcer à être quelque chose qu'elle n'était pas. Alors oui, à ce moment-là précisément, elle ne comprenait pas la gêne que lui montrait le milicien de jour, mais elle ne jugeait pas encore une fois, elle ne faisait que soulever la chose avec son éternel sourire.

Ce n'était plus le moment de glander dans le couloir après avoir martyrisée cette pauvre photocopieuse et comme ce milicien ne semblait pas vouloir venir manger avec elle, elle partait simplement, ce qui était tout à fait normal. Elle n'allait pas rester plantée comme une idiote devant lui pendant trois jours hein ?! Il était donc tout à fait naturel qu'elle parte rejoindre son bureau, mais alors qu'elle ne semblait plus très loin de son objectif, la voix de cet homme retentissait et elle s'arrêtait simplement pour le fixer quelques secondes, penchant la tête en signe d'interrogation. Il ne lui fallait pas longtemps pour arriver à sa hauteur et un sourire amicale voyait le jour sur le visage de la rose avant de passer un bras sur ses épaules comme le ferait deux bon vieux potes.

« C'est d'accord, mais tu n'as pas besoin de me payer quoi que ce soit, j'ai tout ce qu'il nous faut, tu aimes les hamburgers j'espère ? Sinon j'ai de la pizza aussi dans le pire des cas ! »

Oui, la rose avait de tout niveau nourriture dans son bureau, mais surtout des trucs bien caloriques. Après tout, elle allait passer une grande partie de la nuit seule, dans son bureau alors elle devait bien se nourrir ou bien s'occuper parfois l'esprit avec autre chose que des rapports et ce genre de choses.

« Je ne sais pas si j'ai à boire par contre, il faudra que je regarde, mais bon, viens avec moi pour le moment ! »

Elle l'emmenait donc dans son bureau pour qu'ils puissent manger un bout tranquillement et discuter comme deux collègues bien qu'ils ne se connaissaient pas réellement en fait. En réalité, son comportement pouvait s'apparenter à de la gentillesse pour la plupart des gens, mais c'est simplement qu'elle avait eu envie de le faire et rien d'autre. C'était un peu complexe, mais elle était, pour les autres, quelqu'un de gentil au final.
Arrivant dans son bureau, elle lui présentait une chaise et allait directement dans son armoire pour voir s'il y avait de quoi boire. Sur son bureau trônait deux cartons de pizzas placés l'un sur l'autre et plusieurs boîtes de hamburgers. Elle avait tout prévu pour sa nuit comme toujours.

« Hum … J'ai rien d'autre que de l'eau ou du coca, est-ce que ça te va ou tu veux autres choses ? »

Oui, aussi fou que cela puisse paraître, Max avait bien de l'eau dans son armoire et non pas que des sodas. Comme quoi, il y avait du bon dans son alimentation, enfin, parfois.



Code by Wiise sur Never-Utopia


Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: Evening commonplace [Max]   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» An evening in autumn [PV Hayden]
» The Detroit Evening Journal
» Following The Perfect Evening II PMG - SOA - Black Dynasty II
» I don't want to spend this evening with you | ft. Lucas
» ZAYN & JAYCEE ∞ A good evening between two..friends ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Cristalcove :: Commissariat :: Bureaux-