FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~

Anastasia Gardner
(#MessageSujet: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Lun 27 Oct - 23:12
Gardner Anastasia■ Prénom(s): Anastasia, Ava, Marilyn, Cheyenne
■ Nom:  Gardner
■ Surnom(s:) Ann'
■ Âge: 22 ans
■ Groupe: Civil
■ Orientation: Hétéro
■ Race: Humaine
■ Classe social: Noble
■ Poste ou Métier: Première main chez Gucci

■ Localisation(s:) Cristalcove
■ Arme(s) : ///
■ Pouvoir(s) / Habilité(s:) ///

■ AVATAR: Uni FROM Choujigen Game Neptune
physioAnastasia… Ce doux prénom résonne dans vos oreilles… Et puis, là, une image. Une image blanche, et puis, et puis… Une jeune fille. Elle semble… Jeune, très jeune. Un peu moins de la vingtaine. Pourtant…Vous savez que c’est faux. Elle est de taille moyenne, elle semble… Aérienne. Oui, c’est ça. Elle vole. Sa démarche calme et souple fait s’envoler ses cheveux noirs ondulés. Sa robe, à volants, renforce cette idée que cette lady devant vous vole. Sa peau, blanche, contraste étonnamment avec ses cheveux et ses vêtements, rappelant ainsi ses origines anglaises. Le noir, c’est diablement élégant. Oui, c’est ça. La première idée qui vient pour la définir, c’est élégante. Elégante, et pourtant, elle ne possède pourtant pas d’atouts féminins dignes de ce nom : une poitrine plus que plate, ainsi que des hanches peu développées. Pourtant, elle n’est pas si repoussante que cela ; son visage aidant. Son visage est représenté comme petit et triangulaire, ayant des joues assez peu rebondies, sans pour autant être creuses, laissant ainsi ses fossettes apparentes. Un peu plus haut de son menton légèrement pointu, l’on trouve de jolies lèvres pulpeuses et remarquablement bien formées, quoique extrêmement pâles. Son nez, cependant, ne semble rien posséder d’intéressants, s’il n’est quelconque, dépourvu de taches de rousseurs. Plus haut encore, l’on remarque deux yeux, grands ouverts et en amande. A leur couleur sombre, on distingue une vague couleur rougeâtre, dans les tons bruns foncés. Ils sont recouverts de cils longs et souples, assez plats. Ses sourcils, que l’on distingue à peine sous sa frange tombante de cheveux fins, paraissent bas par rapport à ses yeux. Sur ses cheveux, deux rubans blancs et bleus flottent gracieusement parmi ses cheveux noirs, portés par une nuque fine et blanche, si fragile et facile à croquer.
psychoAnastasia ; tantôt extravertie et joyeuse, tantôt sérieuse et froide. N’allez pas croire qu’elle est lunatique, loin de là, néanmoins, la lady est un peu comme un caméléon : elle s’adapte à tout type de situation, selon son interlocuteur. Cependant, peu importe dans quelle situation où elle se trouve, Ann’ restera toujours extrêmement polie et diplomate, usant du vouvoiement avec respect. Toutefois, il ne faut pas penser que la jeune fille est un ange. Elle aime beaucoup jouer sur les mots, pour elle, parler est un art. Parler avec tact, sans blesser les autres, c’est ce qu’elle aime faire. De ce fait, elle est maligne et très taquine. De même, elle aime beaucoup être courtisée. Légèrement malicieuse, il n’est pas rare que l’on pense d’elle, à tort ou à raison, que c’est une jeune fille assez aguicheuse. En effet, Ann’ a bien compris que dans une société comme la sienne, l’apparence est primordiale. Mais ça ne l’empêche pas de faire attention à son apparence pour elle-même. Pourvue d’un charisme tout à fait particulier, Anastasia attire l’œil pour on ne sait quelle raison, qui plus est, la jeune lady fait de multiples efforts pour se fondre dans la foule du mieux possible. On pourrait qualifier la jeune fille en face de vous de « sociable », mais ce n’est pas le cas. Malgré son sublime sourire se cache une méfiance toute particulière envers le monde extérieur. Encore plus pour les vampires. Non, Ann’ a juste le contact facile. C’est encore plus subtil. Le travail d’Ann a beaucoup forgé son caractère : elle est devenue plus précise et plus patiente. Son ambition s’est développée, et depuis, la jeune lady vise toujours plus haut, secrètement. En effet, elle sait que si elle laisse son ambition s’exprimer, celle-ci la dévorera intérieurement. Seulement, des fois, c’est plus fort qu’elle. Ainsi, la jeune couturière ne manque pas vraiment de confiance en elle. Comme dit précédemment, Ann’ s’adapte à toutes sortes de situation : Si bien que, quelque fois, elle en ressort à l’opposé de son caractère habituel. Il lui arrive d’être sérieuse, surtout durant son travail, qui demande beaucoup de concentration. Là, vous pouvez dire adieu à son sourire et à ses manières aguicheuses. Elle se montrera froide, inconsciemment orgueilleuse envers vous, durant ce petit laps de temps. Ann’ est aussi comme ça envers les personnes paresseuses –ours en hibernation, fuyez !- qu’elle ne supporte vraiment, vraiment pas ainsi qu’avec ses supérieurs, qu’elle traite avec encore plus de respect qu’habituellement, usant de son don de manier les mots avec soin. Certainement, vous remarquerez qu’Ann’ est, étonnamment, plutôt solitaire. Elle n’est pas du genre à faire part de ses problèmes ainsi que de ses ressentiments aux autres. Elle porte tout, toute seule, alors qu’elle n’en a pas réellement la capacité. Si bien que, de temps à autre, elle craque. Néanmoins, elle s’arrange toujours pour ne pas être observée du beau monde. Simple stratagème de survie, dit-elle.
histoire

Cher journal,
Ta fonction première sera de relater tous les évènements de l’enfance de mon adorable petit bout de choux.
Voici mon enfant. Elle s’appelle Anastasia et est née le 15 mai à 15 :52. Elle pèse 2kg et demi, et crie beaucoup. Je sens que je ne vais pas pouvoir me rendormir de sitôt.

Cher journal,
Me voilà sortie de l’hôpital au bout de 3 jours. Ma petite chérie va bien.

Cher journal,
Comme tout enfant normal, Anastasia a attrapé la jaunisse ainsi que la varicelle. Elle va bien. Ses premiers cheveux ont poussé. Je vais en couper une mèche que je glisserai dans une enveloppe. Elle commence aussi à dire des sons.

Cher journal,
Anastasia commence à avoir ses dents. De ce fait, on ne dort presque plus la nuit, Georges et moi. C’est dur de tenir le coup.

Cher journal,
Ca y est, ma petite chérie commence à marcher ! Nous fêterons ses 1 ans demain. Le mois dernier, Ann’ a dit son premier mot : pompier.

Cher journal,
Aujourd’hui, il y a eu une altercation entre un vampire et la police. Ça s’est passé dans notre rue. On a tous peur, dans la maison.

Cher journal,
J’ai placé Anastasia dans une crèche respectable. Je compte la placer à l’école le plus tôt possible, afin qu’elle apprenne plus vite. Si elle n’apprécie pas, je la laisserai à la crèche, même si ça m’arrange moins.

Cher journal,
Ma petite Anastasia a eu 6 ans hier soir. Elle pousse si vite ! J’ai l’impression de ne pas profiter d’elle. Georges a même pu venir à son anniversaire. Nous avons pris une photo de famille, ensemble. Sa meilleure amie, Candice, n’a pas pu venir. Ce n’est pas grave, elles fêteront son anniversaire un peu plus en retard. Je passe du cop à l’âne, mais, sache journal, qu’Anastasia dévore mes livres à la bibliothèque. Depuis qu’elle sait lire, elle ne bouge plus de cette pièce. Ann’ est toujours heureuse quand elle termine un bouquin (sur la couture qui plus est), si bien qu’elle monte à l’étage pour me voir et crie aussitôt : « Maman regarde, j’ai terminé de lire lui ! » en me montrant le livre. Je doute qu’elle comprenne tout ce qu’il y a d’écrit, puisque je possède des livres complexes, qui ne conviennent pas aux enfants de 6 ans. Dans 3 jours, Anastasia aura sa première machine à coudre, pour « faire comme maman ». J’ai un peu peur qu’elle se fasse mal, alors je la surveillerai.

Cher journal,
Aujourd’hui, Anastasia a cousu sa première pièce ; assurément, elle n’est pas finement exécutée. Sa jupe est vraiment très mal assemblée : importable ! Mais elle m’a fait rire, et je lui ai quand même dis que j’étais fière d’elle. Elle a pleurniché en disant : « mais ça ne ressemble pas à tes jupes, maman ! ». Elle était adorable. Plus tard, tu feras de belles pièces, ma chérie. Je mettrai peut-être une photo de sa jupe décalée, si j’ai le temps.


[***]


Cher journal,
Aujourd’hui non plus, Candice n’est pas venue au collège. Cela va bientôt faire une semaine que ça dure. J’hésite à dire à Anastasia que sa meilleure amie est morte d’un cancer de l’estomac, il y a deçà une semaine. Ann’ se doute de quelque chose, c’est évident, mais je ne veux pas qu’elle souffre trop. Elle n’ira pas à son enterrement, bien sûr.

Cher journal,
Je me suis disputée avec Ann’. Elle pleure et ne s’alimente presque plus depuis des jours. J’ai forcé Georges à rester à la maison durant quelques jours. Je lui ai pourtant bien dit qu’elle n’ira pas à l’enterrement de Candice, afin qu’elle ne souffre pas trop, mais elle est aussitôt devenue hystérique et a crié qu’elle voulait la voir absolument. Je ne sais pas quoi faire.

Cher journal,
Voilà deux semaines que l’enterrement de Candice est passé ; Anastasia me déteste ouvertement maintenant. J’en suis la première désolée, mais que puis-je y faire ? Elle pleure toujours autant en parlant de Candice, mais au moins, elle sort de sa chambre et mange un peu plus. J’ai l’impression qu’elle fait face à une longue et fade dépression. Elle ne me parle plus et m’ignore. La seule personne à qui elle parle encore est Georges. Je fais tout pour qu’il reste ici, à la maison, afin qu’il ne retourne pas encore au travail. Anastasia ne revient pas encore en cours, et ne voulant qu’elle reste seule à la maison pendant mon absence et celle de mon mari, j’ai engagé une nourrice. Elle s’appelle Victoria et semble être raisonnable.

Cher journal,
Aujourd’hui, Georges est parti. Ann’ ne retourne toujours pas au collège, de peur qu’elle affronte les souvenirs de Candice. J’hésite même à la faire changer de collège, au profit d’un établissement privé.

Cher journal,
Victoria travaille très bien avec Anastasia et j’en suis ravie ; elles ont même commencé à travailler ensemble le reste des cours qu’avait manqué ma petite puce. Actuellement, je pense garder Victoria un peu plus longtemps que prévu ; elle est vraiment un bon pilier pour Ann’. Hier soir, j’ai discuté avec Georges et nous avons tous deux conclu qu’il était mieux pour notre fille qu’elle aille dans un autre établissement. Aujourd’hui, Ann’ m’a regardé.

Cher journal,
Aujourd’hui, Ann’ m’a dit « bonsoir. » alors que je rentrai du travail. Au bout d’un mois de mutisme, je trouve que c’est plutôt agréable. J’en suis heureuse.

Cher journal,
Aujourd’hui, Ann’ n’a pratiquement pas mangé. Je m’inquiète un peu, tandis qu’elle était en train de remonter la pente, pourquoi s’arrête-t-elle aussi brusquement ? J’en ai parlé à Victoria, mais elle m’a dit que tout semblait normal. Peut-être est-ce mon imagination ?


[***]


Cher journal,
Je ne suis plus censée écrire là-dedans. Ce journal ne rassemble que l’enfance d’An’, et pourtant… L’avant dernière page s’arrête à l’anniversaire des 14 ans d’Ann’. Seulement, hier, j’ai retrouvé ce cahier, et l’envie indescriptible d’écrire m’est fatalement revenue. Tu sais journal, hier encore, Anastasia était dans la maison. Mais après avoir décroché son BEP de couture, ainsi qu’un poste chez Gucci à Cristalcove, elle a aussitôt disparu de la maison à l’âge de 19 ans. Elle me ressemble beaucoup, tu sais journal. J’étais comme elle avant : enthousiaste à souhait. Je suis heureuse et malheureuse à la fois ; j’aurai voulu la retenir, pour qu’elle reste comme avant ; ma petite fille maladroite qui ne connaît pas encore les nombres au-delà de 99. J’aurai voulu la retenir, une fois de plus. Pour que cette routine ne s’arrête jamais. Je suis désormais une vieille dame maintenant. J’ai pleuré comme une madeleine. Je veux que son avenir soit assuré, alors il faut qu’elle s’en aille. Je savais que cela devait arriver. Je ne sais comment conclure mon journal correctement, maintenant.


J’ai été heureuse d’avoir cette enfant.


[***]




« Alors c’est toi la nouvelle ?
-Oui. »

J’examinai sa pièce. Un pull en fausse fourrure blanche, sur laquelle la petite nouvelle avait ajusté trois boutons en nacre sur les épaules. La jeune fille avait des cheveux noirs de jais qui retombaient gracieusement sur ses épaules en faisant de petites ondulations. Ses yeux, sombres, semblaient lire en moi aussi facilement que mon ex m’eût oublié. En regardant sa manière de s’habiller, on remarquait bien vite son élégance distinguée. Elle portait une petite robe noire tout à fait adorable. –Il faudrait d’ailleurs que je lui demande où elle l’a acheté mais… Hem.-. Ses ongles, eux, semblaient… Propres. Sans plus. Pas de vernis, de french manucure, de coquetteries en tout genre. Pas même de bagues. Ni d’autres bijoux d’ailleurs.

« La fausse fourrure est un tissus très embêtant, tu sais. Tu l’as cousu à la main, bien sûr ?
-Evidemment. »

Elle paraissait très sûre d’elle. Trop, peut-être ? Je n’aimais pas le ton qu’elle avait employé, dans tous les cas. Les nouveaux trop sûrs d’eux sont impitoyables ; ils n’écoutent rien et en plus, font parfois des meurtres avec les tissus. Ils demandent davantage d’attention que les couturiers peu sûrs d’eux. En bref : éreintants.

« Ton nom c’est Anastasia, c’est ça ?
-Oui. »
Je tournai la pièce afin d’en voir le dos. Il y avait, de part et d’autre du tee-shirt, deux trous béants qui laissaient entrevoir l’intérieur de la pièce.

« Tu n’as pas encore cousu les épaulettes, n’est-ce pas ?
-Effectivement. » Bon, au moins, elle reconnaît ses fautes, c’est déjà ça. Je pose délicatement la pièce avant de lui dire:

« Tu sais qui je suis… ?
-Je dois bien vous avouer que je ne connais pas votre nom, ni même votre fonction ici.
-Dans ce cas, je me présente : Je suis ta supérieure, Mlle Amber. Je suis la première de cet atelier. Si tu as la moindre question par rapport au modèle, n’hésite pas à me faire signe. »

Je m’en allai. Mouais…Son modèle était passable, mais passons. J’ai toujours connu mieux dans ce milieu. Bon, elle a l’air de travailler, c’est déjà ça.

« Aurore, tu peux aller fumer, je te remplace.
-Merci. » Je m’installai sur son siège, et, la regardant partir, je jetai un œil au modèle ainsi qu’aux indications du styliste.

[***]



« Une première d’atelier a une grande responsabilité sur ses épaules. Elle doit constamment vérifier les vêtements cousus par les autres. Si un vêtement ne convient pas, la première d’atelier prend toute la faute sur elle, plutôt que sur les couturiers. La première n’est pas exposée aux lumières des projecteurs, la première doit rester derrière les rideaux, à observer. Quand on devient première d’atelier ce n’est pas pour la popularité, ni pour la reconnaissance, c’est pour la passion. Quand on est une première d’atelier, il faut ces deux qualités : patience et exigence. Si l’on ne les possède pas, vous n’avez rien à faire dans un atelier de couture. La première se doit d’être plus que patiente pour ses créations, l’exigence allant de pair, le vêtement peut prendre jusqu’à 200 heures de travail s’il le faut. La première doit savoir faire, défaire, et refaire le vêtement, jusqu’à ce que celui atteigne la perfection, ou s’en rapproche tout du moins, pour plaire aux exigences de la clientèle. La première doit aussi être la « femme à tout faire » dans un atelier. Elle doit aussi comporter nombres qualités linguistiques, puisque la première est souvent en contact avec des couturiers, brodeurs, et tricoteurs étrangers, afin de compléter ses créations. Si tu penses ne pas avoir ces qualités…
-J’accepte.
-Tu as toutes ces compétences, bien sûr ?
-Assurément. »

Fin sourire se dessinant sur mes lèvres, je fais glisser, sur le bois ciré de mon bureau, le contrat. Son contrat.

« J’aime beaucoup cet esprit, Anastasia, ça me plaît. »

Je lui tends alors mon stylo noir, qu’elle saisit avec sa délicatesse et sa froideur habituelle, si difficile à retranscrire via de simples mots. Ses yeux sombres lisaient rapidement les termes du contrat par des mouvements frénétiques et fébriles. C’était quelque peu amusant à regarder. Mon sourire s’effaça aussitôt lorsqu’elle releva son visage vers moi. Sa signature souple était maintenant apposée sur le document blanc, qu’elle me tendit de nouveau sur le bureau, avec un sublime sourire satisfait de rapace.

[***]



« C’est quoi ce torchon… ?
-Hein ?
-Tu te fiches de moi, c’est ça… ?
-Je… Heu…Non mais… » Elle allait me tuer. Elle, une fille plus jeune que moi. Me prenant avec force et froideur mon magnifique chef-d’œuvre en soie, elle me fixait, de son regard sévère. Elle s’était emparée de mon œuvre comme une nymphe. Une magnifique nymphe glacée qui refroidissait tout ce qu’elle touchait, rendant l’objet charmant et mort. Elle rapprochait son visage du mien, prête à me geler à son contact ; elle allait me dévorer, son regard brun et glacé s’enfonçant irrémédiablement dans le mien, comme fouillant mon esprit, mis à nu.


« Dis moi… Où es-tu ?
-D…Dans une maison de couture.
-Une grande maison de couture. » me coupa-t-elle, une nouvelle fois, prête à me bondir dessus pour m’arracher la maigre quantité de chair que j’avais.
« Et tu penses que l’on peut se permettre de présenter ça ?
- N-Non…
-Dis-toi bien que ce n’est pas parce que tu es nouveau que l’on va te faire des cadeaux, crois-moi.
-Mais, v-vous voyez, coudre sans patron, directement sur le mannequin, c’es…
-C’est compliqué ? Dur ? Difficile ? Oh, qu’il est mignon. Ne crois pas que tu vas te laisser aller à la facilité, ici.»


Elle lâcha mon pull en soie, qui était maintenant dans un état plus que déplorable. J’heurtais de mon coude ma table de travail, faisant ainsi gicler aiguilles, pinces à nourrices, ciseaux, et notes. Je m’apprêtai à découdre mes finitions, tout en ramassant mes ciseaux par terre, à bon entendeur, mais la furie n’en eut visiblement pas fini avec moi ; elle me stoppa brusquement, tapant sa main sur la table, plaquant mon oeuvre contre celle-ci.

« La soie est un tissu extrêmement fragile. Il ne supporte pas qu’on le recouse. Recommence.
-Qu… ?! »
Elle me regarda une dernière fois de son regard de faucon et disparu dans le cliquetis si familier des machines à coudre.

[***]



« En même temps, si tu savais la pression qu’elle a en tant que première d’atelier, si un vêtement n’est pas correct.
-Ce n’est pas, une raison, elle m’a fait mal !
-Certes, elle est un peu brusque, mais toi, qu’est-ce que tu vas faire ? Démissionner peut-être ?
-Heu, je…»

Après avoir eu un poste ici, sûrement pas ! Elle m’avait bien eu. Cette couturière, qui était à ma droite dans l’atelier, s’appelait Aurore. Elle semblait plutôt longiligne et sans forme aucune. Une épingle, longue et fine. Sa veste cintrée renforçait encore sa grandeur, si bien qu’il me fallait lever la tête pour voir son visage. Ses traits tirés trahissaient sa fatigue, et ses doigts, plutôt abimés par la cigarette et les aiguilles plantées malencontreusement dans sa chair, lui donnaient un air encore plus négligé. La seule chose qui semblait à l’épreuve de tout, chez elle, était la blondeur extrême de ses cheveux. Cheveux aussi raides que des baguettes de tambour.

« Tu es ambitieux, gamin, mais tu en fais trop. » Aurore laissa tomber sa cigarette consommée sur le trottoir et retourna dans l’atelier, laissant un apprenti seul et désorienté.


hors rp✜ Pseudo: Nyan cat! Quoi? Ca marche pas? Ah, bon...
✜ Age: 16 ans. Tout rond :3
✜ Sexe: Féminin.
✜ Suggestion: J'aime ttteeellllleeemmmeeennnntttt cette idée de choisir le fond du fofo .3.
✜ Comment avez-vous connu le forum ?: Partenariat o//
✜ Plus: Je souhaite être affiliée à la zone -16 o/
✜ Le mot de passe:  


Dernière édition par Anastasia Gardner le Mar 28 Oct - 12:01, édité 2 fois
Roxane Hellwood
GuardianGuardian
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 9:55
Bonjour ma petite demoiselle, bienvenue chez nous.
Tu m'a l'air toute mimi dis moi, malgré que je bloque sincèrement sur ton age XD ton vava semble beaucoup plus jeune que 22 ans, mais bon on verra tout sa lors de ta validation. Sur ce encore bienvenue \o
Jin Oshiro
HybridHybrid
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 11:36
Bienvenu à toi, je te souhaite une bonne continuation pour ta petite fiche ~
C'est vrai que ton perso semble jeune pour 22 ans, mais si tu arrive à justifier cette différence apparence/âge, ça devrait passer :3
Anastasia Gardner
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 11:59
Merci pour votre accueil et pour vos conseils :3
Effectivement, c'est vrai qu'elle paraît assez jeune, mais j'ai un avatar de secours si besoin est o/ Sur ce, j'attends l'avis du staff :')

PS: la fiche était terminée dès le moment où je l'ai posté :'o j'ai juste oublié de le préciser. Pardon, je n'ai pas de cerveau ;_; *fuit*
Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 15:33
Bienvenue sur le forum pour commencer. Et je m'occupe de ta fiche.

Pour commencer, je rejoins Roxy sur l'avatar. Ton personnage est censé avoir 22 ans. Pas 12. A moins d'être vampire, l'avatar passerait. Hors tu ne l'es pas. Donc il serait nécessaire que tu changes l'avatar. Comme tu parles d'un de secours, je ne vois donc pas le problème.

Ensuite, le métier me gène. Ou plutôt la responsabilité. J'y connais pas grand chose en Grand Couture mais être Première main à 22 ans ( Surtout chez Gucci) j'crois pas que ce soit possible. Donc, artisan (ou couturière) oui, Responsable, non.

Le physique et le pscyo, je passe. ^^

L'histoire. Il faut s'accrocher pour lire et comprendre surtout. Tu apprends que vers la fin que Georges, c'est le père. Durant tout le long, tu te dis : C'est qui ce type ? o_o. Après c'est difficile à comprendre comme ce n'est pas du point de vu du personnage mais du parent. =/ C'est un moyen comme un autre de faire son histoire, certes. Surtout qu'on a JAMAIS le point de vu du personnage. C'est dommage, c'est elle que tu vends ^^ Tu dis qu'elle déteste la mère, on sait pas pourquoi. J'aurai aimé avoir l'avis du personnage joué et non d'un PNJ. Un peu plus tard, tu dis, qu'elle fait un BEP a 19 ans chez Gucci. Alors ... Un BEP se fait en sortant du collège, donc 14/15 ans. Un BEP n'est pas en alternance alors certainement pas chez Gucci (d’ailleurs je doute fortement qu'il prenne des stagiaires). Pour finir, l'histoire du forum se passe aux U.S.A et le BEP s'est spécifique à l'éducation française. (Je vais pas te faire un cours sur le système de l’éducation nationale et des choix qu'ils offrent aux élèves) .Tu peux dire par exemple que tu passes un diplôme d’ouvrière supérieur en Haute Couture dans une maison plus basse avant d’être employé par Gucci. Enfin je te laisse gérer ça comme tu veux. ^^
Les trois dernières 'chapitres', j'ai rien compris. Tu passes Responsable et tu "maltraites" les employés dans les autres chapitres ? On ne sait pas qui est le narrateur, on ne sait pas qui sont les PNJ. Bref, c'est très flou et dur à suivre/comprendre.

Voila mon avis. Bon courage pour le reste

EDIT : Pas une seule fois dans ton histoire tu parles des vampires, de la Milice, des Guardians. Tu n'as peut-être pas eu de soucis avec eux, mais tu vis dans l’épicentre du vampirisme, ne pas faire mention du contexte dans ton histoire, c'est étrange ^^



Merci !:
 
Max Feuerbach
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 16:20
Bienvenu parmi nous ♥
Amuse-toi bien :3
Luke C. O'Hagan
GuardianGuardian
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mar 28 Oct - 20:30
Bienvenue =w=

Bonne chance pour ta fiche ~ ♥
J'aime bien le prénom Anastasia sinon !



Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   Mer 19 Nov - 18:53
Il te reste un peu plus d'une semaine pour finir ta fiche. Le 27 Novembre, j'archiverai ta fiche si nous avons pas de nouvelles.



Merci !:
 
Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: Anastasia Gardner ~ Comme une amaryllis dans un champs de coquelicot ~   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'ai toujours voulu courir dans un champs de blé. [Geekeuse ]
» TERMINE - Comme un poisson dans l'eau & avec une sirène
» Hercules ~ Comme un pingouin dans le désert
» La liberté c'est comme un petit poney qui court dans un champ
» Comme un poisson dans un bocal... [pv Aulne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Fiches Rejetées-