FORUM FERMÉ.

Partagez | 

il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]

Invité
Invité
(#MessageSujet: il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]   Lun 14 Juil - 11:07


Wade June

 
Il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale.

 
✗ Nom : Wade
✗ Prénom : June
✗ Sexe : Femme
✗ Âge : Apparence 24 ans, réel 49 ans
✗ Date de naissance : 17/07
✗ Origine : Américaine

✗ Race:Vampire
✗ Groupe :Hunter
✗ Avatar :Rize Kamishiro FROM Tokyo Ghoul
 
 


Description du Personnage ;
Physique :

J'ouvre les yeux, la première chose que je vois, c'est le plafond qui était blanc et qui est désormais décoré de quelques taches. Je me redresse et part dans la salle de bain sans aucune pudeur. Mon corps nu se déplace de manière féline. Mes longues jambes me font arriver dans la pièce en quelques pas. J'aime bien mes jambes, elles sont fines, longues et légèrement musclées, même si ça ne se voit pas vraiment. Une fois dans la salle de bain, je m'installe devant le lavabo et ne peut m'empêcher de regarder mon reflet dans le miroir. Je me redresse afin de voir la plus grande partie possible de mon corps.

Je me détaille du regard et me met sur le côté, posant une main sur mon ventre qui est plutôt plat. Je retire ma main et me rend compte que je n'ai pas grossi, il est toujours aussi plat, ce qui contraste avec ma poitrine plantureuse. De profil, je me rends toujours mieux compte de son importance. Je ne vais pas me plaindre d'avoir une telle poitrine, elle est très utile pour attirer mes proies. Je me remets face miroir et me penche légèrement vers celui-ci pour regarder mon visage plus en détail. Déjà, il n'y aucune trace de fatigue, ce qui me rassure. Je glisse une main dans mes longs cheveux violets et en regardant de plus près, je me rends compte, que je vais devoir me refaire une coloration, les racines brunes commencent à se voir. J'attrape donc mon produit que j'avais pris soin d'emmener et de laisser dans mon sac, au cas où, et m'en occupe tout de suite.

Pendant que la coloration fait effet, j'examine mon visage. Je soulève la frange qui retombe sur mon front et examine celui-ci. Je le trouve un peu grand, mais bon, mes cheveux peuvent le cacher. Mon regard descend ensuite un peu et je me retrouve à me regarder dans les yeux. Je fronce les sourcils en croisant mes yeux marron, je déteste, cette couleur est tellement banale. J'attrape ma boite à lentille et mets tout de suite mes lentilles violettes, voilà qui me redonne le sourire, je préfère voir mes yeux comme ça. Mon regard descend ensuite encore un peu pour se poser sur mon petit en légèrement en trompette et sur mes fines lèvres toujours étirées en un sourire donc j'ai le secret. Enfin, là, ce n'est pas mon meilleur sourire. Mon sourire préféré est celui que je peux offrir à mes victimes juste avant de me nourrir. Ce sourire que je ne peux m'empêcher d'avoir quand il comprenne ce qui leur arrive. Voir leur visage se décomposer avec la peur est tellement bon, ils me donnent toujours encore plus soif à ce moment-là.

Je sors de mes pensées et retire la coloration. Je retourne ensuite dans la chambre et regarde dans ma penderie. Certains diraient que je n'ai aucun choix, puisque la grande majorité de mes tenues sont des robes, en même temps, c'est ce que j'aime porter, cela met mes jambes en valeur ainsi que mes formes généreuses. De temps en temps, il m'arrive de porter un jean ou un short, avec un t-shirt, mais c'est plus rare. Je pose la robe et les sous-vêtements sur le lit à côté de ce cadavre. Je retourne ensuite dans la salle de bain.

Caractère :

De retour dans la salle de bain, je me glisse dans la douche pour supprimer les dernières marques de sang présentent sur ma peau. La douche, quelle merveilleuse invention, c'est le meilleur endroit, avec les toilettes pour avoir des pensées philosophiques et pour analyser le monde qui nous entoure. À moins que je sois la seule qui fasse ça sous la douche. Aujourd'hui qu'est-ce que je vais analyser ... ? Hmm pourquoi pas m'analyser moi-même ? Oui, ça fait longtemps que je n'ai pas fait le point sur ce que je suis.

La première chose que je pourrais dire sur moi c'est que je ne suis pas comme on peut le penser lorsque l'on me rencontre la première fois. En effet, je passe mon temps à jouer un jeu. Je hais les humains, mais, je me montre toujours gentille, souriante et attentionnée avec eux. Enfin, seulement si ils viennent vers moi, sinon je ne prends même pas la peine de parler à ces être insignifiants. J'aime bien nouer des liens avec mes futures victimes, qu'ils pensent pouvoir me faire confiance et au final, voir leur visage quand je les trahi, hmm, c'est tellement incroyable comme moment, j'adore ça !

Je pense que oui, on peut dire que je suis sadique, mais attention, je ne fais pas partie de ses sadiques physiques qui maltraitent une personne avant de la tuer ou autre. Non, moi, je suis plus dans le psychologique. Je déteste que l'on joue avec la nourriture, alors jamais je ne me montrerais violente avec un humain, après tout, ils sont tous des garde-mangers ambulants. Je que de ce fait, on peut dire que je respect tout le monde, même des êtres aussi insignifiant que des insectes.

Sinon, quand je ne joue pas de rôle, je suis quelqu'un de très joueuse, comment ça, on s'en doutait déjà ? Eh bien au moins je le confirme. Un rien m'amuse, mais je ne suis pas le genre de personne qui va croire à la moindre blague de mauvais gout. Je rirais de manière ironique avant de dire à la personne que c'était nul. Car oui, malgré que je sois souvent en train de mentir sur ma façon d'être et sur ce que je pense des humains, je suis plutôt franche, et même lorsque je fais semblant de faire ami/ami avec un humain, je lui dirais toujours ce que je pense, tant que ça ne va pas à l'encontre de mon but. Enfin voilà,, comme d'habitude je me suis encore perdue dans mes pensées alors que j'étais en train de m'analyser, mais bon, je me comprend, c'est le plus important. Je sors alors de la douche, m'enroule dans une serviette et pars m'habiller dans la chambre.



Description du Pouvoir ;
En arrivant dans la chambre je regarde le cadavre dans le lit, un homme, bien-sûr. Un sourire fleurit sur mes lèvres en me souvenant de ce que je lui ai fait subir avec mon pouvoir. En fait, rien de plus que ce que je fais subir aux autres proies que je choisis, mais bon. Je me souviens de tous les cauchemars que je lui ai fait avoir durant plusieurs semaines avant de me décider à enfin m'occuper de lui. Car oui, mon pouvoir me permet de rentrer dans les rêves des gens, mais à l'unique condition que je les touche pendant qu'ils dorment. Si je n'ai aucun contact physique avec eux, je ne peux pas rentrer dans leur rêve, même si j'y suis déjà allé avant.

Mon pouvoir ne se restreint pas à transformer les rêves des gens en cauchemar. Je m'introduis dans leur rêve et après je fais ce que je veux, je peux leur suggérer des choses, rendre leur rêve encore meilleur ou les transformer en cauchemar, par exemple. Quand je propose des choses à quelqu'un, il s'en souviendra à son réveil, mais pourra se dire que ce n'était comme une autre, je ne peux pas obliger quelqu'un à faire ce que je veux en passant par ses rêves. J'aime beaucoup mon pouvoir, je m'amuse beaucoup à fatiguer mes proies en les fatigants un maximum avant de les croquer.

En bref, mon pouvoir me permet de m'introduire dans les rêves.




Passé du Personnage ;
Je ne reste pas plus longtemps debout devant le lit, je m'assois à côté du cadavre et mets mes chaussures. Je me dirige ensuite vers la fenêtre pour observer cette ville que je ne connaissais pas il y a encore 25 ans de cela. La nostalgie m'envahit à ce moment, ça ne m'arrivait presque jamais puisque je méprisais les années que j'avais passé en tant qu'humaine. Mais là sans raison, je repensais à ma vie avec les humains en tant qu'humaine, je repensais aussi à ma famille.

Je me souvenais être née dans une famille qui n'était pas riche, mais qui n'était pas pauvre non plus. J'avais un frère jumeau, on était proche, même si l'on passait beaucoup de temps à se disputer tous les deux, mais on était aussi très proche. On faisait tout ou presque tous les deux et ceci durant plusieurs années. Nos parents faisaient toujours en sorte que l'on ne manque de rien, même si les fins de mois étaient souvent difficiles. Je n'étais pas une élève très studieuse, même si l'on me répétait sans cesse qu'il fallait que je travaille pour avoir une meilleure condition que mes parents quand je serais grande. Mon frère m'aidait beaucoup pour mes devoirs même si on n'était pas dans la même classe. On vivait dans une petite ville dans le Montana. Le nom ? Je l'ai oublié depuis longtemps. Quand on eut l'âge d'entrer au collège, on partit pour la grande ville la plus proche. Enfin, on resta toujours dans notre bled paumé, mais on étudiait dans une grande ville. Bien-sûr, commencer à aller dans une grande ville alors que l'on débute son adolescence et qu'on a toujours vécu à la campagne, c'est une très mauvaise chose.

Mon frère sembla ne pas faire de crise d'adolescence, mais moi, j'étais devenu infecte avec mes parents, comme beaucoup d'adolescente. Je me rends compte maintenant que je leur ai vraiment rendu la vie difficile, mais étrangement, je ne culpabilise pas. Ils n'étaient que des humains après tout. Enfin donc à cette période, il n'était pas rare que des amies viennent me chercher en cachette et que l'on passe nos soirées en ville et/ou a des fêtes. Étrangement ce n'étaient pas mes parents qui me disputaient le plus, mais mon frère. C'est à ce moment qu'on s'est éloigné tous les deux. À l'âge de 17 ans, j'ai quitté ma famille. Je n'étais pas assez forte pour rejoindre une université, contrairement à mon frère qui avait pu obtenir une bourse. Alors j'étais partie en ville où je gagnais de l'argent en acceptant des travailler plus ou moins légalement. J'ai appris très jeune à me service des avantages donnés par la nature pour avoir ce que je voulais, maintenant, c'est des proies, à l'époque, c'était de l'argent et du travail. Par contre, je ne me suis jamais abaissé à coucher contre de l'argent, j'avais quand même une certaine fierté et une éthique.

À 20 ans, j'avais réussi à trouver un petit emploi de secrétaire dans une petite entreprise à New York. Car oui, je ne l'ai pas précisé, mais quand j'ai quitté ma famille, je suis partit le plus loin possible d'eux. Donc j'avais trouvé un petit travail à New York comme secrétaire, une fois encore j'avais usé de mes charmes pour avoir le travail. C'était seulement un petit travail, mais il me convenait ça me permettait de payer la chambre d'hôtel dans laquelle je vivais. À peine trois ans après que j'ai obtenu mon travail, mon patron m'annonça que de nouveau bureau pour l'entreprise venait d'ouvrir à Cristalcove. Je ne connaissais pas du tout cette ville, mais quand il me dit que je devrais aller travailler là-bas j'acceptais. En même temps, je n'avais pas très envie de perdre mon emploi. J'allais donc m'installer là-bas et tout ce passa pour le mieux pendant un an.

Mais alors que j'avais fêtait mes 24 ans depuis à peine quelques mois, j'étais en train de me promener avec des amies quand celles-ci durent me laisser pour une raison dont je n'arrive pas à me souvenir. C'est à ce moment que je vis un homme qui semblait mal en point. J'avais encore du mal à me faire à l'idée que les vampires existaient à l'époque, je suis donc allé voir cet homme pour savoir ce qu'il avait et avant que j'ai pu m'en rendre compte j'avais des crocs plantés dans le cou. Tout ce qu'il s'est passé ensuite est très flou pour ne pas dire inexistant dans mes souvenirs.

Quand je me suis réveillée, je me sentais différente et il fallut quelques jours avant que je comprenne ce que j'étais devenue. La première fois que j'ai du tuer un humain, j'ai eu beaucoup de mal, mais très vite, je me suis rendu compte à quel point les humains étaient faible et facile à tuer. J'ai découvert aussi mon pouvoir totalement par hasard, environs 3 ans après ma transformation. À cette époque, je m'amusais encore avec les changements qu'avaient connus mon corps et alors que j'avais séduit un homme et que j'avais fini de m'amuser avec lui, alors qu'il dormait, je suis rentrée dans son rêve sans faire exprès alors que je dégageais son cou. Il m'a fallu plus d'une quinzaine d'année pour maitriser vraiment mon pouvoir et pur en connaitre toutes les limites.Cela fait à peu près cinq ans que jeme teint les cheveux et que je porte des lentilels. Pourquoi ? Parce que je ne veux pas ressembler à tous ces humains, je veux que l'on me remarque et que l'on voit que je ne suis pas comme tout les monde.

Aujourd'hui, ça fait déjà 25 ans que je suis une vampire et je travaille toujours comme secrétaire dans l'entreprise. J'ignore ce que son devenu mes parents et mon frère et en fait, je m'en moque. Je sortis à ce moment de ma nostalgie, je regarde encore quelques instants cette ville qui est désormais chez moi, puis je tourne les talons, reprend mon sac et quitte la chambre, laissant ce cadavre sur le lit. Dehors je met mes lunettes de soleil et je part au travail.

 
 



     
 
what about You ?

Votre prénom et/ou pseudo ? Lia
Âge ? 20 ans
Niveau RP ? Je me trouve nulle, mais tout le monde me dit que je suis pas nulle, donc ne pouvant pas me juger je dirais 5
Comment avez vous connu le forum ?top site
✗ Code : Validé by Val"
Plus ? Je veux bien avoir accès à la zone 16+

         

 
Code made by Reckoner


Dernière édition par June Wade le Lun 14 Juil - 18:32, édité 5 fois
Valentina Marchello
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]   Lun 14 Juil - 12:54
re bienvenue ma belle ♥
Courage pour ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions !


Invité
Invité
(#MessageSujet: Re: il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]   Lun 14 Juil - 18:32
Merci ♥

Donc voilà, ma fiche est terminée
Misery
GovernementGovernement
(#MessageSujet: Re: il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]   Lun 14 Juil - 18:47


✔ Félicitation tu es Validé!


Félicitation te voilà enfin validé est prêt à commencer ta longue aventure on l'espère parmi nous. Avant toute chose je souhaite de dire j'ai adoré la continuité du moral, physique et histoire! Une fiche facile et agréable à lire. J'ai rien a dire. Donc maintenant à toi de te mettre à jour dans la finalisation de tes papiers administratifs. Tout d'abord aller recenser ton avatar, demander un logement si tu ne veux pas rester SDF et ensuite, toujours dans le recensement, faire celui de ton pouvoir ou ton arme. Pour finir faire agenda. La mise en forme est libre, mais il doit être tenue à jour. Et pour finir demander des rps si aucune des demandes ne te satisfais. Dernière petite chose, tu à dans ton profil, la possibilité de mettre le lien de ta fiche de présentation et de ton agenda pour qu'il soit directement visible par les autres membres. Enfin voilà la fin de ton périple pour faire partie intégrant de notre univers!

Sur ce, bon jeu et ravie de te compter parmi nous. Si jamais tu avais finis ta fiche dans les 24 heures, que tu as ramené de la populace sur Growing, rend toi sur ce topic Growing Pain's Shop, pour réclamer tes points.
Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: il y a des moments où la violence est la seule façon dont on puisse assurer la justice sociale. [Terminée]   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Moments difficiles pour nos vieillards!
» Moments, citations et dialogues mémorables
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)
» [24/06/11] Vidéo des meilleurs moments de l'E3 2011
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Fiches Rejetées-