FORUM FERMÉ.

Partagez | 

Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Lun 21 Juil - 21:01
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Voilà plusieurs jours que notre vampire était alité. Cela était étrange pour un Immortel … Mais les circonstances l’avaient malheureusement exigée. Une grave blessure l’avait maintenu couché des jours durant, et il avait fallu une quantité de sang importante pour soigner cette plaie. Durant cette mission, le Rouquin avait subi le courroux de Lelahél, l’épée sainte de son partenaire, Caelestis. Le regard prit par un mirage, le jeune humain avait pris son allié pour un ennemi. Par conséquent, il l’avait attaqué … Et sans cette maitrise sur le magnétisme, la tête de Lancelot aurait fini à ses pieds. Roger par le regret d’avoir blessé son ami, le jeune Religieux lui avait demandé de se nourrir de lui, cherchant à racheter ses fautes, qu’Emmet lui accorde son pardon. Un pardon offert sans compensation, ni monnaie d’échange. Cette fameuse nuit, les instincts de prédateur du Vampire avaient été étouffés par le sang de cet homme, de cet ami si cher à son cœur. Un souvenir encore très frais dans l’esprit du Borgne. En y songeant, il pouvait encore se souvenir du parfum de son flux vital, son gout et toute sa splendeur … Ce sang offert l’avait vraiment sauvé. Mais cela n’était guère suffisant aux yeux d’Amarillo. Il voulait lui donner plus pour qu’il aille mieux. Cette … Dévotion avait vraiment touché Lancelot, lui arrachant même un rougissement. Il était content, réellement content de l’avoir pour ami.

Ainsi quelques jours étaient passés sans qu’il ne puisse sortir de son lit. Ce n’était pas par manque de moyen ou d’envie, mais … Sergent Amarillo veillait au grain ! Et puis … Il fallait dire que Lancelot en profitait un peu ! Ce n’était pas tous les jours qu’on le chouchoutait ainsi ! Donc oui, il en profitait à fond ! Qui ne l’aurait pas fait à sa place ... J’vous voir venir bande de menteurs … Quoiqu’il en soit, ce jour-là, le Blondinet était absent, en course surement. Seul dans sa chambre, le Britannique était sur son lit, assis en tailleur. Son apple sur les genoux, il pianotait son clavier, semblant captivé par ce qu’il faisait. Il ne touchait même pas à sa cigarette qui restait coincé entre ses lèvres, se consumant doucement alors qu’il frappait les touches de son ordinateur avec une grande précision et agilité. Il regardait un écran sombre sur lequel s’ajouter des lignes. Connecté à la Centrale de la police, le Hackeur était en train de leur système. Non, il n’avait aucun scrupule à renter dans les serveurs administratifs ou même gouvernementaux. Depuis qu’il avait acheté son nouvel ordinateur, il n’avait plus besoin de se rendre à la boutique High-Tech pour emprunter leur machine. D’ailleurs … Cela était dommage, car depuis ce fameux jour, il n’avait plus revu ce jeune homme … Ce petit humain brun dont il ignorait encore l’identité … Ses pensées s’égaraient un instant, pensant à lui si subitement ... Le clignotement de son écran l’arracha à ses songes. Reportant son attention dessus, les sourcils du Vampire venaient à se froncer. « What the fuck ?... » dit-il en ouvrant le dossier le plus récent. Une affaire de disparition. Depuis quatre ou cinq jours des humains disparaissaient. Quatre hommes d’une trentaine avaient étés portés disparu. Selon les profils ils étaient tous pères de famille, mariés, une vie rangée sans aucun souci avec la justice ou quoi. Après interrogation de la famille, aucun de ces hommes n’avaient d’ennemis potentiels. Cependant, la piste du kidnapping n’était pas à écarter.« Tch … Encore des victimes de Hunters ?....» Hmm ? Bzzbzz ! Bzzbzz !... Le Borgne leva le nez de son écran quand il entendit son téléphone vibrer plus loin. Le jeune homme tendit la main vers son Smartphone. Ce dernier sortit de la poche de son manteau et lévita jusqu’à lui, magnétisme oblige.


***


Mission urgente du Central. Je reviens dans une heure ou deux.
Je t’appelle en cas de souci
Ne t’inquiète pas, je vais bien.

Lancelot



Laissa-t-il comme mot à l’entrée de l’appartement. Après l’appel du Central, Emmet avait quitté son lit pour s’habiller en vitesse. S’armant de ses rangers, manteau et revolvers, le vampire sortit de l’appartement en trombe, direction l’extérieur de la ville.

***

La bas … Un amas de ruines. Tch, l’organisation s’attendait à trouver quoi ici ? Mise à part misère et désolation, McGarden n’allait pas trouver grand-chose. Agacé et impatient, il plongea sa main dans la poche de son manteau kaki, sortant son paquet de cigarette. Il en glissa une à ses levres tout en prenant soin de cacher la flamme de son briquet. Clope allumée, il remit le briquet dans le paquet et le tout dans a poche. De son œil unique, il observait le coin. Le Vampire était pas mal perplexe. Selon des informations, l’un des hommes disparus avait été vu ici par les gardes qui surveiller la cité de Cristalcove. Il avait pas un peu trop picolé le type pour avoir des hallucinations pareilles ? Quelle perte de temps … Mais le travail devait être fait. Aussi, le jeune Rouquin observait une sorte d’hôpital en ruine de son œil émeraude, il restait sur place, les mains dans les poches de son vêtement, il ne ressentait aucune présence humaine dedans … Mais ce lieu sordide, digne d’un film post-apocalyptique avec les zombies et tout le tralala, lui apparaissait comme une planque parfaite. Quelle personne saine d’esprit irait mettre les pieds dans un hôpital en ruine. C’était carrément glauque ! « Tain … J’suis même pas entré que ça me fait déjà chier … Au boulot ... » C’est d’une démarche nonchalante que le Britannique entra dans les lieux ….





Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Lun 21 Juil - 22:21



Resident Evil, mais en vrai ..




Quel endroit glauque et effrayant que cet hôpital désaffecté qui venais surplomber du haut de son bâtiment terne une zone tout ce qu'il y a de plus désertes. La raison simple de tout cela c'était ce qui pouvait bien se cacher dans chaque recoin, dans chaque batisse de ce quartier abandonné, combien d'âmes égarés avaient bien put disparaitre dans ce lieu maudit ? Zélel aurait put y répondre étant donné que la plupart des gens qui venaient s'aventurer ici était de son fait et il avait même fait de l'ancien bâtiment, qui regroupait autrefois toutes sortes de malades, une de ses nombreuses cachettes. Cet endroit avait beaucoup plus de significations à ses yeux qu'il ne laissait penser, aimant se balader dans ces couloirs déserts et s'arrêtant devant l'une des nombreuses chambres se revisionnant, comme si la scène avait lieu en ce moment, la naissance de sa petite soeur mais aussi la mort de sa mère, une légère expression de tristesse s'affichant sur son visage et ses poings se serrant légèrement dans ses poches.

"On dirait bien que l'on ne peut jamais réellement échapper à son passé..."

Riant légèrement face à cette fatalité avant d'afficher de nouveau son sourire habituelle, celui qui vous terrorisait rien qu'en le voyant et il retourna au niveau de l'escalier principal de l'hôpital, regardant légèrement le ciel à travers la fenêtre qui malgré le temps passé était toujours intact. Reprenant finalement sa marche, il montit jusqu'au dernier étage, ses pas l'emmenant jusque devant les portes d'un grand bloc opératoire, se massant légèrement la nuque avec sa main gauche avant de pousser les portes et de rentrer dans la pièce tel un chirurgien s'apprêtant à employer son talent même si sa spécialité à lui était plutôt de retirer la vie au lieu de la sauver. Ses doigts vinrent se balader le long du mur, appuyant sur l'interrupteur afin d'éclairer la pièce complètement plongé dans le noir, parlant en même temps avec un grand sourire.

"Bonjour mes chers poupées ! j'espère que vous allez bien aujourd'hui !"

Un spectacle effroyable aux yeux de n'importe quel être humain s'offrait ici bas, des cadavres jonchaient le sol et ceux qui n'étaient pas morts n'étaient plus que des légumes quasiment incapables de prononcer le moindre mot, émettant juste quelques sons tels des zombies de films d'horreur. Le Hunter vint observer la plupart vérifiant qu'ils étaient encore en "état de marche" comme il le disait si bien, semblant satisfait de celle-ci il s'en alla alors au fond de la salle, là où l'obscurité régnait encore, ramenant après quelques minutes un homme d'une trentaine d'années qui se débattait, essayant d'échapper à l'emprise de sa main sur sa nuque mais ne pouvant rivaliser avec la force d'un vampire, suppliant finalement.

"Pitié me tuez pas ! J'ai une famille ! Je ferais tout ce que vous voudrez mais ne me tuez pas... Pitié..."

N'écoutant rien à ses pleurs, Zélel le plaça sur la table d'opération, l'attachant au préalable afin qu'il puisse faire son expérience tranquillement, chuchotant à l'oreille de cet homme.

"Tu as peur ? je sens la peur en toi et tu as raison mais ne me hais pas moi, hais cette existence malheureuse que l'on t'a fait cadeau. Grâce à moi tu deviendras un être différent, libéré de toute souffrance."

S'éloignant ensuite avant d'utiliser finalement son pouvoir contre sa pauvre victime, ce dernier se tordant de douleurs sous l'effet des fils invisibles qui venaient se connecter à chacun de ses membres.

"Désolé j'ai oublié de prévenir que cela était vraiment douloureux. Ma faute !"

Riant et continuant le procédé pendant quelques minutes avant que l'homme kidnappé rende l'âme, le buveur de sang soupirant semblant vexé du résultat.

"Encore une fois mon expérience a été un échec, je n'arrive pas à pousser plus loin mon pouvoir sans que ceux-ci ne meurt, peut être devrais-je m'y prendre autrement"

Il sortit alors un petit carnet de sa poche, écrivant ses résultats, pensant que peut être l'option la plus simple serait d'essayer sur d'autres vampires mais réussir à en capturer un ne serait vraiment pas facile et puis il ne voulait pas se mettre non plus toute la milice à dos. Penchant la tête légèrement sur le côté il se mit à réfléchir, soit il allait devoir continuer à enlever des gens jusqu'à trouver un moyen d'arriver à des résultats probants soit il allait devoir s'attaquer à d'autres Hunters que lui et sa ne serait pas une mince affaire. Alors que son esprit cogitait toujours plus, quelque chose vint déranger sa concentration, une présence dans l'hopital et qui plus est une qui ressemblait à la sienne, souriant en pensant à cela il repartit vers les portes adressant quelques mots derrière lui à ses pantins qu'il venait de réveiller.

"Allez mes petits, quelqu'un a décidé de se joindre à notre petite pièce, offrons lui donc une représentation qu'il n'oubliera jamais !"

Les faisant se mouvoir tels des automates, il les cacha à la vue de l'étranger qui était encore au niveau inférieur, attendant sagement sur les marches de l'escalier principale que son invité vienne le saluer, son sourire ne pouvant disparaitre face à cette situation qui l'amusait, sortant un petit casse tête de sa poche pour faire passer le temps.

"Une pièce arrive espérons que ce soit une des miennes !"




FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Lun 21 Juil - 23:36
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Les portes passées, Lancelot s’arrêtait déjà … Il ne devait pas cet arrêt à la peur, mais plutôt à la curiosité. Cet endroit était vraiment très étrange. D’antan un lieu de prospérité et d’espoir pour les personnes souffrantes, aujourd’hui cet hôpital n’était plus qu’un vestige sinistre des combats pour la survie. Les Vampires contre les humains … Une guerre que l’on retrouvait encore entre les murs de Cristalcove. Hunters contre Guardians. Les choses n’avaient pas tellement évoluées depuis ces temps de barbaries … Quel triste constat, aussi triste et terne que cet établissement en ruines. D’origine, Emmet n’appréciait pas les centres hospitaliers. Ces derniers lui apparaissaient comme des lieux de morts …. Les murs blancs qui, pour lui, sonnait comme : La lumière au bout du tunnel. Vous savez … Ce fameux tunnel que l’on emprunte après la mort, celui qui devait nous guider au Paradis, pour les meilleurs d’entre nous. Cela ne faisait aucun doute que Lancelot ne le verrait jamais. Désolé Caelestis, le Pécheur ne pourrait te suivre dans cette autre vie. Combien de personnes sont mortes ici ? s’interrogea le Britannique. A l’inverse de ce lieu d’espoir citait plus haut, les hôpitaux étaient des nécropoles modernes pour ce Vampire. Il pouvait aisément dire qu’il préférait un cimetière à cet endroit. Non il n’avait pas peur, il était juste peu à son aise. Comment l’être ?...

Devant les portes d’entrées, le Borgne observait les lieux … Un incendie semblait avoir ravagé le bâtiment. Les murs étaient complètements noircis, laissant juste d’infimes parcelles vierges de brulures. Ces traces grimpaient jusqu’au plafond. D’ailleurs le plafonnier était totalement detruit, des morceaux de verres et d’ampoules jonchaient derrière le carrelage. Un carrelage affreusement dégoutant, plein de traces de boues et de crasses. En y accordant un regard plus attentif, Lancelot pouvait même voir des tâches écarlates qu’il identifiait sans mal comme du sang … Peut-être frais d’ailleurs … Ses sourcils venaient à se froncer alors qu’il suivait les traces vermeilles. Son œil unique tomba alors sur des seringues un peu plus loin. Certaines étaient intactes, d’autres éclatées, le contenu se déversant sur le sol. Un squatte de junkies ? Se faire des shoots par intraveineuses dans un endroit aussi sale … Tarés d'camés …. songea-t-il devant ces outils de drogué. Il pouvait même flairer une vague odeur de cocaïne, mélangé à une puanteur assez prononcé … Quelle infection. Ici, Lancelot se félicitait d’avoir l’estomac plus que solide ! Mais poursuivons. Le hall d’entrée semblait avoir subi pas mal de bagarres. Quelques brancards étaient retournés, d’ailleurs le seul encore debout était ornés de liens en cuir pour tenir les patients. Il était vraiment dans un centre hospitalité ? Car pour le coup, il se pensait plus dans une maison de fou, il ne manquait plus que la camisole et la salle de torture genre, lobotomie du cerveau et toutes ces conneries. Quoique … Conneries, cela restait à voir. Mais McGarden n’avait pas tellement envie de savoir. Son esprit avait ses limites.

Depuis qu’il avait mis les pieds ici, le Borgne n’avait pas bougé de sa place, il s’attardait juste à observer sans trop vouloir s’approcher. La cigarette à la bouche, il venait à ôter sa main de sa poche pour venir retirer sa clope et soufflé la fumée. Tapotant sur le tube de tabac, il fit tomber la cendre par terre alors qu’un cri effroyable se fit entendre. Sans être pris du moindre sursaut, Lancelot leva l’œil vers l’escalier principal. « Oublions l’option camé … » Certains auraient pensés à la possibilité du : Lieu hanté par les esprits tourmentés qui y sont mort. Mais … Nah ! McGarden était loin de croire à ses conneries et dans tous les cas, il irait lui-même vérifier l’hypothèse : fantômes. Ils viendraient à se faire plomber le cul par ses deux semi-automatiques. D’ailleurs, le jeune homme venait de remettre sa cigarette à la bouche alors qu’avec une certaine nonchalance, il attrapa Hush, l’un de ses revolvers. Chargeant l’arme, défaisant le cran de sécurité, Lancelot garda son arme à la main, le bras le long du corps et entama sa route dans l’hôpital. Sauf qu’il n’eut besoin d’aller plus loin. En effet, à peine eut-il traversé le hall qu’il vit un gamin assis sur les marches de l’escalier principal. En le voyant, Emmet s’arrêta et l’observa.  Ce gamin avait les cheveux sombres et plutôt courts, son regard était dissimulé sous ses mèches hirsutes. Il s’adonnait  un jeu des plus chiants en métal, des sortes de trombones à défaire. Un casse-tête comme cela portait si bien son nom …. Il ne porta pas tellement son attention au Rouquin, bien que ce dernier se doute bien qu’il venait l’accueillir convenablement … D’ailleurs, le garçon portait une sorte d’uniforme scolaires. Ne portant pas de blason sur sa veste, Emmet sut de suite qu’il ne venait pas d’Angleterre, peut-être de  Chine, ou du Japonais vu la coupe de son uniforme. Enfin qu’importe. Il le fixa de son seul œil, le second cachait sous ce ruban sombre. Il gardait son revolver à la main, ce dernier cachait par les manches de son blouson kaki. « Putain … Pourquoi faut toujours que j’tombe sur les types louches ?... » car il l’était clairement. « Passons la question du qu’est-ce que tu fous ici et t’es qui … J’suppose que ces enlèvements sont d'ton fait ? » ce qui expliquait les intraveineuses de dogues trouvaient par terre …






Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mar 22 Juil - 14:00



Resident Evil, mais en vrai ..




Continuant son casse tête avec une certaine concentration, il se demandait dans combien de temps l'étranger allait-il arrivé, peut être était-ce lui qui l'attendais au rez de chaussée et qu'il serait obligé de descendre lui même les marches, ce qui le fatiguait rien que d'y penser, préférant jouer la souris que le chat au jeu du même nom. S'apprêtant finalement à bouger, son geste s'arrêta en sentant la présence se diriger finalement vers lui, un soupir de soulagement s'échappant de ses lèvres et se concentrant de nouveau sur son jouet. Il faisait souvent ce genre de jeux quand il était jeune, cela faisait partie du programme que son père lui imposait en prétextant qu'il s'agissait des "quelques moments d'amusements" qu'il lui permettait mais étrangement cela avait finit au fil des années par l'amuser véritablement. Le fait de se prendre la tête pour se sortir d'une situation, réfléchir à un plan dans les moindres détails, tout ce qui faisait appel à son intellect ne pouvait l'empêcher de rigoler et de se détendre, après tout on s'amuse comme on peut !

Ce ne fut qu'au bout de quelques secondes que l'étranger pointa le bout de son nez devant le jeune Hunter qui était plongé totalement dans sa réflexion, trifouillant ses trombones jusqu'à ce qu'enfin ils se délient les uns des autres. Cela ne l'empêcha de jeter un regard à son comparse vampire qui se tenait maintenant devant lui. Il s'agissait d'un homme aux cheveux roux qui a coup sûr paraissait plus vieux que lui, un blouson kaki le revêtant, s'attardant ensuite sur son visage et constatant en premier le cache-oeil, souriant en imaginant ce qui pouvait bien se cacher derrière. Il ne fit absolument pas attention à la première phrase qui sortit de sa bouche car après tout oui il était louche et sa ne faisait que rire le buveur de sang que d'entendre les gens dirent cela en se disant qu'ils étaient tellement loin du compte.

« Passons la question du qu’est-ce que tu fous ici et t’es qui … J’suppose que ces enlèvements sont d'ton fait ? »

Il soupira légèrement, se demandant pourquoi un tel empressement, après tout il fallait profiter de la vie autant qu'il était possible de le faire. Levant un doigt et le posant lentement sur ses propres lèvres en accompagnant cela de paroles avec un air sérieux.

"Chut j'essaye de me concentrer !  Je finis sa et je suis à toi !"


Tout sa était bien sûr une phrase toute pensée, comprenant que le vampire en face de lui semblait être du genre à foncer dans le tas et se disant que cette phrase allait l'énerver encore plus, aimant tellement jouer avec les autres et puis ne dis on pas que le premier qui perds son sang froid à déjà perdu ? Tout en étant plonger dans ce jeux, il analysait les paroles qu'avait prononcer le gars au blouson, comprenant que la milice était donc déjà au courant des enlèvements qui était de son fait ce qui le satisfait amplement car cela n'allait que rajouter du piment à sa partie. Il ne fallut que peu de temps à Zélel pour résoudre le casse tête avec un air de gamin tout fier de lui, les yeux pleins d'étoiles, rangeant ensuite tout sa dans sa poche avant de se lever sur la marche qu'il était, se tenant face à l'individu roux, son sourire réapparaissant, décidant finalement de répondre à la question qu'il lui avait posé.

"Tout d'abord bienvenu dans mon humble demeure, si j'avais sut que j'aurais un invité j'aurais pensé à faire un peu de ménage ! Mais le fait de s'introduire comme cela n'est pas non plus respectueux enfin bon maintenant que vous êtes là autant s'amuser un peu ! Oui c'est bien moi qui suis responsable de ses enlèvements je plaide coupable!"

Ricanant légèrement avant de reprendre ses paroles en tendant sa main dans la direction avant de la diriger vers le haut de l'escalier, sur le palier apparaissant l'un des hommes kidnappés sous son emprise.

"Mais étant donné que je suis quelqu'un qui aime flatter ses invités je te laisse repartir avec l'un d'eux ! Ce sera mon petit cadeau de bienvenu !"

Le kidnappé descendant lentement les marches une par une, passant juste à côté de Zélel qui posa une main sur son épaule en chuchotant doucement.

"Tu vas me manquer mon cher.."


Sa poupée ne faisant absolument pas attention à cela, son cerveau étant réduit à l'état de larve, il continua sa descente la tête baissée, quelque chose de brillant tenant fermement dans sa main. Ses pas le menèrent finalement jusqu'à devant le milicien, restant figé tel une statue face à celui qui devait être son sauveur, levant finalement la main droite dans sa direction, un morceau de verre luisant dans celle-ci faisant couler son sang mais sans que celui-ci n'émette le moindre cri de douleur, tentant de l'attaquer au niveau du visage, Zélel riant et prononçant une dernière phrase avant de disparaitre dans le troisième étage.

"Ah j'ai oublié de préciser qu'il semblait plutôt se plaire ici hahahaha ! J'espère que tu rendras cette partie intéressante ! Amusons nous vampire de la milice !!!! "


Son rire résonna entre les murs de la batisse, laissant la première manche de son jeu se dérouler entre son pantin et l'inconnu, se demandant jusqu'où il arrivera, attendant patiemment tel un boss de fin dans les jeux vidéos, ses automates se tenant prêt à lui sauter dessus au fil de ce niveau.





FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mar 22 Juil - 20:39
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Chut, j’essaye de me concentrer ! Je finis ça et je suis à toi ! Qu’avait déclaré cet Hunter. Il était sérieux ?... Sur le coup, Lancelot arqua les sourcils, à la fois surprit et agacé. Il se demandait quoi faire … La première option fut la plus tentante … Mais la moins orthodoxe. Quelle était cette option ? User de son don pour séparer les trombones et lui enfoncer ceux-ci dans les orbites ….. Oh putain ouais que c’était tentant !!! D’ailleurs, le Milicien s’interrogeait sur : pourquoi je ne le fais pas ? Bon … Il lui avait demandé de retrouver les victimes, ainsi que le coupable. Coupable, c’est fait, victimes, pas encore. Aussi, il devait donc l’interroger sur cela et … Le tuer à coup de trombones dans les orifices n’étaient pas tellement top pour le bon fonctionnement de sa mission. Damn, se dit alors que Rouquin. Mais nulle besoin de s’énerver hein ? Caelestis serait là, il lui dirait de garder son sang-froid. Quoique …. Durant leurs missions communes, il existait un phénomène étrange et encore en étude. Ce phénomène : Les rôles s’inversaient ! D’ordinaire turbulent et fonceur, Lancelot s’avérait plutôt réfléchi et calme durant les missions, ce qui était l’inverse de son comparse. Ce dernier faisait preuve d’un calme olympien dans sa vie quotidienne, mais l’uniforme de chasseur enfilait, il devenait fonceur et irréfléchi, il se laissait prendre par ses émotions et commettait des erreurs de débutants. Donc …. Nah ! La provocation n’avait pas d’effet dû le Borgne, quand bien même il avait une sainte horreur de l’attente. Et puis … Pourquoi ne pas jouer les jeux ? De sa main non armée, il attrapa son téléphone dans sa poche et l’alluma « Fais donc … J’ai des mails à lire …. ». Et tout en pianotant son écran tactile, Lancelot allait sur sa boite mail, non sans mal car le réseau ici était pourri …. Oh ? Des promos à la boutique High-Tech !! Il est vrai que c’était la période de solde. Il irait jeter un œil la bas un peu plus tard. Peut-être aurait-il l’opportunité de revoir ce jeune brun ?...

Voyant les trombones se démêler enfin, le Britannique verrouilla son téléphone et le remit dans sa poche, comme si de rien n’était. C’est bon ? Il avait fini de faire mumuse ? Lancelot constata que oui, il avait fini alors qu’il rangeait ses jouets dans la poche de son uniforme. D’ailleurs le Hunter se redressa enfin. Levant la tête vers le Rouquin, ce dernier pouvait enfin voir son regard. Un regard très particulier et caractéristique des tarés, genre échapper d’asile. Tous les Hunters portaient cette flamme dans le regard, celle qui ne laissait pas de place aux doutes …. Et qui chassait toute piété chez notre Milicien. Pitié ? Non il ne connaissait pas ce mot … C’est avec un fort accent asiatique que le Hunter accueilli Lancelot, lui souhaitant la bienvenue dans son humble demeure. Fous toi d’me gueule , pensa-t-il tout en le fixant de son œil unique. S’en suivi des banalités de langage et … Putain, c’était quoi c’mec … Il l’accusait de son impolitesse à venir sans s’annoncer. Ouais … Il aurait tué tiré une rafale de balle pour dire : coucou c’est moi. Pour en venir aux faits : il était, en effet, le responsable de toute cette mascarade. He bien, au moins il mettait de suite la main sur la fautif, il évitait la phase recherche, enquête et tout ce truc lourd et chiant. Et puis, Lancelot en avait déjà marre en vérité, c’était fastidieux comme mission ! Enfin … Le travail s’était le travail. Après un ricanement de fou furieux et un geste de la main pour désigner un nouvel arrivant, Lancelot put voir sur le palier l’une des victimes. Grace à son hacking du matin, il avait pu voir des photos des hommes portés disparu. Cet arrivant était le dernier en date et …. Il n’avait plus tellement l’air conscient, genre légume. La thèse de la lobotomie se vérifiait donc ? Emmet voyait déjà sa façon de faire : il droguait ses victimes pour ne pas avoir de résistance et les détruisait psychologiquement, et qu’importe la manière employée, pour les rendre docile. He bien oui …. Cet homme n’avait nullement l’air de s’opposer à toute cette machination, il se tenait juste là, le regard vide. « Un cadeau ?... » Etait-ce là l’hospitalité asiatique ? Ouais, même il se méfiait et son cadeau, il pouvait se le mettre au cul …

D’une démarche très zombifique, la victime commençait à descendre les marches, passant à côté de son « maitre ». Ce dernier posa sa main sur son épaule à son passage. Putain c’était malsain ! Limite, il aurait pu venir lui lécher sa joue. Remarque, ça aurait pu être sexy bien qu’affreusement glauque et tendancieux. J’crois que je préférais l’option camé en fait … songea le Rouquin alors que la victime se tenait au pied des marches, à quelques mètres de lui. La proximité était telle qu’il pouvait vraiment observer de regard perdu dans le néant. Tch …. Il semblait encore en vie mais, plus tellement humain, quel traitement avait-il subi ? Pauvre homme. D’ailleurs, ce dernier venait à lever la main, dévoilant un morceau de verre imbibait de son sang. Et il l’attaqua. Tain …. Lancelot recula de quelques pas avant de lever Hush et tirer. La balle sifflait dans l’air avant de disparaitre dans la boite crânienne de la victime. Grâce à son don, il fit ressortir la balle de l’autre côté du crâne, la récupérant par cela. Cet Hunter ne tenait peut être pas à ses jouets, mais il était clair que les balles de Lancelot lui étaient précieuses. Recyclage …

La victime tomba par terre, raide morte. Emmet observait le corps couché, un filet de sang longeant son front pour finir par terre. Des regrets ? Non … Cet homme n’avait plus rien d’humain, un simple pantin, surement un parmi tant d’autres pour sacrifier de la sorte son arsenal. Enfin, maintenant il devait retrouver ce petit con … Il avait profité de l’attaque pour fuir. McGarden enjamba le cadavre avec un calme olympien, il entamait déjà une nouvelle cigarette alors qu’il montait lentement les marches. Tirant sur sa première bouffée, il réfléchissait déjà à la nature possible de son pouvoir … Cela ne faisait aucun doute qu’il avait une influence sur le cerveau de ses victimes. Hmm … « C’est chiant … » alors qu’il arriva déjà à l’étage supérieur, les sens en alertes … « Si t’as pas mieux, ramène ton cul de suite qu’on en finisse … Je n’aime pas perdre mon temps et j'ai ma sieste qui m'attend ... ». Aussi calme soit-il, Lancelot était en réalité assez remonté ! Putain on l’avait coupé dans son piratage quoi !! En plus de sa sieste …. Impardonnable ! Et ce petit con d’Hunter le faisait galoper dans un hosto complètement glauque et remplit de ghoul, génial la journée ….







Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mar 22 Juil - 22:43



Resident Evil, mais en vrai ..




D'après le coup de feu qui avait retentit et le fait que son pouvoir n'ait plus d'effet sur son pantin confirmait le fait que son ennemi avait donc abattut l'homme, probablement d'une blessure grave, ce qui attrista le jeune vampire qui ne put s'empêcher de dire au revoir silencieusement pour l'une de ses oeuvres. En pensant à cela il comprit qu'il avait à faire à un adversaire qui n'avait aucune pitié même envers de simples humains innocents, qui avaient eu le malheur de croisé sa route, sachant donc qu'il ne pourrais utiliser son stratagème habituel contre lui, souriant à l'idée de devoir improviser face à son congénère. En plus de tout cela il ignorait totalement la moindre information concernant son pouvoir et cela était un désavantage certain même si inversement le rouquin ne connaissait rien concernant ses propres capacités, sentant l'excitation et l'adrénaline monter en lui en vue d'un duel qui s'annonçait riche en rebondissements, riant intérieurement devant ce nouvel acte qui défilait à l'horizon.

Il se trouvait dans la salle de repos, la pièce se trouvant juste avant le bloc opératoire dont il avait évidemment fermé les portes, ne voulant pas que son invité n'aille directement à la salle du trésor sans rendre une petite visite à celui qui détient la clé, faisant rouler cette dernière entre ses doigts, son sourire ne disparaissant nullement de son visage, légèrement déformé par la folie comme à son habitude. S'asseyant sur le seul canapée qui était encore debout au centre de la pièce, il visualisa le plan du batiment dans son esprit et plus particulièrement celui du dernier étage, il s'agissait d'un long couloir qui ne menait qu'à une issue possible, la salle d'opération et le long du trajet, de nombreuses chambres sans vraiment d'intérêt et en dernier la salle où il se situait. Bougeant légèrement ses doigts, il vérifia la position de chacune de ses marionnettes, deux se trouvant dans la toute première chambre dont la porte était fermé mais non verrouillé et trois autres occupant respectivement les chambres 4, 5 et 6. Tout était fin prêt pour accueillir le joueur dans la partie, le maitre du jeu affichant un grand sourire, se retenant d'éclater de rire pour ne pas dévoiler sa position et sortant finalement un micro qu'il posa devant lui sur une caisse de médicaments qu'il avait trouvé, allumant l'engin pour finalement s'adresser à l'autre buveur de sang à travers les divers haut parleurs placés à cet étage.

"Bonjour cher invité ! Bienvenue dans notre petite partie en espérant qu'elle te distraira assez ! Si tu veux retrouver les hommes que j'ai enlevés pour les sauver de leur misérables existences il faudra d'abord que tu me trouves, sache que je ne chercherais nullement à fuir et que j'attendrais notre rencontre sans bouger de l'endroit où je me trouve. Je n'aurais qu'une faveur à te demander... Evite de mourir trop facilement sa m'embêterais de me débarasser d'une futur pièce potentielle ! Fais que cette partie soit amusante ! Ah et tiens pour te mettre un peux plus dans l'ambiance !"

Il lança une musique de fond digne des plus grands jeux vidéos d'horreur, plongeant l'étage dans un univers encore plus glauque et effrayant. Attendant quelques minutes, toujours assis le regard dans le vide, riant silencieusement, son corps frissonnant de plaisir devant la situation, reprenant le micro pour demander une autre chose au nouvel acteur de sa pièce.

" Dis moi pourquoi avoir rejoint la milice ? Toi aussi tu es comme moi ! Tu as subis une bénédiction, un pouvoir que seul quelqu'uns d'entre nous ont la chance de posséder alors pourquoi rejoindre le camp de ceux qui préfère limiter ce don ? Ne ressens tu donc aucune envie de voir jusqu'où la folie humaine peut aller quand elle se sent en danger ? Ne sens tu pas au plus profond de toi cette envie insassiable de montrer que tu es au dessus d'eux, que tu peux t'amuser comme bon te semble ?"


Bien sûr il ne pouvait pas entendre ce que l'autre pouvait bien lui répondre mais cela n'étais pas grave tant qu'il pouvait tenter de planter les graines de la discorde dans son esprit cela lui convenait comme sa. l'être humain est faible continuait-il de se dire, faible et c'est sa qui le rendait dangereux car la faiblesse peut amener les gens à dévoiler un potentiel insoupçonnés chez eux provoquant le courage, la folie, la force et même l'amour. Il voulait défnitivement rompre avec tout ce qui le liait à son passé, n'ayant eu pas le moindre remord à tuer son père de ses mains, ressentant encore l'excitation de ce moment même quinze ans après. C'était ce jour là que son plan avait commencé à se mettre en marche et il devait le continuer coûte que coûte, son dernier acte se jouerais ici, a Cristalcove et ébranlerais autant les vampires que les humains. En repensant à tout cela il ne put se retenir d'avoir une pensée pour sa petite soeur à présent, était-elle toujours en vie ? Si oui qu'elle voie avait-elle bien put choisir ? Peut être qu'un jour il la reverrait, souriant tendrement à cette optique, son regard n'affichant plus qu'une certaine nostalgie et tristesse en pensant à elle. Il reprit cependant très vite ses esprits en se disant que le milicien devait maintenant être arrivé au niveau de la première chambre et murmurant à voix basse, son expression de dément réapparaissant.

"Que la partie commence..."

Secouant sa main gauche afin de donner l'ordre à l'un des pantins se trouvant dans cette chambre d'enfoncer la porte pour le prendre par surprise, le deuxième restant caché derrière le premier tandis que Zélel reparlait au micro.

"Voici le premier niveau, espérons que tu ailles plus loin que celui-ci !"






FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mer 23 Juil - 13:42
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


« J’ai envie d’un fish&chips … » annonça Lancelot alors qu’il grimpait le Mont Escaliers. C’est vrai qu’il n’avait pas mangé de la journée. Il était resté au lit sous la surveillance du Sergent Amarillo, et … Suite à son départ, il n’avait rien eu à manger. Non pas qu’il piochait encore à sa nuque, les humains avaient besoin de temps pour récupérer. Il ne voulait pas lui causer une anémie. Quoiqu’il en soit, il avait faim et s’était avec ce genre d’envie que Londres venait à lui manquer … D’ailleurs, sur le coup, le jeune homme venait à s’interroger sur sa famille, sur ces parents. Qu’étaient-ils devenus alors que lui faisait sa vie à l’autre bout du monde, en tant qu’Immortel ? Surement devaient-ils être décédés, sans avoir aucune nouvelle de leur fils unique durant toutes ses années. Il est vrai qu’à son entrée à Havard, Emmet avait un peu … Zappé sa famille, pas de mal, ni de coup de téléphone, silence radio. Hmm …. Ouais non, ce n’était pas le moment de songer à cela. Il se faisait parasiter plus qu’autre chose et ce n’était pas tellement bon. Concentration + quelques balles de revolvers et il pourrait enfin rentrer pour manger.

Mais avant cela, mission oblige. Ainsi, le Rouquin montait calmement les marches, Hush à la main gauche, sa cigarette dans sa dextre, il continuait sa route … S’interrogeant sur l’objectif de cet Hunter. Non il ne cherchait pas à le comprendre, il en était incapable.  Tout simplement, il voulait se rendre compte de l’étendue de sa folie pour pouvoir l’abattre sans regret. Un fou … Parmi beaucoup d’autres ici ! Qui sait combien de Hunter se cachait dans cette espèce sans vie ? Ce gamin en uniforme ne devait surement pas être le seul. Quoiqu’il en soit, McGarden fit une nouvelle pause sur le palier du premier étage. Ce dernier était vide, du moins pour le moment. Deux choix s’apposaient à lui : Vérifier chaque pièce de chaque étage pour retrouver le gosse ou bien, continuer son ascension dans les étages supérieurs ? Encore faudrait-il pouvoir identifier son emplacement … Un hôpital était plutôt grand. « Ça m’saoule … J’espère qu’ils vont me payer en heure supp, sans oublier ma prime de pénibilité et de déplacement … Ils vont casqués ces enfoirés du Central ». Il avait dans l’idée de faire augmenter le prix de ses honoraires, ainsi on ne l’enverrait pas dans ce genre de missions, juste pour le must de la Milice. Du genre … Lancelot agent très spécial, Elite de la Central. Ouais ça sonnait plutôt bien. Le jeune homme soupira tout en venant souffler la taffe de sa cigarette, il était bon pour inspecter chaque pièce … A coup sûr, il ne serait pas rentré dans une heure ou deux comme il l’avait signé sur ce mot. Putain, il allait carrément passer la journée dans ce lieu supra-glauque ! Brrr, il pouvait encore sentir l’odeur des medocs, en plus du parfum de cendre et de … Sang peut-être. Le Borgne se motiva dans une bouffée de cigarette et mit un pied devant l’autre. Sauf qu’au moment de le poser, la voix du type se fit entendre, via les haut-parleurs, ils fonctionnaient encore ? Surprenant.

C’et d’une oreille distraite que le Britannique écoutait le fou. Il parlait de jouer une partie, souhaitant qu’elle soit aussi distrayante pour l’un que pour l’autre. «  Un jeu ?... » Les règles étaient simples : Il devrait le retrouver pour prétendre pouvoir sauver les disparus. Si c’était pour les retrouver dans le même état que le premier, ce ne valait pas le coup … Et puis, pourquoi devoir le retrouver ? Il possédait la clef de sa salle au trésor ? Mon cher, tu apprendras bien vite que les verrous et les portes ne m’arrêtent pas.. Bah oui gros malin … Les serrures étaient en métal ainsi que les maintiens des portes. Donc …. Lancelot pouvait très bien dire merde à son jeu et faire ce qu’il voulait sans trop se soucier de ses règles à la con. What ?... Le Hunter lui disait qu’il ne prendrait pas la fuite mais qu’en échange, il devait ne pas mourir trop vite. A ces mots, McGarden eut un léger rire. Le plus drôle fut quand même le : futur pièce potentielle. Il avait de l’espoir ce petit, c’était beau … Pour donner l’ambiance jeu vidéo, le Taré alluma une musique de fond, genre sonnerie d’ascenseur mais en plus glauque. Le Rouquin se mit à bailler à s’en dérocher la mâchoire alors abandonna cette étage pour monter au second … Il n’avait pas envie de jouer et puis, le Gamin n’avait aucun moyen de savoir où il était, et inversement. Bien sûr, le coup des haut-parleurs venait de réduire les recherches. L’accueil, non il y était passé. Le bureau du directeur, peut-être le bureau des urgences. De retour sur le palier des escaliers, il observa un plan des liens, il situa les deux lieux, remarquant que le bureau du Boss était au dernier étage, évidemment … Et il reprit les marches pour montrer doucement les étages, écoutant le Hunter et ses questions. Pourquoi il avait rejoint la milice ? Pour faire la peau aux tarés dans ton genre peut être …. songea le Milicien dans sa démarche plutôt calme et nonchalante. Il était comme lui ? Surement pas. Lancelot avait lutté pour ne pas devenir un monstre, un assoiffé de sang sans foi ni loi. Puis il ne l’écoutait plus vraiment. Il déblatérait un tas de conneries, tu parles qu’il se faisait sourd à cette folie.

A chaque palier franchi, le Rouquin observait le couloir qui se donnait à lui. Soit il pouvait le longer, soit continuer de monter. Chaque étage lui semblait plus glauque les uns des autres. Ici, il était en face de la partie : Neurologie. Ablation du cerveau et tous ces trucs, brr … Frisson d’effroi. Mais bizarrement, il avait décidé de s’aventurer. Pourquoi ? Curiosité surement, ou un truc comme ça. Qu’importe, il avait dans l’idée de battre ce type à son propre jeu. Il était hors de question qu’il accepte de jouer, il n’aimait pas tellement qu’on lui dise quoi faire. Et hop, il s’approcha de la première pièce et mit un coup de pied dedans, la porte céda du premier coup pour venir par terre, dans un bruit de fracas, sonnant comme un : Je suis là, mais pas au premier étage, c’est ballot. Le Britannique entra dans la pièce, c’était une sorte de vestiaire, surement ici que les médecins se changeaient. Les cassiers étaient tous grands ouverts, laissant voir le contenu, des blouses blanches, des chaussures et quelques outils médicaux tel qu’un stéthoscope ou encore le truc pour prendre la tension, rien d’intéressant en somme. Le plus étonnant …. C’est que Lancelot prit place sur un banc, il s’asseyait dessus en soupirant doucement, il avait mal au dos le pauvre chou. « Pause … Et select, je vérifie mon armadas …. » Et il fuma sa clope tranquillement, attendant que les sous-fifres de l’Hunter arrivent jusqu’à lui. Ils allaient bien finir par le trouver. C’était toujours comme ça dans les jeux de zombies, du genre … J’sens l’odeur de ton sang et tout le pataquès, cerveau et vas-y que j’arrive avec mes copains zombies pour te faire la peau et manger tes entrailles. Oui, McGarden était un adepte de ses jeux de très mauvais gout, il fallait en convenir.  Dans son attente, il jouait à faire léviter la seule balle qu’il avait tiré, il la faisait tourner du bout des doigts devant ses yeux, observant son état pour la même occasion, elle était un peu rayé suite au frottement contre le canon de son semi-automatique. « J’espère qu’ils n‘vont pas prendre trop d’temps, j’ai faim moi …. »




J’espère que ça te conviendra x_x



Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Ven 25 Juil - 22:19



Resident Evil, mais en vrai ..




Les minutes passaient et rien, absolument rien, aucun signe du joueur qui n'avait pas osé se présenter au début du niveau, laissant Zélel seul avec ses marionnettes, riant de plus belle à ce moment si heureux que la situation ait pris une telle tournure. Se mettant à trembler bien plus sous l'excitation que lui procurait la partie il se décida finalement à se lever du canapée où il était assis, sortant de sa cachette sans vérifier qu'il n'y ait pas le moindre piège, ne se souciant guère de ce genres d'éventualités et se dressant devant le bloc opératoire, un grand sourire aux lèvres. Les rôles semblaient avoir été inversés, le maitre des lieux ne pouvant s'empêcher de rigoler devant l'ironie de la choses, n'ayant encore jamais vu un spécimen de ce genre, faisant abstraction des règles pour imposer les siennes, Zélel devenant ainsi le chat à la recherche d'une proie à dévorer.

"Nous avons donc un tricheur ici ! Tant mieux le jeu n'en seras que plus amusant !"


Ouvrant de nouveau les portes de sa salle aux trésors, ayant eu une idée pour immortaliser cet acte, un plan perverti qui avait germé dans son esprit consumé depuis longtemps par la folie, entrant dans la pièce et appellant ses pantins qui étaient dans le couloir pour venir l'aider. Très vite, ceux sont eux qui sortirent les premiers, tenant chacun un cadavre dans leurs bras tandis que le marionnettiste trainait encore dans les lieux, l'obscurité cachant le moindre de ses faits et gestes mais le silence qui régnait à cet instant fut brisé par les supplications d'un homme, encore une victime du vampire qui était encore en vie ou plutôt devrais-je dire le seul qui était encore en vie, se faisant éjecter de la pièce en tremblant par son ravisseur. L'effroi envahissait l'individu qui chercha désespérement une sortie pour sortir de ce cauchemar, rampant sur le sol telle une larve et s'emparant d'un scalpel qui trainait par terre, un des vestiges de ce que fut autrefois cet endroit, et le tendant dans la direction de Zélel comme pour l'empêcher d'approcher, provoquant l'hilarité de ce dernier. Il s'approcha lentement de ce dernier, se plantant lui même le scalpel dans le ventre en souriant, lui murmurant à l'oreille avec un sourire sinistre.

"Tu es courageux, c'est une bonne chose ! stupide mais une bonne chose... Tu vois aujourd'hui je suis d'une humeur vraiment joyeuse donc je vais t'offrir un beau cadeau ! Il y a un homme qui est ici pour venir te sauver et dès qu'on l'aura trouvé je te laisserais partir avec lui. Allez qu'est ce qu'on dit ?"

"Mer...Merci..."

"Voila c'est bien, tu apprends vite ! Par contre si à un seul moment tu essayes de t'enfuir... je pense que je n'ai pas à te faire un dessin ! tu ne deviendras qu'un simple figurant dans ma pièce hahahahaha !"

Se relevant et éclatant de rire tout en emportant l'homme par le col, le trainant au sol comme un vieux sac de farine bien trop lourd pour lui mais son otage ne se débattait pas, un espoir étant apparut à ses yeux, la peur ayant légèrement disparut de son esprit. Zélel se retourna un instant, faisant bouger sa main gauche afin d'appeller une autre poupée qu'il avait caché aux yeux de tous jusqu'à aujourd'hui, cette dernière sortant lentement de son antre et quel affreux spectacle s'offrit devant le kidnappé qui vit un être dont tout les membres de son corps étaient désarticulés, ne pouvant se retenir de vomir à même le sol devant cet être qui n'avait plus rien d'humain. Le jeune Couritana fit se mouvoir sa "créature", la faisant mouvoir mouvement par mouvement, ses mouvements étant complètement aléatoires et difficile à contrôler mais il sentait qu'elle allait s'avérer utile, partant enfin à la recherche de son invité en ricanant, sa garde personnelle le suivant de près.

Ses recherches se firent au hasard, laissant son instinct de vampire le guider, s'amusant à appeller son invité à chaque étage qu'il visitait pour le faire sortir de sa cachette mais cela resta en vain, espérant quand même que l'acteur principal de son acte ne lui avait pas faussé compagnie, soupirant légèrement et arrivant finalement devant l'étage qui était lié à la neurologie et là son expression de folie revint à toute allure, ricanant et avançant lentement dans le couloir de la pièce, sentant une présence qui vint émerveiller tout ces sens en éveil.

"Je t'ai enfin trouvé !"

Tout son petit monde prit place dans l'étroit couloir qui ne laissait place qu'à deux de ses marionnettes au grand max, leur ordonnant de jeter les cadavres qu'ils portaient le plus loin possible, ils lui serviraient ainsi de pantins de rechanges au cas où même si Zélel n'aimais pas tellement faire appel aux morts, les trouvant moins esthétiques que ces autres oeuvres mais nécessité fait loi. Se plaçant devant, entièrement exposé, gardant toujours son otage entre ses mains et exprimant à haute voix pour que son comparse puisse entendre.

"Tu m'attristes vraiment tu sais ? Je te prépare une petite fête, je fais tout pour que tu ne t’ennuies pas et toi tu me remercies en filant loin de tout sa, mais bon je ne t'en veux pas la pièce va enfin pouvoir débuter maintenant et puis je vais t'avouer que tu m'intéresses de plus en plus !"

Il releva son otage et le tenu devant lui, un sourire déformant son visage avant de reprendre son long discours comme à son habitude, aimant rajouter un côté théâtrale à tout ceci.

"Même après tout ce que tu viens faire j'ai décidé de te faire un autre cadeau, un autre des hommes que j'ai enlevés et celui-ci n'aime vraiment pas cet endroit, quel dommage n'est ce pas ?"

"Aidez moi... Par pitié sauvez moi..."

L'homme était au bord des larmes, la crainte de sa propre mort nourrissant la folie qui pouvait se lire dans les yeux de Zélel qui éclata de rire, le poussant dans le couloir comme s'il s'agissait d'un échange, attendant que son ennemi fasse de même en le remerciant de sa présence.

"Voila je te le laisse, je sais ma bonté me perdra mais maintenant j'aimerais qu'on règle sa rien que tout les deux enfin quand je dis tout les deux je veux dire toi contre mes chefs d'oeuvres hihihi..."

Alors que l'homme s'en allait au loin dans le couloir pour essayer de retrouver son sauveur, l'organisateur de tout ceci semblait amusé, ayant au préalable placer en toute discretion quelques un de ses fils sur son appât, préparant une encore plus grosse surprise au milicien, laissant sa pièce maitresse, son automate complètement désarticulé en arrière, à l'abri des regards.

"Viens...Viens cher Cavalier... Viens me montrer quel rôle tu joueras sur cet échiquier !"







FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Sam 26 Juil - 19:46
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


« Sugar ! » pouvait-on entendre dans les vestiaires ou Lancelot se trouvait. Décidé à ne pas jouer selon les règles, il avait pris un autre chemin. Par cela, il forçait l’autre Taré à se bouger lui-même pour le retrouver, et à plus grande échelle : Lui faire la peau. Car oui, Emmet se savait vulnérable, comme qui compte d’ailleurs. Bon, sa condition de vampire le rendait immortel dans l’âge mais pas infaillible aux blessures, balle dans la tête, gorge tranchée, cœur transpercé, bras arraché. Tiens …. Suite à ce songe, le jeune homme venait à s’interroger sur un point … Nos bras repoussent quand ils sont coupés ? Bah oui, régénération instantanée oblige ! Alors, cela devait être possible ! Ceci dit … Il ne prendrait pas le risque d’en perdre un pour vérifier l’hypothèse. Le pauvre Rouquin était déjà borgne, ce qui lui donnait une certaine classe, il n’allait pas non plus finir manchot ! Total loose dans ce cas ! Et puis, il avait besoin de ses deux bras pour tenir Hush et Thunder ! Enfin non … Vu qu’avec son don, il pouvait utiliser ses revolvers sans même les toucher …. Ha !! Il en avait besoin pour pirater ! Oui voilà c’est ça ! Et …. Et d’autres choses agréables et trop tendancieuses pour être citées dans un topic portant pareil titre ….

Bref, sugar je disais ! On retrouvait notre Milicien, dans le vestiaire. Il était allongé sur le banc central, sur le dos. L’un de ses genoux étaient pliés, pointant vers le plafond alors qu’il regardait son téléphone. Vive les Smartphones et les ordinateurs à la marque de pomme. De son coin, le jeune homme faisait la grimace, l’œil rivait sur les pixels de son écran. On pouvait entendre une petite musique provenir de l’appareil technologique, le genre de musique très agaçante et réplétive avec un type qui sifflote. Enfin, c’est n’importe quoi ! Le genre de musique que l’on coupe au bout de cinq minutes … D’ailleurs, elle venait de cesser. Et puis bon, ce n’était pas très  discret pour se cacher de Taré Premier du Nom. Enfin non ! Lancelot ne se cachait pas, il attendait juste sagement que l’autre fou le trouvait. Et pour s’occuper, il n’avait rien trouvé de mieux que … Jouer à Candy Crush ! Il déplaçait les bonbons du doigt, formant des lignes de trois ou plus, et à chaque ligne, l’écran explosait de milles couleurs ! Psychédélique ! Whouaaa, c’est beau et ça fait mal à l’œil tellement les teintes sont abusés, bonbons toxique à coup sûr …. Quoiqu’il en soit, le suspense était à son comble !! Plus qu’n déplacement possible et plusieurs bonus sur le plateau de jeu …. Un bonus genre bonbons au chocolat pleins de pépites de vermicelles. Sur ce coup, le Vampire avait l’impression de jouer sa vie !! Et dans sa tête, il entendait comme la voix d’un présentateur digne des JO, il l’encourageait et commenter le moindre déplacement de bonbon et … «  Je t’ai enfin trouvé ! ». McGarden leva l’œil de son écran pour retrouver vers la porte, entendant des bruits de pas dans le couloir principal. Merde …. Déjà ? Le Rouquin retourna à son téléphone pour voir … Quoi ?! Comment ça game over ?! « Putain d’jeu chronométré de merde … » murmura le vampire, carrément dégouté par sa défaite. En plus, il n’avait plus de vie. Attendre 15 minutes pour une vie, 5.99$ la vie. « Quel arnaque ... » souffla-t-il en venant appuyer sur le bouton sous l’écran, fermant ainsi l’application. Dans un élan de courage, le Britannique se redressa pour s’asseoir, il verrouilla son appareil et le remit dans la poche de son jean. Il en profita pour prendre une autre cigarette, drogué … D’ailleurs, c’était sa dernière. Crotte alors …. J’irais en racheter en rentrant.

Le Vampire sortit du vestiaire en allumant sa cigarette, dévoilant sa cachette alors que le Taré était déjà là, de l’autre côté du couloir, avec son armada de pantin et …. Un tas de cadavre. Le sol en était jonché. Ainsi ces disparitions ne dataient pas de cette semaine, il sévissait depuis bien plus longtemps. Tch, quel monstre. En plus, ça puait grave là ! Lancelot agita sa main devant son nez alors qu’il se plaça au milieu du couloir, observant le taré qui disait être attristé. Pauvre chou. Puis il parlait d’une pièce qui allait se mettre en place en plus d’être intéressant. « Tu m’emmerdes et tu parles trop, viens en aux faits, je perds patience. » annonça Emmet avec une certaine lassitude. Tout cela prenait bien trop de temps et le Rouquin n’aimait pas en perdre. Bon il y contribuait aussi à s’isoler de la sorte … Mais maintenant, sa patience arrivait à son terme. Semblant avoir toujours une carte joker dans sa manche, le Taré venait de relever un otage et le présenta devant lui. Un autre homme … Le Hunter disait qu’il lui faisait un autre cadeau malgré son comportement. « Trop aimable … » commenta Lancelot avec un grand cynisme. Quant à la suite … Le Japonais parlait de régler les choses. Et pour lui, régler les choses se résumaient à un affrontement : Lancelot contre tous ses pantins. « Un contre plusieurs ? Et c’est moi le tricheur ? J’crois qu’on a pas la même notion du jeu. Ramène-toi enfoiré …. J’suis prêt. » Lancelot se mit alors à avancer dans le couloir, vers le type, un revolver dans la main. Il s’attendait bien à un coup foireux. Après tout, le Hunter n’avait pas d’armes sur lui, juste des marionnettes parfaitement dévoilés. Non … S’il était ce genre de joueur, il n’irait pas donner ses pièces d’un coup, surtout qu’il parlait d’échiquier. Dans son avancé, Lancelot passa à côté de l’humain. Humain qu’il bouscula sans tendresse d’un geste de la main, il venait de le pousser dans une chambre vide sur sa droite, chambre dont il ferma la porte d’un geste de la main « Toi, sois sage … » Il verrouilla la porte grâce à sa maitrise, faisant passer cela pour de la télékinésie. Il se tourna vers le reste de la scène, à une quinzaine de mètres du fou. Il leva Hush vers lui, le mettant en joug. « T’t’mets complètement l’doigt dans l’œil mec. J’suis pas un cavalier …. J’suis l’exécuteur » .  Et il appuya sur la détente, laissant une seule balle siffler dans l’air, en direction du Maitre d’Orchestre … Mais était-il véritablement la cible ?





Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Dim 27 Juil - 21:14



Resident Evil, mais en vrai ..




Enfin son invité osa montrer son minois, sortant de sa cachette qui devait être l'un des vestiaires des infirmiers selon le plan que se rappellait Zélel, il faut dire qu'il avait fait tant d'allées et venus dans cette bâtisse qu'il avait appris à connaitre chacune des pièces la constituant. Cet homme aux cheveux roux avaient toujours une cigarette à la bouche, un nuage de fumée s'échappant d'entre ses lèvres, et semblait nullement effrayé par lui et ses gardes du corps personnels qui étaient constitués de ces pantins. Le comportement de son convive ne pouvait l'exciter davantage, les tremblements devenant toujours plus forts et se tordant légèrement dans tout les sens en riant aux éclats, cette acte étant vraiment un florilège de surprises et de plaisirs à ses yeux.

Au fur et à mesure que le temps passait, il pouvait voir le rouquin perdre patience au vu de ses dires même s'il suffisait de regarder son visage pour comprendre qu'il était à deux doigts d'exploser, l'hilarité du jeune vampire se faisant plus forte en voyant qu'il n'en pouvait plus de lui, reprenant lentement son attitude habituelle, il sécha ses larmes de joie et commença à sautiller partout. le bouquet final fut le moment où son invité vint à le traiter de tricheur du fait de son infériorité numérique et le jeune japonais dut vraiment se retenir pour ne pas se rouler par terre de rire, lui adressant quelques mots pour répondre à ces accusations.

"C'est vraiment amusant que tu dises sa après tout, venant de la part d'un tricheur je prends ceci comme un compliment et puis comme tu as changé les règles j'ai dut m'adapter ! Et puis ne dis on pas "plus on est de fous plus on rit" ? "

Cette journée avait été parfaite, si parfaite que Zélel se demandait s'il n'était pas en train de rêver, se reveillant peut être d'un coup en voyant que rien ne s'était passé, se pinçant les joues pour savoir si tout cela était bien réel et ses yeux pétillèrent en voyant que sa l'était. Son attention fut interpellé par le pouvoir dont il fit preuve après avoir jeté l'homme qu'il avait sauvé dans la chambre d'à côté, ressemblant à une sorte de télékinésie mais était-ce vraiment sa ? Le jeune vampire savait que les apparences étaient trompeuses et ne se faisait vraiment une opinion qu'après avoir eu plus de preuves. Malheureusement tout cela ne put durer et ce fut son comparse borgne qui vint à briser cet acte idylique à ses yeux par une simple phrase, le marionnettiste restant choqué.

"T’t’mets complètement l’doigt dans l’œil mec. J’suis pas un cavalier …. J’suis l’exécuteur "

Cette tirade figea le maitre des lieux tel une statue avant de s'effondrer au sol, son visage exprimant le désespoir, tout avait si bien commencé et là tout venais de se briser, se relevant lentement et allant se cogner la tête contre un mur à côté, faisant totalement abstraction de l'arme qui pointait dans sa direction. Il sécha ses larmes de tristesse avant de le pointer du doigt en s'écriant, totalement sous l'emprise de la folie.

"Tu n'as pas honte de sortir une réplique digne des pires films d'actions !!!! Tu dénigres mon oeuvre avec ce genres de paroles, moi qui pensais que tu avais du potentiel...Je suis vraiment désappointé... Mais bon même dans la plus grande des pièces on trouve un paysan dont les mots font rire l'assemblé ! Allez tu peux faire mieux que ce petit rôle montre toi ce dont tu es vraiment capable !"

Se ressaisissant et faisant enfin attention au flingue qui pointait dans sa direction, se demandant comment il allait aborder le problème, sa carte de l'otage étant actuellement coincée dans une pièce, se décidant à lancer lentement le processus de manipulation sur celui-ci, le gardant pour plus tard. Il sortit pour de bon ses mains de ses poches, les dressant légèrement au dessus de lui et commençant à bouger lentement les doigts, faisant déplacer ses deux pantins devant lui, servant de bouclier pour sa personne tandis qu'ils avançaient petit à petit. Il savait que s'il était gravement touché ce serait Game Over pour lui, ne pouvant compter que sur ses marionnettes et c'est ce qui faisait tout le piment de ces combats, devant s'efforcer d'imaginer des plans tordus pour s'en sortir la plupart des temps. Ce fut une fois à bonne distance qu'il lança son premier pantin à l'assaut du milicien, l'attaquant à main nue en poussant une sorte de gémissement digne d'un vrai zombie, l'autre pantin sortant un couteau et le lançant dans sa direction, Zélel assistant au spectacle à bonne distance, sentant qu'il allait avoir besoin de plus qu'un plan aussi simple et aussi d'un bon jour de repos, ses pressentiments s'avérant souvent exactes.

*Voyons voir comment tu réagiras tout d'abord à une attaque au corps à corps suivi d'une attaque à distance. Prouve moi ton statut de cavalier ! *

Faisant lentement bouger son pantin "spéciale", ce dernier étant difficile à contrôler du fait de tout ses membres désarticulés, ce dernier faisant enfin son apparition dans le couloir, le corps atroce rampant parmi les cadavres, sa tête penché en arrière comme sa il ne risquait pas de se prendre une balle dans la tête qui le rendrait inutilisable. Le buveur de sang bouillonnait intérieurement, criant dans un élan de joie.

"FAIS MOI ME SENTIR VIVANT !!!!"



FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mar 29 Juil - 12:51
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Lancelot se demandait vraiment comment se sortir de cette affaire. Devant cette armada de jouets, il se sentait un peu … Seul ! Non pas qu’il ne pouvait pas s’en sortir, il pouvait le faire sans trop de casse mais … Jouer tout seul l’ennuyait. Enfin, cela était mieux ainsi. En équipe, il voyait déjà la tournure des choses : Caelestis refusant de se battre contre des humains, marionnette ou non. En plus, il n’aurait pas approuvé le premier « meurtre » de son ami, celui dans le Hall. Cette pauvre chose qui avait tenté de l’éborgner, une nouvelle fois, à coup de débris de verre. Son sens moral aurait été chamboulé à voir pareil spectacle, jouer avec des cadavres, mon dieu … Bon, on ouvrait les paris ! A un contre …. On ne sait trop combien d’ailleurs, sur qui fallait-il miser ? Un milicien sans trop de scrupule armé des revolvers ? Ou cet Hunter cinglé à l’abri derrière ses jouets ? Dur à dire et les chances de victoires étaient égales pour les deux combattants. A souligner une nouvelle fois que le Rouquin était seul. Enfin, disons que ça faisait un certain challenge. En plus de cela, Emmet savait maintenant qu’il restait un otage, mis à l’abri certes. Mais une question venait à s’élever dans son esprit : Devant lui se tenait-il toute son armée de l’hôpital ? Car oui, il supposait que ce repère n’était pas le seul. Combien de victime avait succombé à cet homme ? En vue des pantins debout et des nombreux cadavres au sol, il fallait dire : beaucoup.

Où est la camisole ? S’interrogea Lancelot en regardant un peu partout. Il fallait au moins cela pour retenir le Fou. Ce dernier riait à en pleurant, tremblait d’excitation, sautillait sur place pour finir par se claquer la tête contre le mur …  Taré ….. Et se fut tout un sketch pour le spectateur roux. Il n’était pas très friand de théâtre, opéra et autres spectacles de ce genre, ici … Il n’était pas à son aise. Il avait plus envie de trouer le crane de ces figurants qu’attendre sagement que l’acte final ne se joue. Les trouer … Et rapidement ! Oui c’était une bonne idée ! Ainsi, il pourrait renter plus vite, et le programme post-mission était chargé ! Aller acheter des cigarettes, passer au magasin pour faire un peu les courses, faire son fish & chips x 2, Cael aussi avait droit à sa part. Pour finir : la sieste. Les journées du Vampire étaient plutôt bien remplies entre tout cela, les missions et les séances de hacking des sites gouvernementaux. Et … Oh ? Le fou semblait déçu de voir qu’il gâchait toute sa représentation avec une relique, a son sens, hors contexte. Oh bah mince alors … C’était bête tout cela non ? Et ce détail ne faisait que ravir Lancelot, le savoir déçu et prêt à craquer. Son jeu cassait par son invité, il allait peut-être passer aux choses sérieuses, c’est qu’on s’ennuyait presque ici ! D’ailleurs, le Britannique ôta sa cigarette de sa bouche pour venir bailler, mise en scène oblige ! Non il n’était pas fatigué, enfin un peu quand même en plus d’avoir faim, mais il fallait bien qu’il montre son ennui mortel ! Mortel … C’était le cas de le dire ! Car déjà les pantins se mirent à bouger pour se placer devant leur maitre. La balle de Lancelot se logea entre les deux yeux du premier, sans arme. Quant au deuxième, il arriva vers le Rouquin, lâchant un … son digne des plus grands jeux d’épouvantes. De véritables ghouls … Derrière, le japonais commentait l’action, s’interrogeant sur comme il allait s’y prendre avec une attaque à l’arme blanche. Il lui demandait de prouver son statut de cavalier.

Le Britannique remit alors sa cigarette dans sa bouche alors que l’homme au couteau approchait. Un couteau hein …. En son for-intérieur, le jeune Vampire ricanait. Il pensait faire quoi avec cette arme métallique ? Contre lui, Maitre du Magnétisme. Hilarant pour le coup ! Mais Lancelot allait jouer le jeu, pour une fois. Il était plutôt de bonne foi pour cette fois. Il prit alors une posture de défense alors que le pantin arriver à lui. Ce dernier, manié par le Fou, leva le bras pour venir trancher le Milicien. Et … Non, il ne chercha pas à le désarmer. Emmet leva juste un bras pour se protéger de l’attaque, sentant la lame froide fendre sa peau pour venir se recouvrir de sang. Sauf qu’il venait de saisir la patin de sa main libre, il l’attrapa à la gorge et «  Pan ! » le coup parti. Même s’il ne visait pas correctement, la balle à tête cherche changea de trajectoire pour venir traverser le crane du pantin, par le coté …. Le couteau tomba par terre avec son porteur. Bon comédien, du moins il l’espérait, il jeta un regard à sa blessure. Son manteau était maintenant foutue et son sang se déversait doucement sur le sol, presque blanc, de le l’étage. Il grogna en fronçant les sourcils « Tch … J’annonce l’acte final … » déclara Lancelot alors qu’il prit son second revoler et vida complètement un chargeur. 15 balles sifflaient dans l’air, chacune ciblant un seul ennemi ces têtes chercheuses étaient très utiles ! Il irait remercier le département de recherche et développement après tout son programme. « En tant que Leader, tu dois protéger tes soldats, combien vaut leur existence à tes yeux ? Les jeux sont faits ... » Lancelot se doutait bien qu'il n'irait pas prendre le risque de mourir pour ces jouets, ils étaient jetables ... Cependant, il ne se doutait pas encore de la présence du "Spécial". Ce dernier était encore caché par la présence des autres marionnettes.




Désolée j'trouve pas mon post terrible xx



Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mer 27 Aoû - 19:18



Resident Evil, mais en vrai ..




Il faillit s'étouffer à force de rire, la joie le submergeant, se sentant à deux doigts de sombrer dans la folie la plus totale en admirant ce spectacle que lui offrait son compatriote buveur de sang. Zélel n'arrivait plus à retenir ses tremblements en faite il ne voulait pas les contenir, voulant exprimer tout le bonheur qu'il pouvait ressentir, riant à en perdre haleine et se plongeant complètement dans le combat qui avait déjà débuté. Toutes ces marionnettes avaient commencés à avancer le long de ce sombre et étroit couloir, leur maitre ne réagissant même pas en voyant ses deux premiers pantins se faire descendre devant ses yeux, son sourire ne faisant que s'élargir au fur et à mesure du temps. Malgré tout cela, son esprit ne cessait de continuer d'observer toute la scène pour déceler toute faille dans la défense de son opposant, son regard s'arrêtant quelques instants sur la balle qui avait tué son deuxième chef d'oeuvre, quelque chose l'avait dérangé mais il ne pouvait pas encore mettre le doigt dessus et il savait pertinemment qu'il allait devoir sacrifier malheureusement d'autres de ses figurants pour déjouer enfin la capacité du rouquin.

le marionnettiste pouvait quand même voir que son adversaire avait été blessé durant l'altercation mais étais-ce vraiment le cas ou bien tout cela faisait partit d'une mise en scène ? Peu importe aux yeux du jeune vampire qui tenta de contenir les frissons de plaisir qui parcouraient son corps, de toute façon une blessure comme celle-ci n'était pas du genre à entraver un vampire et surtout pas celui de ce cher cavalier. D'un coup le borgne déclara l'acte finale mais cela ne fit qu'écarquiller les yeux de Zélel qui refusait cela, cette pièce était loin d'être finit et il allait le prouver. Des sifflements se firent ensuite entendre le long du couloir qui précédèrent de multiples détonations, le hunter sachant tout à fait de quoi il s'agissait et les paroles qu'il entendut par la suite ne firent qu'appuyer sa thèse, c'étaient le bruit de multiples balles qui se dirigeaint droit sur ses pantins.

« En tant que Leader, tu dois protéger tes soldats, combien vaut leur existence à tes yeux ? Les jeux sont faits ... »

Etait-il idiot ou bien était-ce encore l'une de ses piques pour le faire réagir ? Zélel connaissait les enjeux de chaque combat, ces derniers ne pouvant être remportés sans le moindre sacrifice et il ne broncha pas en voyant ses marionnettes tomber les unes après les autres, d'abord deux puis cinq et enfin quatorze le dernier projectile se dirigeant vers la seule cible encore debout. Cependant elle n'atteignit jamais son objectif, le marionnettiste ayant poussé sa poupée qui s'avérait n'être qu'une jeune fille le regard complètement vide, la balle traversant son estomac pour ressortir aussitôt, le sang coulant de sa blessure. Malgré les dégâts Zélel continuait de rire de plus belle, rien ne semblant pouvoir faire disparaitre ce sourire de son visage, faisant relever sa marionnette et lui remettant une mèche de cheveux correctement, s'adressant finalement à son ennemi.

"J'imagine que tu t'es dit que je les laisserais tout mourir sans bouger le moindre petit doigt mais il y a une chose à laquelle tu n'avais pas pensé..."

Marquant une légère pause, faisant craquer ses épaules et semblant ne pas s'en faire plus que sa pour la bastos qui avait traversé son corps, reprenant son discours peu de temps après.

"Sais-tu à quel point j'ai eu dut mal à la trouver celle-ci ?!!! J'ai dut attendre longtemps avant qu'elle ne se jette dans mes filets et puis au moment de la transformer... oh ce moment je m'en rappellerais toujours... Les cris de douleurs qu'elle avait poussé, ses supplications tandis qu'une nouvelle vie s'offrait à elle et finalement le silence qui s'ensuivit prouvant la paix qu'elle avait enfin trouvée... Je ne la laisserais pas disparaitre... pas tout de suite hahahahaha"

Il bougea lentement ses doigts, sa marionnette spéciale faisant enfin son apparition dans le combat, le craquement de ses os résonnant dans toute l'enceinte du batiment tandis que le corps se trainait lentement jusque devant son maitre, restant ensuite inerte. Le visage de Zélel avait changé, il était enfin passé aux choses sérieuses, son regard froid et son attitude calme exprimant toute sa détermination comme s'il ne s'agissait plus de la même personne qui se dressait à sa place.

"Il es temps de passer aux choses sérieuses... je vais te montrer comment se terminera cet acte !"

D'un geste de la main il fit avancer sa marionnette désarticulé à grande vitesse, ses mouvements étant totalement aléatoires du fait de son corps mutilé, s'apprêtant à asséner le premier coup vers le milicien mais le plan de Zélel ne s'arrêtait pas là et de son autre main il put sentir que le processus de marionnettisation venait de se terminer sur l'homme qui avait été enfermé au préalable dans la salle par le rouquin lui même. Il ordonna ensuite à ce dernier de foncer sur la porte autant de fois qu'il serait nécessaire pour la faire céder et prendre sa proie à revers ce qui la prendrait finalement au piège. Posant sa tête contre l'épaule de la jeune fille possédé qui était resté à ses côtés, observant ainsi la scène tel le spectateur qui attendrait le dénouement de tout ceci.

"Voici la partie que je préfère... la mort subite !"




FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Mar 2 Sep - 22:12
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Tout laisser à penser que les deux vampires n’étaient pas sur la même longueur d’onde. L’un voulait écourter la représentation tandis que l’autre voulait la voir durer. C’était pénible au final. Car plus le temps passait, et plus Lancelot voyait ses chances de victoires s’amenuiser.  Quelque part, il s’en fichait pas mal de gagner, même si perdre était inenvisageable. Mais laisser ce fou en vie était dangereux pour les humains. Il devait sauvegarder leur vie, pas les pousser au fond du gouffre. Aussi, le choix était difficile, les ennemis nombreux et les chances de stratégies moindres.  Plusieurs options s’offraient à Emmet. Première : Continuer de lutter et abattre tous les ennemis, quitte à perdre son temps ainsi que l’effet de surprise de son don. Deuxième : Prendre la fuite avec l’humain et prévenir le Central. Troisième : Se casser sans rien demander derrière. En tant que Milicien, l’option deux lui semblait être la plus correcte. J’ai dit correcte mais pénible rimait aussi assez bien. Quand il y repensait, il fallait être balèze pour trouver la nature de son talent. Après tout, il pouvait très bien être télékinésie mais jeter son dévolu sur le métal, matière plus que solide et efficace pour frapper ou parer. Et puis … Il y avait du métal dans tout … Les portes, les fenêtres, les murs, les objets, les armes, même dans les cellules humaines. He bien oui, il y a du fer dans les globules. Seule la bouffe était hors de son contrôle. Sur le coup …. Le Vampire imaginait un combat ou on vient à lui balancer des chips ou du rosbeefs … Combo ultime ! Imparable à coup sûr ! Sans oublier le bourguignon et sa sauce au vin rouge brulante. Infaillible. Il faudrait y songer pour un don potentiel, il y a de la ressource et du génie. Ok, c’est absurde et cela ne répondrait pas à son dilemme de l’instant.

Chargeur vide, Lancelot observait son stand de tir. Comme il l’avait songé, le marionnettiste laissait ses pions se faire sacrifier pour sa propre sécurité. Ou du moins presque. Le dernier pantin, une jeune fille, était le seul qu’il daignait sauver de l’impact. Oh mince …. Première fois que je « loupe » une cible … Mon cul ouais … Songea-t-il en voyant la balle s’encrait dans le mur derrière. Mais c’était ironique. McGarden était un excellent tireur, un sniper même ! Son maitrise des champs magnétiques, doublés aux têtes chercheuses, réduisaient les chances d’esquive à 0. Cependant, ici, il ne fit rien pour rattraper l’erreur. Du moins pas encore. Il restait juste silencieux en regardant la scène … Glauque et pathétique étaient les mots les plus justes pour décrire ce qui se jouer sous ses yeux. Il voyait dans les gestes du Fou une sorte de possession et attirance malsaine pour ce pantin femelle. Et de suite, son esprit d’homme fit des conclusions qui venaient lui piquer les yeux. Beurk … En artiste incompris, le Japonais se fit un plaisir de donner des détails sur la « prise » de cette femme. Ses supplices et sa douleur. Classique du psychopathe en manqué de reconnaissance. Sauf que Lancelot n’était pas la bonne personne pour lui en donner … Dommage.

Lentement, les sourcils du Rouquin venaient à se froncer. Quel était ce bruit effroyable ? Des craquements d’os à faire froid dans le dos. Lui-même, qui portait était insensible à ce genre de vu, était dégouté, il aurait pu en avoir la nausée. Une Chose venait d’apprendre, rampant par terre. Un pantin … Ses membres étaient totalement disloqués, comme si ses jambes et ses bras n’étaient pas les siens. Comme s’il avait été rapiécé avec les membres d’un autre … Monstrueux … Voilà la « Reine » de son jeu donc ? Parfait … Et il annonçait l’acte final. Prudence ! Plus méfiant et sérieux que jamais, Lancelot se tenait prêt à réagir. Pour cela, il rangea ses revolvers dans son manteau, il n’en avait plus besoin. Reflexe et ingéniosité étaient de mises. De plus, son environnement était suffisamment riche en métal … Nul besoin de plus d’artifice. L’immeuble entier était entaché de magnétisme. Avec la force nécessaire, Lancelot aurait pu déplacer le bâtiment … Mais cela lui demandait bien trop de ressource qu’il ne possédait pas à l’heure actuelle. Mais pas de temps de blabla ! Emmet se faisait déjà surprendre par la rapidité du Monstre, en plus de ses mouvements complètements indéchiffrables et imprévisibles. D’un geste du doigt, il ramassa le couteau et prit une posture de  défense, prêt à accueillir le monstre. Mais sur le côté, l’humain ne semblait pas apprécier sa nouvelle prison. Il tapa plusieurs fois à la porte pour la défoncer. Et il réussit à en sortir … Damn ! Les deux pantins venaient de se ruer vers lui. Jugeant l’un pour faible que l’autre. Il se laissa blesser par l’humain, prenant toutefois soin de lui planter le couteau dans l’œil. Son autre main se leva pour se protéger de l’autre Monstre. Manquant de se faire griffer au visage, il se recula de justesse pour ne pas perdre son second œil, perdant dans la bataille son cache-œil ainsi que sa chair – sa joue avait été griffée. D’un geste de la main, il arracha la rampe en métal de l’escalier et entoura le Monstre avec, tel un cordage. Vêtu de cet habit de fer, Lancelot repoussa le monstre d’un geste de la main tout en le gardant sous son contrôle, des fils ne pouvaient rien faire contre la résistance et la solidité du métal. Abandonnant le couteau dans l’œil de l’humain, le Vampire fit un bond en arrière en emportant avec lui SON pantin. Un genou par terre, il posa la main sur son visage pour constater le sang qui s’y trouvait de nouveau. Il sentit la colère le gagner … Il se revoyait alors plus de cinquante en auparavant, l’œil arraché par cette femme … Furieux, il redressa la tête vers le Hunter et se redressa au côté de son nouvel allié.  « Il est à moi maintenant …. Et c’est fini pour toi connard ! » Tel un Maitre d’Orchestre, il maniait son nouveau jouet, le ruant vers son créateur pour le retourner contre lui.




J'ai pris quelques libertés, j’espère que ca t'ira ! ♥



Merci !:
 
Zelel Couritana
HunterHunter
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Sam 6 Sep - 10:38



Resident Evil, mais en vrai ..




Tout était parfait, si parfait à ses yeux en contemplant cette scène qu'il pouvait considérer comme mémorable et ce depuis le début. Du premier regard qu'il avait jeté sur le rouquin à la balle qu'il avait reçut de ce dernier, tout était formidable pour le marionnettiste qui ne pouvait s'empêcher de rire d'extase car rien ne valait ce genre de moment qu'il considérait comme intime avec l'un des protagonistes de sa pièce. Lorsque son pantin, que la plupart des gens ignorants pourraient qualifier de monstre, arriva il dut se retenir en s'appuyant sur le mur tellement la joie l'envahissait en voyant le visage dégouté de son adversaire, repassant sans cesse cette image dans sa tête et le faisant rire à en perdre haleine, sa voix pouvant facilement se faire entendre depuis l'extérieur du bâtiment. Dans sa tête tout l'acte était en train de se rejouer et malgré le fait qu'il aurait vu un ou deux éclairages par ci par là pour accentuer l'effet dramatique il était fier de tout ce que cela avait put donner. D'ailleurs pour continuer dans son délire propre à lui il était même déjà en train de chercher un nom pour ce passage de son oeuvre et se mit à dire ses propositions à haute voix comme pour espérer que son comparse vampire lui donne son avis dessus.

"Le borgne, le fou et le guet-apens ah non je crois que c'est déjà pris alors pourquoi pas la "toile du marionnettiste" ! C'est pas mal mais je peux trouver mieux allez réfléchis !!!!"

Sans prêtez la moindre attention à son cher camarade il se mit à réfléchir intensément, se prenant la tête entre les mains et la secouant dans tout les sens comme pour pouvoir faire apparaitre une idée au sein de celle-ci et ne rouvrant les yeux que pour pouvoir constater que le roux avait perdu son cache-oeil dans l'affrontement, laissant entrevoir l'espace vide qui se trouvait derrière mais cela ne dégoûta point le Hunter qui soupirait d'avoir encore perdu un de ses pantins, passant lentement sa main droite dans les cheveux et plongeant son regard dans le seul oeil valide du milicien. Alors que le marionnettiste s'apprêtait encore à sortir l'une de ses répliques cultes, il fut coupé dans son élan en voyant la rampe en métal de l'escalier enveloppé son pantin fétiche tel un boa qui viendrait étouffer sa proie et d'un coup quelque chose fit tilt dans l'esprit du jeune vampire qui commença à comprendre quelle était la capacité de son ennemi. Son grand sourire ne pouvait plus disparaitre de son visage et alors qu'il s'apprêtait à sortir une grande tirade sur ce qu'il pensait du pouvoir de son comparse il fut stopper net dans son élan par sa propre créature qui fonçait vers lui.

"On ne t'a jamais appris que copier la façon de faire des autres était mal ! Même si j'avoue que d'un côté je suis fier de cette petite imitation réussi sauf pour le bout de métal je trouve que ce n'est pas vraiment... esthétique !"

Alors qu'il allait recevoir un coup de son pantin spéciale, il ouvrit les bras bien grands comme pour accueillir son chef d'oeuvre et il ne bougea plus se prenant violemment le coup de ce dernier au niveau de l'estomac. Il se mit à sourire malgré la douleur qui l'assaillait et caressa les cheveux de sa poupée comme si c'était son enfant, son visage étant calme et paisible et s'adressant à cette dernière.

"Je suis désolé mon cher trésor, je t'avais offert une toute nouvelle vie où tu aurais put oublier toutes tes souffrances et maintenant tout est foutu... Tu auras été la plus belle de toutes mes créations mais sache que ton sacrifice n'aura pas été vain, bientôt d'autres comme toi viendront et tout ceci grâce à toi !"

Sa folie reprenant le contrôle sur lui tandis qu'il fit s'abattre un violent coup avec une barre de fer sur le crâne de cette dernière, l'écrasant jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien, le sang et des bouts de cervelles venant se coller sur les vêtements du marionnettiste déjà immaculée du sang de ce dernier. Regardant alors son corps, il soupira tout en crachant au passage un peu de sang pour nettoyer sa bouche, se parlant alors à lui même à haute voix.

"Je vais encore avoir du mal à récupérer l'éclat de mes vêtements maintenant ah quel galère surtout que il existe pas de produits pour nettoyer les tâches de cerveau ! Je me vois déjà à devoir laver à la main plusieurs fois ! "

Il baissa les bras en signe de désespoir avant de reprendre la situation en cours, comprenant que du fait de leurs blessures respectives, tout les deux étaient vraiment dans une mauvaise posture mais tout ceci fit ricaner Zélel, d'abord tout doucement avant de partir dans un fou rire le plus totale, se foutant de la douleur qu'il pouvait ressentir à ce tordre de rire comme cela.

"Quel joie... Je n'aurais jamais cru que cette pièce puisse finir sur un tel rebondissement !!! Je te remercie très cher cavalier de m'avoir fait me sentir aussi vivant et d'avoir participé à ma petite scène en espérant que tu te seras autant amusé que moi hahahahaha ! mais malheureusement maintenant..."


Une explosion se fit ressentir au niveau de la salle de garde où Zélel s'était trouvé un peu plus tôt dans la journée, ce dernier souriant et regardant sa montre avec une expression de joie intense.

"On dirait bien que cela à commencé. Vois tu quand le plan A et le plan B ne marche pas il faut toujours prévoir un autre petit plan de secours pour terminer l'acte. En faite depuis le moment où je suis partit à ta recherche j'ai déclenché plusieurs bombes artisanales situé un peu partout dans le bâtiment de toute façon cet endroit ne m'est plus utile."

Marquant une légère pause et s'appuyant dos contre la fenêtre, souriant et attendant le son de la prochaine explosion qui se fit ressentir suivi d'une violente secousse, le Hunter reprit alors son explication avec joie.

"On dirait bien que cela se rapproche, je pense qu'il te reste exactement... 1 minute et 30 secondes pour sortir de cet endroit mais cela ne devrait pas poser trop de problèmes pour toi j'imagine !"

D'un coup de coude il brisa la vitre et se laissa tomber par celle-ci, se laissant chuter à l'extérieur du bâtiment sans essayer de se rattraper, s'écrasant comme une crêpe par terre mais se relevant malgré le bruit de ses os qui craquaient. Il allait lui falloir du temps et du repos pour cicatriser tout ceci et il jeta un dernier regard au rouquin en lui criant de toutes ses forces.

"J'espère bien que l'on se reverra ! En tout cas j'espère que tu n'exploseras pas de joie ! Ahahah exploser de joie faudra que je pense à la noter celle-ci !"

Finalement il ne se fit pas prier pour s'enfuir laissant le milicien dans l’hôpital désaffecté avec tout ses pantins et ses travaux qui partiraient bientôt en fumée, un léger pincement au cœur, devant trouver un nouvel endroit pour faire ses expériences.





FICHE PAR CENTURY SEX

Lancelot E. McGarden
MiliceMilice
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   Lun 15 Sep - 11:52
Zelel & Lancelot

« Resident Evil, mais en vrai .. »


Le Hunter était vraiment irritant …. Sa voix, son rire, sa façon de faire et ses répliques tirées de séries Z. Tout cela agacé Lancelot au plus haut point. A noter aussi que sa faim et sa fatigue ne l’aidaient pas à être de bonne humeur. Mais quoiqu’il en soit, il voulait en finir rapidement avec cette scène, comme toutes les autres dont le Marionnettiste était le réalisateur. C’est qu’il était dangereux mine de rien avec son air de taré sorti d’asile et ses penchants glauques à faire pâlir James Wan. Bien qu’il veuille ardemment le mettre hors d’état de nuire, Emmet commençait à se dire qu’il en était incapable. Du moins pour cette fois. Ses chargeurs étaient vides et il avait bien trop usé de son pouvoir dans cet acte. McGarden n’aimait pas être dépendant de ses facultés de vampires, aussi bien car il les détestait qu’il voulait garder la nature de ce don secrète. Quand il venait à utiliser ses capacités, il tachait toujours de faire passer cela pour de la télékinésie ou un truc du genre. Enfin, il fallait dire qu’il y avait aussi un gros côté pratique dans sa maitrise du métal ! Imaginons la scène suivante : Tu es assis sur ton lit, en train de regarder la télévision, mais le programme t’agace et tu veux changer. Manque de chance, la zappette est à l’autre bout de la chambre. Comment faire ? Ici, Lancelot n’avait aucun mal à tendre la main et … Pouf, la zappette venait jusqu’à lui. Bah quoi ? Il avait bien le droit de s’en servir dans ce genre de situation …

Enfin, ici le Milicien manquait de moyens et d’opportunités. Cela ne lui plaisait pas vraiment, et l’idée de battre en retraite non plus. Mais il était forcé de constater que rien ne le retenait ici. Tous les humains encore en vie étaient soumis à …. Une sorte de processus pour les pantinisés, face à cela, le Britannique ne pouvait pas faire grand-chose, à regret. Encore plus glauque. Au lieu de fuir l’attaque, le Fou accueillait la douleur, et son réceptacle, à grand bras. L’impact fut plutôt violent mais il ne sourcillait pas sous cette souffrance. Il serait juste le monstre dans ses bras, tel un père et son enfant. La était la nature de ses relations avec ces créatures ? Taré …. Le Maitre d’Orchestre  s’excusait auprès de son « œuvre », lui disant qu’elle avait été sa plus belle création mais que son sacrifice n’était pas sans intérêt, car bientôt, il allait donner naissance à des êtres semblables à lu. A ses mots, Lancelot fronça les sourcils. Il  était à l’affut de la moindre information utile à la Milice pour un prochain combat … Nul doute qu’il allait recroiser la route du Fou, et peut-être plus tôt qu’il ne l’aurait voulu. Fais chier … Enfin, le Hunter cessa son cinéma et abattit violemment son œuvre. Il lui fracassait la tête à coup de barre d’acier. La boite crânienne du monstre éclata littéralement, laissant sa cervelle se rependre autour de lui, sur les vêtements et le visage de son créateur. Beurk … Emmet eut une moue dégoutée, c’était sale quand même … Et une bonne douche serait la bienvenue après pareille douche de cervelet.

Et la fin sonna. En effet, le Marionnettiste – après un énième éclat de rire – remercia son Cavalier pour sa participation, ainsi que l’animation de la scène. Il le remerciait de l’avoir faire se sentir vivant, en espérant qu’il se soit autant amusé que lui. Tu parles … Pour l’heure, le Borgne ne voulait qu’une chose : Lui fracasser le crane à coup de poing, ou alors la crosse de son revolver. Mais les choses ne se passeraient pas ainsi, car déjà une explosion se fit entendre. Quoi encore ? Lancelot était sur le qui-vive, prêt à bondir en cas de nécessité. Le Fou disait qu’il avait placé des bombes dès son arrivée, au cas où il perdait sa planque et ses jouets. Une autre secousse fit vibrer les murs, celle-ci plus violentes que les précédentes. Voyant le fou disparaitre via une fenêtre brisée, Lancelot émit un grognement joint d’un juron avant de partir aux pas de courses vers la fenêtre à l’autre bout du couloir. Il se jeta dedans en se protégeant le visage pour retomber dehors. Au moment où il traversa la vitre, l’hôpital vola un éclat. Retombant à quatre pattes par terre, Lancelot ne vit pas un débris de métal arriver vers lui telle une flèche. Le pic d’acier s’enfonça dans son épaule pour la traverser totalement et s’y loger. Un hurlement passa ses lèvres. Putain ça faisait mal ! Il avait beau être Immortel, la souffrance restait présente. Un filet de sang sortait de sa bouche alors qu’avec ses pouvoirs, il retirait le bout de métal, non sans difficulté et la douleur qui l’accompagnait. « Putain … Heureusement qu’jsuis vacciné contre l’tétanos … » maugréa-t-il avant de reprendre ses gestes. D’un coup sec, il parvint à extraire le débris. Il souffla pendant quelques minutes, la main plaquée contre sa plaie béante. Il se jurait de le tuer ….




Pas terrible désolée xx



Merci !:
 
Contenu sponsorisé
(#MessageSujet: Re: Resident Evil, mais en vrai ... {Zelel   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Resident Evil Chronicles HD Collection
» Resident Evil: Operation Raccoon City
» Resident Evil Apocalypse
» Resident Evil Damnation
» [Rumeur] Resident Evil 1.5 de retour ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Outside City :: Les extérieurs de la ville-